Gabriel Nadeau-Dubois est persona non grata à Trois-Pistoles

La présence annoncée de Gabriel Nadeau-Dubois à l’Échofête de Trois-Pistoles, dans le Bas-Saint-Laurent, menace la tenue même du festival. Selon les organisateurs du festival et l’écrivain Victor-Lévy Beaulieu, le maire aurait menacé de leur couper les vivres si le porte-parole de la CLASSE y est convié.


« Voilà ce qu’on appelle de la censure politique , écrit VLB, célèbre Pistolois, dans la lettre qu’il a fait parvenir aux médias hier. Gabriel Nadeau-Dubois, représentant de la CLASSE, syndicat étudiant dûment reconnu par les autorités gouvernementales, est considéré persona non grata aux Trois-Pistoles ! »


Tout a commencé il y a quelques semaines lorsqu’un article du journal local a annoncé qu’une formation de désobéissance civile allait être donnée en marge du festival par l’organisme Moratoire d’une génération.Cet organisme mène depuis des années une lutte contre les gaz de schiste et invite les citoyens à défendre leurs intérêts contre les compagnies qui peuvent les exproprier en fonction de la Loi sur les mines.


Dans les médias locaux, la nouvelle a créé un véritable tourbillon. « À en croire ce que l’on entendait à la radio, on allait tenir un camp d’entraînement d’al-Qaïda ! », raconte d’une voix encore incrédule Michaël Rioux, président et cofondateur de l’Échofête.


Inquiet, le maire Jean-Pierre Rioux a rencontré les organisateurs et les a menacés de leur retirer tout financement, affirme Michaël Rioux. Déçu mais réaliste, il a cédé à cette demande.


Toutefois, les bailleurs de fonds du festival en ont rajouté. Pas question de voir Gabriel Nadeau-Dubois à l’Échofête.


« Ici, les gens pensent que Gabriel Nadeau-Dubois est le porte-étendard de la résistance civile. Pour eux, Gabriel Nadeau-Dubois, c’est comme Maurice “ Mom ” Boucher ! », affirme-t-il.

 

Bataille en vue


Pour Michaël Rioux, pas question de céder sur cet aspect. Le porte-parole de la CLASSE sera le bienvenu. Mais à quel prix ?


« Ils ont reporté le financement de 8000 $ qui nous avait été promis. Le terrain appartient à la Ville, qui fait aussi des pressions sur nos commanditaires. Nous ne savons plus quoi faire avec cela… »


Il se dit heureux du soutien de VLB, qui accuse le maire de « régner sur sa ville comme un véritable despote de province ». Et l’auteur promet de livrer toute une bataille.


« S’il persiste […] nous serons nombreux à nous insurger, quitte à livrer une deuxième guerre des clochers. Et cette guerre-là, s’il n’en tient qu’à moi, sera impitoyable ! »


Le Devoir n’a pas été en mesure de s’entretenir avec le maire de Trois-Pistoles, Jean-Pierre Rioux.

109 commentaires
  • Simon Nollet - Inscrit 20 juillet 2012 01 h 41

    Gabriel

    Em dehors du Plateau, du village gay, de Rosemont et d'Hochelaga, Gabriel est un personnae non grata.

    Il est plus détesté que Charest, Marois, Khadir réunis.

    Autant ches les péquistes modérés que les autres électeurs. Gabriel, les Québécois ne sont plus capables.
    Il faut vraiment demeurer sur la rue Mont Royal pour ne pas comprendre cela.

    • Noel Delcourt - Inscrit 20 juillet 2012 07 h 05

      Je demeure à Mont-Tremblant et je comprends très bien la haine des imbéciles contre M. Dubois...

      Grâce au courage des étudiants nous voyons bien avec quelle hypocrisie antidémocratique Charest et sa gang de politiciens véreux gèrent les finances du Québec.

      Le Plan Nord et Anticosti sont une honte pour tous les québécois instruits et honnêtes...

    • Raymond Chalifoux - Abonné 20 juillet 2012 07 h 10

      Vraiment Simon?

      Bizarre hein mais... vu d'ici, (dans les Laurentides) elle sonne vaguement d'ordre... religieux (comme dans sectaire) votre très profonde conviction...

