Le mot «nègre» sera retiré des noms de lieux du Québec

Au total, ce sont 11 noms de lacs, de rivières, de rapides et de hameaux qui devront être changés au Québec.
Photo: Benoit Nadeau / CC Au total, ce sont 11 noms de lacs, de rivières, de rapides et de hameaux qui devront être changés au Québec.

Plus d’une dizaine de noms de lieux du Québec, comme la Rivière du Nègre ou le Lac Ti-Nègre, devront désormais être renommés, a fait savoir samedi la Commission de toponymie de la province.

« Même si les mots « nigger » ou « nègre » sont d’usage ancien, ils peuvent porter atteinte à la dignité des membres de la communauté noire », a souligné la Commission dans un communiqué. « En effet, le premier a une connotation fortement injurieuse. Quant au second, il a acquis, au fil du temps une charge péjorative. »

Au total, ce sont 11 noms de lacs, de rivières, de rapides et de hameaux qui devront être changés au Québec, seule province au Canada à avoir des noms de lieux publics qui contiennent le mot « nègre ».

La Commission souhaite que les noms de remplacement respecte « le plus possible le patrimoine historique des lieux » et « rappelle la présence de la communauté noire au Québec, qui a contribué à l’enrichir ».

Cette décision fait suite à un débat lancé en août dernier par des militants sur la pertinence du nom donné aux rapides — rapides des Nègres — en 1970 à Bouchette, environ 300 km au nord ouest de Montréal, dans la région de l’Outaouais.

La ministre québécoise de la Justice, Stéphanie Vallée, avait alors fait part de sa préoccupation en raison de « dénominations qui pourraient avoir une connotation blessante ».

2 commentaires
  • Jacques Patenaude - Abonné 27 septembre 2015 09 h 08

    Lavez la langue à l'eau de javel

    J'ai un peu de misère avec cette vision. Le mot nègre n'est pas pour moi péjoratif, il rappelle la réalité qu'on vécu les noirs dans notre histoire. Rayer de mot c'est occulter cette réalité. S'il y un mot à bannir ça devrait être esclavagiste. Ce mot est infiniment plus sale que celui de nègre. Il représente la souffrance infligé aux noirs autrefois. Tant qu'à y être ne devrait-on pas changer le titre du livre de Vallières. "Nègre blancs d'Amérique" est-ce que ça porte atteinte à la dignité des membres de notre "communauté"?
    Lavez la langue à l'eau de javel ça ne sert qu'à occulter l'histoire en faveur de ceux qui l'on salit.

  • Lucien Cimon - Abonné 27 septembre 2015 17 h 41

    La rectitude langagière, insatisfaite d'imposer des discours insipides à tout ce qui parle encore pour dire quelque chose, s'attaque maintenant au paysage.
    Où arrêtera-t-elle son entreprise de répandre l'insignifiance?