Pour une taxe sur le capital des banques

Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir

L’accès à une succursale de la Banque Royale du Canada de la rue Sainte-Catherine a été bloqué pendant près d’une heure mercredi matin par une cinquantaine de manifestants du Front d’action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU). Le rassemblement s’est déroulé en présence de nombreux policiers, mais aucun incident majeur n’a été signalé. Le FRAPRU réclame que le gouvernement québécois réinstaure la taxe sur le capital des institutions financières, abolie en 2011 par les libéraux. Selon le regroupement, les 600 millions de revenus annuels provenant de cette taxe permettraient de financer au moins 7000 logements sociaux de plus chaque année. « Il faut que le gouvernement ait le courage politique d’aller chercher l’argent là où il se trouve », a souligné le coordonnateur du FRAPRU, François Saillant.

24 commentaires
  • simon villeneuve - Inscrit 12 décembre 2013 02 h 08

    Ils ont raison

    Ce n'est pas juste aux citoyens de faire leur part, les compagnies qui font des milliards de profits par trimestre aussi !

    Pas pour rien le gouvernement quebecois est dans le rouge avec des cadeaux a la Charest comme ca...

    • Guy Vanier - Inscrit 12 décembre 2013 07 h 09

      BRAVO LES JEUNES!
      Il faut renverser les décisions prisent par charest et ses ministres pour favoriser leurs petits'amis!

    • Carole Dionne - Inscrite 12 décembre 2013 10 h 03

      D'accord à 100%

      On leur a donné aux banques un beau cadeaux de $600 millions. Il faut reprendre ce beau cadeau et le redistribuer aux gens moins bien nantis, ce qui m'exclus mais au moins...

  • Christian Montmarquette - Inscrit 12 décembre 2013 03 h 51

    Pour une taxe sur le capital des banques


    Le retour de la taxe sur le capital des banques abolie par les libéraux est aussi une des revendications de Québec Solidaire.

    Ce cadeau récurent de plus de 600 millions annuellement de la part du gouvernement du Québec aux sociétés les plus riches est une injustice et une honte fiscale.

    Oui, il faut manifester pour défendre ce droit des plus importants qu'est ce droit fondamental que celui de se loger; et je profite de l'occasion pour saluer au passage le courage et la détermination de ces militants et militantes des droits sociaux de première ligne.

    Mais il faut aussi apprendre à voter, car ce n'est pas avec les trois partis néolibéraux que sont le PQ, ,le PLQ et la CAQ que les choses vont changer.

    C'est quand même incroyable que le gouvernement soit aussi complaisant avec des sociétés multimilliardaires et aussi pingre avec les petites gens ordinaires.

    À quoi ça sert l'État, si c'est pour aider ceux qui n'ont pas besoin d'aide du tout?

    Christian Montmarquette

    .

    • Guy Vanier - Inscrit 12 décembre 2013 07 h 11

      Vous avez tout compris!

    • Christian Montmarquette - Inscrit 12 décembre 2013 09 h 29


      600 millions en cadeau aux banques et aux institutions financières, alors qu'il manque 2.5 milliards dans les coffres de l'État pour boucler le budget et que le gouvernement coupe dans l'aide sociale.. C'est vraiment le comble du comble.

      Une simple mère de famille administrerait mieux nos affaires que cette bande d’incompétents suffisants.

      Le Québec est vraiment mur pour un changement de régime politique.

      Christian Montmarquette

    • Michel Vallée - Inscrit 12 décembre 2013 09 h 51

      ''Une simple mère de famille administrerait mieux nos affaires que cette bande d’incompétents suffisants''

      Il n'y a pas de quoi s'étonner de cette incompétence, quand on songe que la ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale Agnès Maltais
      est simplement titulaire d'un DEC en science humaine...

    • Vincent Busque - Inscrit 13 décembre 2013 18 h 33

      Il faut couper dans l'état et non augmenter les impôts directs et indirects. Avec un taux marginal de 49.97 pour cent sur le revenu plus l'ensemble des taxes indirectes : TPS,TVQ, SAQ, hydro-Québec, SAAQ, taxe municipal, essence etc... Le contribuable Québécois a moins de 25 pour cent de son revenu brut qu'il peut consacré à son entretien. D'autant plus qu'il lui en reste très peu pour l'épargne qui est une variable très importante dans l'équation du PIB. Qui lui détermine l'assiette fiscale. Réduisons la taille de notre état au lieu de taxer encore et encore.

  • Pierre Labelle - Inscrit 12 décembre 2013 06 h 07

    Profits scandaleux.