      "Tout le monde est contre, dit-il, je le sais, j'en suis sûr, j'ai vérifié auprès de mon voisin!"
      (Hi, hi, hi)

    • Serge Grenier - Inscrit 20 juillet 2012 07 h 28

      Au lieu de chiâler contre les gens qui sont en avance sur leur temps, les retardataires devraient faire des efforts pour les rattraper.

      Les plus dangereux pour notre avenir, ce ne sont pas les jeunes comme Gabriel qui prennent la parole, mais la «majorité silencieuse» qui appuie le statu quo.

      Serge Grenier

    • Ginette Boily - Inscrit 20 juillet 2012 07 h 32

      Pour certains, la démocratie c'est quand les autres disent "Amen" à la fin de leurs Ave. Un restant d'autoritarisme religieux empoussiérés. Simon, c'est de cela surtout que les québécois "sont plus capables".

    • Patrick Boulanger - Inscrit 20 juillet 2012 08 h 02

      Sur quoi vous vous basez pour affirmer qu' «Em (sic) dehors du Plateau, du village gay, de Rosemont et d'Hochelaga, Gabriel est un personnae (sic) non grata»?

    • François Robitaille - Inscrit 20 juillet 2012 08 h 37

      Gabriel Nadeau Dubois représente la désobéissance civile, et non pas la démocratie! Si M. Nadeau Dubois sert votre cause et que vous pensez que c'est la seule façon de faire avancer le Québec, et bien, je vous considère anti-démocratique!

    • Guthreau Michel - Inscrit 20 juillet 2012 09 h 06

      J'habite en banlieue et je ne déteste pas Gabriel Nadeau-Dubois, ni Khadir ni Marois. Je dirais même que nous sommes tous d'accord, j'ai demandé à mon voisin...

    • Bernard Gervais - Inscrit 20 juillet 2012 09 h 16

      Franchement, aller jusqu'à prétendre que Gabriel Nadeau-Dubois est plus détesté que tous nos politiciens réunis !

      Quelle(s) preuve(s) avez-vous pour affirmer une chose pareille ?

      En tout cas, si je regarde autour de moi, ce n'est pas du tout ce que je vois. Même ceux, qui ne sont pas d'accord avec les idées de la CLASSE, reconnaissent que GND a quand même de grandes qualités.

      Désolé, mais vous écrivez un peu n'importe quoi !

    • Richard Laroche - Inscrit 20 juillet 2012 09 h 17

      À Québec, chez moi du moins, tous les activistes non-violents qui ont des idées à partager sont les bienvenus.

      Ah je sais, à Québec on a ces radios spécialisées pour les gens bons. Mais advenant que quelqu'un voulait enlever la libârtey d'expression de la classe, et ce même si je ne suis pas tout à fait d'accord avec toutes leurs positions, je serai rangé de leur coté pour défendre le principe. Je serai également curieux de participer à un cours sur la désobéissance civile!

    • Christian Montmarquette - Inscrit 20 juillet 2012 09 h 27

      «Il est plus détesté que Charest, Marois, Khadir réunis.»-Simon Nolle

      Vous miner grandement votre crédibité avec une telle affirmation Monsieur Nolle.

      Amir est assurément un des députés les plus apprécié et les plus respecté du Québec.

      Et ce n'est pas moi qui le dit!

      Christian Montmarquette
      Montréal


      «Amir Khadir, politicien le plus populaire au Québec !» :


      http://blogues.lapresse.ca/lagace/2010/12/13/amir-

      .

    • Daniel Bérubé - Abonné 20 juillet 2012 10 h 13

      Quand vous dites:'' ... les Québécois ne sont plus capable...'' vous m'escuserez mais... je me considère Québécois, et je ne vous autorise à aucun moment a parler en mon nom en tant que Québécois, point final.

      Alors, je vous serais reconnaissant de retirer les mots laissant entendre que ''LES'' Québécois ne sont plus capable, et spécifier qu'il s'agit ici d'un nombre limité et non la population Québécoise dans son ensemble... je sais... j'enlève ainsi beaucoup de ''poid'' politique à votre point de vue, mais... je ne peux me permettre de laisser parler d'autres en mon nom...

