Le Canada est aveuglé par l’aura Trudeau, avertit Naomi Klein

L’essayiste engagée Naomi Klein donne une conférence jeudi au FSM.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’essayiste engagée Naomi Klein donne une conférence jeudi au FSM.

« Les libéraux disent tout ce qu’il faut à propos des changements climatiques, mais font exactement ce qu’il ne faut pas ils accaparent tout l’amour, mais ne sont pas désireux de prendre des responsabilités qui vont avec. » L’éminente militante altermondialiste Naomi Klein vient livrer un message aux militants canadiens tombés sous le charme du nouveau premier ministre Justin Trudeau : ce n’est pas le temps pour les mouvements sociaux de faiblir, puisqu’ils ont plus que jamais une oreille attentive au sommet.

 

« Si nous mettons sur le gouvernement Trudeau le même niveau de pression que nous mettions sur Harper au sujet des pipelines, nous gagnerons notre bataille. Sinon, nous perdrons. »

 

Rencontrée par Le Devoir à l’ombre des arbres du parc du Mont-Royal, la respectée militante fait le parallèle entre le président américain Barack Obama et le premier ministre Justin Trudeau. Pour le meilleur, mais surtout pour le pire : « Je pense que Trudeau est un bon élève d’Obama, le maître en ce qui a trait à paraître cool et progressiste, mais qui procède à la vente d’armes à des régimes pas très recommandables et met en avant des ententes commerciales pour de grandes entreprises. »

Ce gouvernement ne sera à la hauteur des attentes que si nous le poussons vers ce que nous voulons

 

De passage dans sa ville natale pour participer au Forum social mondial (FSM), Naomi Klein croit que, malgré les engagements pris lors de la Conférence de Paris sur le climat, peu des choses sont mises en oeuvre ici, au Canada, pour atteindre nos ambitieux objectifs. « Mettre ça en avant à Paris, puis revenir et vouloir faire passer les pipelines comme Énergie Est, faire si peu d’efforts pour la transition juste… c’est moralement répréhensible ! »

 

Un gouvernement libéral n’équivaut pas à un gouvernement conservateur, tempère-t-elle. Le premier, qui maîtrise le « symbolisme progressiste », est plus sensible à l’opinion publique et à la pression exercée par différents mouvements sociaux, selon l’ancienne journaliste. L’expérience américaine a toutefois démontré que c’est justement lors de l’arrivée au pouvoir d’un gouvernement plus progressiste que la contestation faiblit. « Quand Obama est arrivé au pouvoir, les gens ont cessé de se mobiliser, exactement au moment où ça aurait pu avoir le plus d’impact ! »

 

D’où l’importance, plus que jamais nécessaire selon l’auteure et signataire du manifeste écologiste et social Un bon vers l’avant (Leap Manifesto), de rendre le gouvernement Trudeau imputable envers toutes ses promesses. « Ce gouvernement ne sera à la hauteur des attentes que si nous le poussons vers ce que nous voulons. Je pense qu’une lune de miel prolongée peut être très dangereuse. »

 

Un Forum pour s’organiser

 

Naomi Klein effectue un retour au Forum social mondial après avoir couvert le tout premier FSM à Porto Alegre, au Brésil, en tant que journaliste. « C’est beaucoup d’émotion. Ce processus en marche depuis 15 ans, une première fois ici au Nord, à Montréal, je pense que ça témoigne vraiment de la vigueur des mouvements sociaux ici, comme une petite poche de résistance au néolibéralisme en Amérique du Nord. »

 

Relisant ses notes prises au Forum de 2001, elle témoigne de l’évolution de la contestation mondiale. « J’ai vu Lula [Luiz Inácio Lula da Silva] parler. Pas en tant que président du Brésil, en tant que simple candidat ! »

Pour moi, c’est un bon moment pour se rassembler, puisque le projet idéologique [néolibéral] s’est effondré. Il n’y a plus de vrais croyants du néolibéralisme.

 

Depuis cette époque, il y a eu certes un certain nombre de victoires du mouvement altermondialiste, mais aussi bien des défaites. À ce chapitre, Naomi Klein note l’expérience parfois douloureuse de la prise du pouvoir par les partis de gauche du monde. « L’une des raisons pour lesquelles il est si difficile pour les partis de gauche, lorsqu’ils sont au pouvoir, de changer les choses, c’est qu’ils ne peuvent agir que dans leur pays. Dans un monde globalisé, les pays doivent composer avec l’Union européenne, avec la Banque mondiale, avec les créanciers étrangers, etc. Je pense que ça souligne l’importance de créer une vraie stratégie transnationale pour la gauche. »

 

Profiter de l’échec

 

Il y a toutefois matière à se réjouir pour les altermondialistes : le modèle néolibéral ne fait plus rêver. « Pour moi, c’est un bon moment pour se rassembler, lance Naomi Klein, puisque le projet idéologique [néolibéral] s’est effondré. Il n’y a plus de vrais croyants du néolibéralisme. Bien sûr, des politiques néolibérales continuent d’être mises en avant, mais elles créent tant de crises qu’on ne peut plus convaincre le public que c’est bon pour lui. »

