Manifestations nocturnes de la fin de semaine: plus de 360 arrestations

Pour une 27e soirée consécutive hier, plus d'un millier de citoyens ont marché dans les rues du centre-ville pour dénoncer à la fois la hausse des droits de scolarité et l'adoption de la loi 78.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Pour une 27e soirée consécutive hier, plus d'un millier de citoyens ont marché dans les rues du centre-ville pour dénoncer à la fois la hausse des droits de scolarité et l'adoption de la loi 78.

Une autre manifestation fort agitée a eu lieu hier soir au centre-ville de Montréal. La police a fait état de plus de 300 arrestations, portant à 364 le nombre de manifestants arrêtés depuis vendredi soir.

Pour une 27e soirée consécutive, plus d'un millier de citoyens ont marché dans les rues du centre-ville pour dénoncer à la fois la hausse des droits de scolarité et l'adoption de la loi 78.

Le rassemblement a été déclaré illégal dès le début, soit vers 21 h. Les organisateurs n'avaient pas fourni leur itinéraire, ce qui contrevient à la nouvelle et controversée loi 78, adoptée vendredi par l'Assemblée nationale.

Le relationniste du SPVM Daniel Fortier a rapporté que des manifestants avaient ouvert des bornes-fontaines et endommagé des véhicules. La vitrine d'un commerce aurait aussi été fracassée.

On rapporte pour hier un blessé grave à la tête, mais on ne craindrait pas pour la vie du manifestant.

La 26e manif de samedi: 60 arrestations et un blessé grave

Après une première heure relativement calme, la 26e manifestation nocturne consécutive dans les rues de Montréal, tenue samedi soir avec les lois 78 et anti-masques comme toile de fond, a été mouvementée.

Soixante arrestations ont été effectuées. La plupart des personnes appréhendées ont été remises en liberté avec des constats d'infraction. Mais neuf individus seront accusés en vertu du Code criminel, soit 5 pour agressions armées, trois pour voies de fait sur des policiers, et un pour incendie criminel.

D'abord marquée par des affrontements entre un groupuscule de participants et policiers et de nouvelles arrestations, la manifestation a frôlé l'émeute dans le Quartier latin, peu après 1h00.

C'est après 22h30 que la situation se soit détériorée que les policiers du SPVM, appuyés par leurs collègues de la Sûreté du Québec, ont demandé que prenne fin la manifestation considérée, alors comme illégale.

Une vingtaine de personnes ont alors été appréhendées dans le cadre d'une arrestation en bloc, à l'angle des rues Saint-Dominique et Prince-Arthur, pour avoir refusé d'obtempérer aux ordres de dispersion.

Et pendant ce temps, d'autres manifestants mettaient le feu à des barricades et des cônes de signalisation routière au coin des rues Saint-Denis et Ontario. Des témoins ont applaudi à la scène, mais ont rapidement pris conscience de la gravité de la situation. Pris dans la cohue, d'autres badauds, craignant de se retrouver au centre d'une émeute, ont dû se réfugier dans des bars et des cafés du Quartier Latin lorsque la situation a dégénéré, peu après 1h00.

Au moins un autre incendie ayant été allumé rue Saint-Denis, les policiers ont dû boucler le secteur, afin de permettre aux pompiers d'accomplir leur travail. La police antiémeute est également intervenue pour tenter de disperser la foule.

Les terrasses étant bondées, le tout s'est déroulé sous les yeux de nombreux témoins. Les policiers ont d'ailleurs lancé plusieurs avertissements, sommant les gens de reculer sous peine d'arrestation.

Outre les incendies, des dégâts importants étaient à signaler rue Saint-Denis tandis que les policiers étaient nargués par de nombreux individus. Certains clients de terrasses auraient même lancé des verres dans leur direction.

Ces incidents ont été les faits marquants d'une manifestation qui avait été décrétée illégale dès son commencement, soit peu après 21h, entre autres parce que les organisateurs n'en avaient pas remis l'itinéraire. Aussi, des participants ont décidé de marcher en sens contraire de la circulation sur la rue Sainte-Catherine et certains objets ont été lancés en direction des policiers, a expliqué M. Lafrenière. Malgré ces infractions et la présence de marcheurs masqués, les policiers du SPVM avaient permis que la manifestation se poursuive sans arrêter qui que ce soit et la première heure s'est passée sans problème.

«Discernement»

Dans un communiqué émis plus tôt samedi, le SPVM avait fait part de son intention d'agir dans le respect, la transparence et le discernement, et qu'il continuerait de cibler les perturbateurs et d'adapter ses processus d'intervention dans ce sens.

Néanmoins, le SPVM tentait hier de déterminer la meilleure façon d'interpréter la loi spéciale adoptée vendredi par l'Assemblée nationale, tout en tâchant d'éviter d'accroître les tensions lors des manifestations nocturnes dans la métropole.

M. Lafrenière a indiqué que les autorités examinaient encore leurs options. Lors d'une entrevue avec La Presse canadienne, hier, il a toutefois précisé que plusieurs personnes du SPVM travaillaient sur la question, et que la police désirait éviter une commotion plutôt que d'en créer une.

Selon M. Lafrenière, la police mettra vraisemblablement sur pied un site Internet ou une adresse courriel où les organisateurs de manifestations pourront soumettre leur itinéraire.