    • Marie-Christine Lalande - Abonnée 20 juillet 2012 11 h 26

      J'habite au Kamouraska, loin du plateau Mont-Royal, et j'ai pourtant la solide conviction que Gabriel Nadeau-Dubois était l'une des personnalités les plus clairvoyantes et les plus éloquentes que l'on ait vu émerger du mouvement étudiant depuis longtemps. Si les membres du gouvernement au pouvoir étaient d'un tel calibre intellectuel et aussi soucieux de justice sociale que lui, le conflit étudiant n'aurait jamais sombré dans un tel marasme.

      J'espère bien qu'il sera de l'Échofête cette année.

    • Solange Bolduc - Abonnée 20 juillet 2012 11 h 59

      Mme Lalande, c'est justement pour toutes ces raisons que vous énumérez que l'on a si peur de Gabriel Nadeau-Dubois ! Ce phénomène ne court pas les rues, et on aurait généralement tendance à admirer certaines personnalités plutôt médiocres.

      Je crois que VLB a très bien saisi la problématique.

    • Laurent Caron Castonguay - Inscrit 20 juillet 2012 12 h 51

      Laisser dont le journalisme au journalistes, les sondages au sondeurs et la désobéissance civile à GND. Avant de parler de camps de formation de Al-Quaida INFORMEZ VOUS. Une formation sur la désobéïssance civile donne des façons de résister pacifiquement. Quand un maire censure un événements, parce qu'il dit que GND est un nouveau "Mom Boucher" et qu'ils a entendu une fois quelqu'un dire que GND est le porte étandart de la résistance civile, c'est parce qu'il préfère cultiver l'ignorance de son peuple!

    • Stéphane Laporte - Abonné 20 juillet 2012 13 h 05

      Je suis de Québec. Moi et les gens autour de moi soutenons le mouvement étudiant.

    • Simon Chamberland - Inscrit 20 juillet 2012 13 h 44

      Étrangement, je ne vis pas dans le plateau et je respecte ce jeune homme, même si je ne partage pas toutes les idées qu'il défend.

    • Sylvie Chiasson - Inscrite 20 juillet 2012 18 h 02

      Je joins ma voix à de nombreux autres qui l'ont manifesté avant moi, je ne demeure pas sur le Plateau et je ne comprends pas cela... comme vous dites.

      Il est le bienvenu chez moi n'importe quand.

      Je suis impressionnée par tous ces jeunes, dont Gabriel Nadeau-Dubois fait partie, qui ont une telle éloquence et un aussi bon esprit d'analyse. D'accord ou pas d'accord, les gens qui savent défendre leurs idées intelligemment (ce qui veut dire hors des lieux communs et des stéréotypes du genre c'est toutttes des communissess.....) m'épatent.

      Je ne fais donc pas partie DES Québécois... qui ne sont plus capables.

    • maxime belley - Inscrit 21 juillet 2012 02 h 16

      Moi j'aime bien monsieur Dubois et la politique du plateau aussi, ils font brailler quelques automobilistes mais ils braillent tout le temps ces gens là de toute façon. Sur le plateau il est difficile de circuler mais les rues, les parcs sont pleins de monde. Une vie de quartier formidable, riche et multiculturelle. J'ai vu ça nulle part au Québec....

    • Jacques Pruneau - Inscrit 21 juillet 2012 11 h 25

      Je demeure à Lévis, M. Mollet et Gabriel ici n'est pas "sorciérisé." Bien sur nous avons aussi nos perroquets sans envergure qui radotent les conneries de ces délirants commentateurs. Mais en général, c'est très bien vu que quelqu'un de l'envergure de Gabriel défende une cause qui lui tient à coeur.

      Durant des années vous avez sans doute chialé, quand on vous disait de le faire, contre les jeunes qui ne font jamais rien! Maintenant, c'est votre tour. Cessez de répéter et faites quelque chose de bien. Ça vous changera!

    • Louis Farzam - Inscrit 21 juillet 2012 20 h 41

      @Serge Grenier
      "Au lieu de chiâler contre les gens qui sont en avance sur leur temps, les retardataires devraient faire des efforts pour les rattraper."