    Année 2013, 30 milliards de dollars de profits pour l'ensemble des banques canadienne. James leur a fait tout un cadeau, retour d'ascenceur probablement quand on connait les accointances particulières du PLQ.... Mais ce n'est pas demain la veille que cette taxe sur le capital va se rétablir si l'on attend après QS, ne vous en déplaise M. Montmarquette. En attendant ce jour, si vous êtes cohérent avec l'essence de vos propos pour le droit de se loger ect..., il n'y a qu'une seule action à poser, mettre toute la pression nécessaire sur le gouvernement actuel, c'est encore celui-ci qui est le plus près d'une social démocratie. Un des gros problèmes que nous trainons depuis des générations ici au Québec, c'est de trop savoir comment se diviser, à cause de ce "savoir faire" nous n'avons pas besoin d'avoir d'autres ennemis, nous faisons très bien le travail nous-même. Ceux qui misent sur les courses de chevaux ne misent pas sur les quadrupèdes qui ont le moins de chances de remporter la course, alors pourquoi actuellement divisons-nous nos forces, alors qu'il m'apparait beaucoup plus urgent de nous unir.... L'idéal est une chose, la réalité en est une autre.

    • Jacques Patenaude - Abonné 12 décembre 2013 08 h 29

      "....le gouvernement actuel, c'est encore celui-ci qui est le plus près d'une social démocratie."

      Le gouvernement actuel est-il encore social-démocrate? Je ne pourrais même pas répondre à cette question tellement son action est incohérente. Une décision contredit la suivante continuellement. Le problème du PQ c'est de tenter de rallier autant les adeptes du néolibéralisme que les socialistes dans un seul parti souverainiste. On ne peut pas être un chose et son contraire en politique en espérant rallier ainsi tout le monde à son point de vue.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 12 décembre 2013 11 h 16

      Le Parti québécois n'a jamais été un parti social-démocrate au sens originel du terme. La social-démocratie (ou socialisme démocratique) est née en Europe à la fin du 19e siècle au sein du mouvement ouvrier et fut grandement construite par le marxisme. Elle visait un changement de régime économique et politique sans révolution, mais plutôt par réformes successives et dans un cadre électoraliste.

      Les sociales-démocraties de hier se sont transformées en partis sociaux-libéraux ; la tendance un petit peu plus à gauche du néolibéralisme, c'est-à-dire une droite complexée, une droite qui ne s'affirme pas comme telle afin de nous laisser croire que nous avons droit à une véritable alternative.

      Bien que le PQ fut proche de la FTQ, en aucun cas ne se compare t-il structurellement parlant (et au niveau des racines ouvrières) au NPD, à la social-démocratie allemande ou au Labor anglais. Ces partis furent des sociales-démocraties qui ne le sont plus. Le PQ n'a jamais été un parti social-démocrate, mais bien un parti nationaliste-libéral. Tous ces partis néolibéraux utilisent l'étiquette «social-démocrate» à des fins de publicité, parce que c'est plus sexy que de se dire néolibéral.

      Québec solidaire représente un réel parti social-démocrate (ouvert à la gauche communiste), avec des racines syndicales, communautaires, féministes et qui est influencé par une analyse marxienne non-orthodoxe et non-dogmatique. Voilà le foyer politique que doivent investir les gens de gauche qui veulent réellement lutter contre le néolibéralisme.

    • Christian Montmarquette - Inscrit 12 décembre 2013 13 h 08

      Entièrement d'accord avec le commentaire de Jean-Sébastien Rozzi.

      Merci de remettre les pendules à l'heure, le mot «social-démocratie» est en effet très galvaudé et vidé de son sens.

      Christian Montmarquette

  • Raymond Chalifoux - Abonné 12 décembre 2013 07 h 19

    Un cadeau à Henry F. Potter

    À l'occasion du temps des Fêtes, payez-vous pour le fun le (re)visionnement du film "It's A Wonderful Life" (de Frank Capra - 1946) mettant en vedette James Stewart, Donna Reed, Lionel Barrymore, etc.

    L’abolition de la taxe sur le capital des banques par les Libéraux en 2011, c’est en fait comme si « Uncle Bill Bailey » (dans le film) avait délibérément donné $8,000 à cet usurier qu’est – toujours dans la vue – Henry F. Potter…

  • Zohra Joli - Inscrit 12 décembre 2013 09 h 20

    Que de belles dépenses !

    Les libéraux font des cadeaux scandaleux aux banques et aux multinationales puis se scandalisent du déficit du gouvernement qui les suit !?
    Jamais de dépenses pour un projet de société juste et équitable, et pas d'argent pour les logements, l'éducation et les jeunes, du temps de Charest .