 

La contestation de ce modèle a toutefois été reprise tant à gauche qu’à droite, souligne-t-elle, expliquant ainsi la popularité de mouvements d’extrême droite dans le monde. L’édition 2016 du Forum social mondial se déroule sous le signe de deux périls, prévient-elle : « Nous nous rassemblons dans l’ombre de Trump, de Le Pen, du racisme ouvert […] mais aussi dans une ombre : celle des changements climatiques. Nous sommes sur un deadline. »

 

Devant l’urgence, la contestation doit donc s’activer, mais surtout s’unir. « La gauche n’est pas faible à cause de ses idées, mais parce qu’elle est bien trop divisée », croit l’altermondialiste qui a voué une partie de sa carrière, justement, à lier les causes environnementales et sociales. Telle est l’utilité d’un rassemblement comme le Forum social mondial, lors duquel Naomi Klein prendra la parole dans le cadre de la grande conférence « Changer le système, pas le climat ! », jeudi.


20 commentaires
  • Yves Côté - Abonné 11 août 2016 02 h 31

    Trudeaumanie bis...

    Le rêve Trudeau actuel pour le Pit n'aura pour nous rien de plus de ositif que ce qu'eut le rêve autrefois entretenu pour le PET.
    La trudeaumanie en bis ne reprèéente rien de plus comme avantage politique pour les Québécois que ce que l'originale a donné : désillusions et pertes de pouvoir.
    Faudrait peut-être tout simplement arrêter de rêver et tous se casser la tête à trouver des solutions viables et qui nous ressemblent, si ce que nous voulons est d'améliorer notre environnement et notre usage de la langue française pour l'avenir de nos enfants et petits-enfants ?
    Autrement, notre futur ne vaudra pas mieux qu'une illusion...

    Vive le Québec qui par clairvoyance et réalisme, se libère des fictions qu'on lui impose politiquement !

  • René Bourgouin - Inscrit 11 août 2016 05 h 39

    Tiens le réveil commence...

    Les leaders de gauche commencent à sortir de leur admiration béate pour Justin Trudeau. Il était plus que temps.

    On n'a eu déjà un bon aperçu de l'épaisseur de leurs convictions «de gauche» avec le contrat militaire avec l'Arabie Saoudite et la défense plus que molle de Raïf Badawi...

    • Christian Montmarquette - Inscrit 11 août 2016 15 h 06

      À René Bourgouin,

      " Les leaders de gauche commencent à sortir de leur admiration béate pour Justin Trudeau.." - René Bourgouin

      Une généralisation presque pas abusive..

      Les leaders de Québec Solidaire ainsi que moi-même n'avons jamais été dans "l'admiration béate de Justin Trudeau" et des libéraux fédéraux.

      J'avais d'ailleurs moi-même déjà écrit un article daté du 18 octobre 2015 chez "Presse-toi à gauche!" en pleine campagne fédérale qui dénonçait cette illusion et titré: "Les libéraux ne sont pas des progressistes".

      À mon avis ce sont plutôt les péquistes qui s'illusionnent fortement sur les soi-disant valeurs de gauche et sociales-démocrates portées par Parti québécois.

      Christian Montmarquette

    • Paul D'Amour - Abonné 13 août 2016 11 h 55

      M. Bourgoin,
      Excellent commentaire et pour une fois rassembleur, même si certains prétendent que le QS est le seul parti dont les membres pensent et penchent à gauche...
      Paul D'Amour abonné

  • Chantale Desjardins - Abonnée 11 août 2016 07 h 21

    La réalité en pleine face

    Naomi Klein nous met devant une réalité qui fait réfléchir. Il faut réagir devant un Trudeau qui chercher à charmer sans passer à l'action. Ouvrons les yeux et passons à l'action car l'heure est grave.

  • François Dugal - Inscrit 11 août 2016 07 h 43

    La parole

    Monsieur le premier ministre Trudeau ne sait pas ce qu'il dit et ne dit pas ce qu'il sait.

  • Denis Paquette - Abonné 11 août 2016 09 h 23

    et vive nos petits Elvis au plus sacrant

    pas de probleme avec ca si on sait l'utiliser a une juste fin, mais ca voudrait dire arreter d'etre des petits Elvis Gratton qui sont les alliés de tous les exploiteurs, il faut absolument connaitre la filmographie de Pierre Falardeau, il a tellement vue juste ce grand poète, quand une semaine Pierre Falardeau ,le Québec mériterait bien cela

    • Jean-Pierre Grisé - Abonné 11 août 2016 09 h 56

      Tres juste ,le Québec est farci de grands et petits Elvis Gratton alliés des exploiteurs et des menteurs.L'ignorance est la mere de bien des vices.