      100% d'accord avec le principe:
      D'ailleurs j'espère que vous donnerez l'exemple en commençant des efforts dès maintenant.

    • Patrick Asselin - Inscrit 22 juillet 2012 13 h 04

      Vous avez raison M. Nollet, oui une très grande majorité de québécois en ont assez de Nadeau-Dubois. D'ailleurs je suis surpris que le Devoir n'ait pas censuré votre commentaire.

    • Jeannelle La Casse - Inscrit 23 juillet 2012 08 h 46

      M. Nollet,

      Vous êtes dans le champ !

      Je suis dans l'Outaouais libéral et je m'ennuie des Bourgault , Chartrand , Falardeau .

      Donc , un jeune étudiant qui croit dans une société plus juste cela m'inspire même à 70 ans .

    • Pierre Montminy - Inscrit 23 juillet 2012 20 h 45

      M. Nollet,

      Ce qui me fait sourire dans votre petit texte est l'apparente assurance avec laquelle vous faites cette déclaration tout à fait infondée. Les journaux en ligne sont d'ailleurs truffés d'opinions comme la vôtre.

      Me permettant de m'exprimer en mon nom, je vous dirais que bien qu'habitant hors des quartiers que vous mentionnez, j'ai beaucoup de respect et d'admiration pour M. Nadeau-Dubois, même si je n'appuie pas tout ce qu'il défend.

    • Gaetan Dupont - Inscrit 26 juillet 2012 08 h 43

      Voilà, défendre ou condamner Gabriel Nadeau-Dubois amène encore son lot d'injures d'un camp vers l'autre. Chacun convaincu de de tenir la vérité sur la pertinence des choses.
      Combattre l'ankylose ou le chaos, cela va selon sa personnalité.
      Par contre, comment peut-on croire que la désobéissance civile n'amène pas la réprimande civile? Ce sont deux soeurs jumelles, on n'y échappe pas.
      Comme on l'a déjà dit de Michel Chartrand (qui avait ses qualités) Gabriel Nadeau-Dubois est meilleur pour partir les grèves que pour les terminer.
      Une minimun d'ordre ne nuit pas...

  • Yves Côté - Abonné 20 juillet 2012 03 h 31

    Question pour un maire...

    Il faudra surtout ne pas oublier de demander à Monsieur Rioux s'il croit en la démocratie ? ...
    Qui sait d'ailleurs s'il comprend le sens de ce mot ?

    Vive la république !

    • Jean-Christophe Leblond - Inscrit 20 juillet 2012 10 h 21

      Il vous répondrait que les électeurs l'ont porté au pouvoir et qu'il peut par conséquent faire ce qu'il veut et que s'opposer à sa volonté serait antidémocratique.

      Clairement, il a besoin d'une bonne dose de désobéissance civile pour lui rappeler que Démocratie veut dire pouvoir du peuple!!

    • Jean-Yves Arès - Abonné 20 juillet 2012 10 h 50

      Croire en démocratie monsieur Coté?

      Que prétend être Échofête au moment d'obtenir des appuis et subventions de la part de la municipalité? Quel est le but visé par leur organisation pour se qualifier a un appui moral et financier de la part des élus?

      A défaut d'avoir les représentations exactes qu'on pu faire les organisateurs de cet évènement on peut lire ici les 5 messages qu’ils affichent sur leur page d'accueille pour s'en faire une idée.

      --Depuis 10 ans le festival échofête s'est donné comme mission de sensibiliser la population aux enjeux environnementaux tout en se divertissant et s’amusant.

      --Présentant une programmation culturelle à l'année, en plus de s'engager en matière de saines habitudes de vie, Échofête devient un acteur de changement pour sa région.

      --Les thématiques au fil des ans... L'eau, là foret, la santé et le plein air, les change¬ments climatiques, l'écocitoyenneté, les énergies de l'avenir, fleuve et rivières, la souveraineté alimentaire, et les générations futures.

      --Échofête mobilise à Trois-Pistoles des regroupements écologiques et environnementaux régionaux, nationaux et internationaux, afin de dynamiser le milieu local el d'orienter son avenir selon des axes de développement durable.

      --10 ans à offrir une plateforme d'échange sur les solutions et les actions à entreprendre pour assurer un meilleur demain aux générations futures.


      Il n'y a pas grand chose dans ces énoncés qui laisse entrevoir des formations de désobéissance civile et des promotions des contestations syndico-étudiantes transformées en appel anticapitalistes...

      Je crois que le maire ici représente fort bien sa population, qu’il est à son diapason, en refusant de se faire manipulé si bêtement.

    • Yves Côté - Abonné 20 juillet 2012 12 h 53

      Merci de votre lecture Monsieur Arès.
      Les formations de désobéissance civile et les promotions de contestation ne sont pas, sauf erreur de ma part, des gestes illégaux... Ce n'est pas parce que quelque chose dérange les idées de quelques-uns ou de plusieurs, qu'il faut empêcher que cela se déroule.
      Annoncer que de tels événements se tiendront ne fait sans doute pas plaisir à un certain nombre de citoyens, j'en conviens avec vous. Toutefois, puisqu'il ne sont pas illégaux, comment serait-il démocratique de défendre leur tenue ?
      Le maire n'a qu'à organiser en même temps de son côté un événement de réflexion sur, par exemple, la démocratie et la gestion municipale, ou bien sur le lien qui existe entre la loi et la liberté, et on verra bien le résultat...
      Ou encore, qu'il propose à ses électeurs qui sont de son avis un colloque sur le rapport qui existe entre la liberté, l'esprit critique et les choix individuels.
      Après tout, tel que pour l'échofête, y participeront qui voudront... Cela faisant rentrer un peu plus d'argent dans sa municipalité et lui permettant ensuite, s'il le veut, d'organiser d'autres événements...
      La démocratie, c'est d'abord et avant tout autre chose, la pluralité des idées et des paroles qui s'expriment. Tel nous le faisons ici vous et moi.
      Jamais la démocratie n'a été d'empêcher quelqu'un d'exprimer ses différences, dans la mesure ou celles-ci n'outrepassent pas la morale de l'époque. Bien entendu.
      Et en toute honnêteté, je ne vois vraiment pas comment l'organisme en question serait dans un cas de figure immoral.
      Si leurs propos méritent d'être critiquer, et tous les propos le méritent, il faut à l'adversaire user des mêmes outils pour se faire entendre.
      Faire taire l'autre n'a jamais été un gage de démocratie... sauf si c'est par la force des arguments que cela se produit.
      Salutations.

  • Roland Guerre - Inscrit 20 juillet 2012 05 h 33

    Procès en sorcellerie ?

    Le porte-parole Gabriel Nadeau-Dubois a le tort de sortir du cadre du conflit étudiant, de poser des questions essentielles, d'appeler à une nouvelle charte sociale. Sa parole dérange et il est traité comme le "sorcier" dont il faut hâter le procès. Cette décision municipale est une atteinte inacceptable aux libertés fondamentales.
    Monsieur le Maire, qui doit revenir à la raison, doit mesurer la dégradation de l'image de sa commune. Le respect des libertés fondamentales s'impose à chaque échevin.
    Monsieur le Maire, n'instruisez pas un mauvais procès en sorcellerie au porte-parole de La Classe et invitez vos concitoyens à débattre avec le porte-parole, l'illustrateur du Manifeste, des problèmes fondamentaux du Québec. Vous vous grandirez et vous retrouverez la noblesse de votre fonction, à la tête de l'échevinat.

    • Solange Bolduc - Abonnée 20 juillet 2012 12 h 01

      Bien médiocre, ce maire , selon moi!

  • Jacques Morissette - Abonné 20 juillet 2012 06 h 41

    Il y a certaines choses que je ne comprends pas, dans notre démocratie.

    Tout compte fait, on aurait pu dire: "Pour le Maire de Trois-Pistoles, Gabriel Nadeau-Dubois est personna non-grata." Ah, je comprends, puisque c'est le Maire qui le dit, tout le monde doit se fondre dans ce que le M. le Maire pense. Il pourrait dire ce qu'il pense, mais de là à empêcher les citoyens de faire leur fête, c'est une autre question.

    Encore qu'il pourrait donner son opinion, mais en précisant que c'est son opinion à lui. Donc, Monsieur «... le maire aurait menacé de leur couper les vivres si le porte-parole de la CLASSE y est convié.» Utilise-t-il son argent à lui ou l'argent de ses contribuables pour faire ses menaces? Vraiment, il y a des choses qui me déconcertent en politique.

    En effet, quelqu'un est élu quelque part et le voilà apte à jouer avec l'argent des contribuables comme bon lui semble. C'est la même chose au provincial, le parti de M. Charest a été élu lors des dernières élections et voilà que M. Charest est quasi apte, comme si il était devenu le propriétaire des biens communs et de l'argent des contribuables de tout le Québec.

    N'est-ce pas donner un peu trop de responsabilités à quelqu'un que de convier à faire ce qu'il veut, pour ainsi dire, dès qu'on le désigne, lui et son parti, comme le représentant des personnes qui l'ont élu? Même que, puisque c'est la démocratie, ce n'est pas nécessairement une vraie majorité qui a fait qu'il a la majorité.

    Quand il l'a cette majorité, ça peut-être à cause de la façon dont notre démocratie est constituée, au lieu d'élection qui soit établie proportionnelle, par exemple. Surtout lorsqu'on apprend sur le tas que celui qui a été élu par des citoyens l'a été en raison des promesses lors de la campagne et qu'il balance par-dessus bord toutes les belles promesses pour n'en faire qu'à sa tête.

    En bon consommateurs que nous sommes, me semble que nous pouvons retourner le produit, si après usage, nous ne sommes pas satisfaits du produit en question. Ne pourrait-on pas faire des lois pour nous protéger

    • Michel Miclot - Inscrit 20 juillet 2012 11 h 09

      Il ne s'agit pas du maire mais des commanditaires bref de tous ceux qui profitent ou ont profité de la corruption libérale. Le maire comme tout bon politicien penche seulement du côté de son porte-feuille. Dis-moi qui donne l'enveloppe et je te dirai qui écouter, la devise du Québec libéral.

  • Anne-Louise Fortin - Inscrite 20 juillet 2012 06 h 44

    La Classe

    L'organisation étudiante La Classe nous ouvre des portes à nous remettre dans une position démocratique au Québec. Nous irons appuyer les gens de Trois-Pistoles pour que cesse au Québec, et en province surtout toute cette chasse aux sorcières. Il n'y a plus de place au Québec pour la critique, les analyses intelligentes et sages? Les jeunes prennent leur place dans le débat et c,est très soulageant qu'ils expriment leur désir de revenir à des valeurs humaines, démocratiques et de justice sociale.

    • Mario K Lepage - Inscrit 20 juillet 2012 07 h 46

      Il n'y a plus de place au Québec pour la critique, les analyses intelligentes et sages?
      Je vous défie d'aller remettre en question la Classe dans une assemblée de celle-ci ! Vous verrez le fascisme en action!
      La démocratie a le dos large au Québec...Faudrait-il savoir de quoi l'on parle!

    • Claude Smith - Abonné 20 juillet 2012 08 h 22

      À M. Mario Lepage : Je suppose que vous êtes étudiant et que vous avez assisté aux assemblées de la classe. Si ce n'est pas le cas, faudrait-il savoir de quoi vous parlez !

      Claude Smith!

    • Patrick Boulanger - Inscrit 20 juillet 2012 08 h 41

      Réponse à M. Lepage

      Et vous M. Lepage, savez-vous de quoi vous parlez lorsque vous utilisez le mot «faschisme» dans une phrase?

    • Huguette Marchand - Inscrite 20 juillet 2012 09 h 04

      Bravo M. Lepage, vous n'en dites pas long, mais tout est là.

    • Guthreau Michel - Inscrit 20 juillet 2012 09 h 13

      @M. Lepgage
      C'est vrai qu'il en serait autrement dans une assemblée du PLQ. Si jamais la Classe ne répond plus aux convictions de ses membres la majorité voterait pour sa dissolution. Ce qui ne semble pas être le cas. On semble vouloir remplacer les sages par des bâtisseurs de sophismes.

    • Jacques Morissette - Abonné 20 juillet 2012 10 h 46

      À M. Lepage,

      Pas sûr qu'il n'y a pas un certain fascisme quand le parti Libéral de Jean Charest se rencontre quelque part. Voyez, ce n'est même pas une question que je pose. En effet, suite à l'une de leurs réunions, un membre avait fait une suggestion, il avait créé une atmosphère très tendue chez lesLlibéraux, au point qu'un couteau aurait pu trancher la lourdeur du climat dans la salle.

      Pour ce qui est de la démocratie à La CLASSE, l'Actualité du 1er juin 2012 pourrait vous en dire plus long concernant le fascisme que vous soupçonnez dans ses assemblées. Si La Classe a un problème, d'après ce que j'ai pu lire dans la revue l'Actualité, c'est le fait d'être trop démocratique dans leurs assemblées.

    • Jean-Marie Comeau - Inscrit 20 juillet 2012 12 h 15

      Monsieur Lepage, vous ne savez pas de quoi vous parlez.

    • Mario K Lepage - Inscrit 20 juillet 2012 12 h 24

      Tiré de Wikipédia :Au sens large, le terme fascisme a pris un sens générique. Il s'est étendu à tout mouvement politique ou organisation s'appuyant sur un pouvoir fort au service d'une classe humaine dominante , la persécution d'une classe ennemie chargée de tous les maux ( les libéraux ou encore les objecteurs de la pensée unique! ), l'exaltation du sentiment nationaliste, le rejet des institutions démocratiques et libérales ( l'injonction bafouée de ceux qui voulaient retourner en classe ) , la répression de l'opposition ( intimidation, harcèlement, envers certains étudiants et journalistes) et un contrôle politique extensif de la société civile. ( Nous sommes le peuple...)
      Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l'ennemi politique.

      Les parenthèses sont de moi...

    • André Michaud - Inscrit 20 juillet 2012 12 h 55

      Peu de citoyens estiment ces analyses comme intelligentes et sages et réalistes..

      Est-ce vraiment si sage de demander encore plus aux citoyens qui financent les étudiants à 80% et sont les plus généreux en amérique du nord ?

    • Yves Côté - Abonné 20 juillet 2012 12 h 59

      A Monsieur Lepage.
      "Il n'y a plus de place au Québec pour la critique, les analyses intelligentes et sages?" écrivez-vous.
      Pardon, mais je pense que vous allez un peu vite en besogne...
      Place il y a, mais pas partout je vous l'accorde.
      Ce à quoi il faut donc travailler tous avec acharnement, n'est pas à convaincre nos proches et moins proches de faire l'effort d'aller là où cela se déroule ?
      Telle est du moins ma position.
      Merci de m'avoir lu.

    • Simon Chamberland - Inscrit 20 juillet 2012 13 h 47

      M. Lepage,

      Allez dans l'importe quelle assemblée et critiquez les membres, vous aurez la même réaction.

      Désirez-vous faire le test ? Allez à une assemblée au hasard, disons à l'assemblée de la Corporation des maîtres électriciens du Québec, proposez une hausse des cotisations tout en diminuant les services pour ensuite critiquer tous les membres. Assez courageux pour faire le test ?

    • Gabriel Aubut-Lussier - Inscrit 21 juillet 2012 11 h 37

      M. Lepage,

      Le problème avec votre allusion au fascisme est que la description que vous avez tirée de wikipédia qualifie «tout mouvement politique ou organisation s'appuyant sur un pouvoir fort». Cette définition ne peut donc pas s'appliquer à la CLASSE.

      Par ailleurs, les exemples que vous inscrivez entre parenthèses ne collent souvent pas avec ce que l'article de wikipédia décrit. Je vous invite donc à répéter votre exercice avec la définition de «répression» pour constater que votre exemple n'est pas appliquable. Il en va de même pour le contrôle extensif de la société civile.

      Cependant, il est important de souligner que votre utilisation du terme est juste si vous vous en teniez à la dernière partie de la citation de wikipédia: «Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l'ennemi politique».