Le projet de loi 78 établit des normes strictes pour encadrer les manifestations rassemblant plus de 50 personnes, incluant l'obligation de fournir à la police, à huit heures de préavis, des détails tels que le trajet de la manifestation, sa durée et l'heure de son commencement.

Le non-respect de la nouvelle loi pourrait mener à l'imposition d'amendes sévères pour les organisateurs, mais la législation pourrait être difficile à faire respecter.

Cette loi précise également que les associations étudiantes qui n'encouragent pas leurs membres à respecter la législation pourraient recevoir des amendes salées, variant de 7000 $ à 35 000 $ pour les leaders étudiants, et de 25 000 $ à 125 000 $ pour les associations ou les fédérations étudiantes.


Manifestant gravement blessé

Vendredi, des milliers de manifestants ont défilé dans les rues du centre-ville de Montréal.

La marche se déroulait dans le calme jusqu'à ce qu'un cocktail molotov soit lancé en direction des policiers. La manifestation a alors été déclarée illégale, vers 22h.

Les policiers ont répliqué avec des grenades assourdissantes et des bombes fumigènes.

Un homme dans la trentaine a d'ailleurs été gravement blessé par une balle de plastique, selon des témoins, tirée à bout portant au niveau du foie. Transporté à l'hôpital, l'homme souffrait de lacérations et on a craint pour sa vie jusqu'à 9h hier matin. Pour l'instant, son état reste stable, même si des risques d'hémorragie interne ou d'opération chirurgicale sont évoqués.

La manifestation s'est par la suite poursuivie pacifiquement, et les policiers l'ont tolérée. Elle s'est démantelée vers 3h30 dans la nuit de vendredi à hier. Le SPVM a rapporté quatre arrestations.
  • Michel Miclot - Inscrit 21 mai 2012 09 h 22

    D'où viennent ces policiers?

    Je croyaisqu'il fallait passer par l'école de police pour exercer cette fonction , mais à ce que je vois le programme laisse à désirer sauf les cours poivrage et matraquage. Il faut des nerfs pour être policier, du contrôle et beaucoup trop en manquent. Mauvais gouvernements et mauvaise police, quel beau mariage pour les vrais bandits.

    • Catherine Moreau - Inscrit 21 mai 2012 12 h 54

      Les policiers et la Charte des droits et libertés

      Je me demande également d'où ils viennent. Je vous conseille d'ailleurs une vidéo d'une arrestation de groupe survenue à Sherbrooke vendredi dernier, où l'on entend clairement un policier expliquer que "quand une manifestation est illégale, la charte des droits a s'applique pu".
      La Charte des droits qui stipule en premier lieu que "Tout être humain a droit à la vie"?!? Donc ça, ça ne s'applique plus? C'est ça qu'on leur apprend dans leurs cours?!?

      http://www.youtube.com/watch?v=RlxK4YaSKa8&fea
      (à 1:40)

      Je sais que tous les policiers ne sont pas aussi incompétents, mais que certains puissent dire publiquement de telles aberations, cela démontre qu'on a un problème.

    • Carole Dionne - Inscrite 21 mai 2012 15 h 59

      Des CEGEP

      Et comme on peut le voir, les policiers reflètent fidèlement la population en général. Quand au manifestants, j'en vois de toutes sortes: avec des rouli-roulants ( des gens en maîtrise ou doctorat), des personnes qui viennent voir, toutes sortes de monde. Et quelques brillants énerguments qui jouent au chat et à la souris, qui lancent des chaises: STOP: d'un côté un tenancier de bar montre une vidéo où les policiers bouscoulent et poivrent les clients. Le tenancier se plaint que ses clients non rien fait. OUPS, le lendemain, on voit une védéo de la rue où l'on voit revoler une chaise à partir de la terrasse et certains morceaux de.. Et quand ces personnes qui lancent n'imposte quoi aux policiers, se font prendre, ils implorent leur clémence.

    • Louis Bourque - Inscrit 21 mai 2012 16 h 40

      ''Quand la manifestation est illégale, la charte des droits et libertés ne s'applique pas'', dit un des policiers... Ou est-ce plutôt l'inverse?

      La loi 78 ne vient pas préciser les repères à partir desquels les policiers doivent déceler et traiter les actes criminels. Au contraire, son imprécision et son manque de concordance favorisent l'application arbitraire du pouvoir : sur la permission du lieu d'une manifestation, quant à l'apparence de rassemblement, et quant au (dé)partage de son organisation parmi un nuage d'appels au rassemblement. Même la ministre ne savait interpréter des cas de figure simples de ces imprécisions. La référence offerte ici par Mme Moreau nous donne un exemple de cet arbitrage

      Quant à l'évaluation de la force employée par les policiers, les deux références suivantes me semblent très fidèles vu leur proximité et leur continuité au lieu des faits : les documents de la station CUTV et les bandes utilisées dans le vidéo Alerte Rouge portant sur la brutalité :

      http://cutvmontreal.ca/

      http://cobp.resist.ca/documentation/alerte-rouge-v

      Les faits parlent.

  • Gaston Langlais - Inscrit 21 mai 2012 09 h 42

    Crise mondiale.

    Bonjour,

    Je crois de plus en plus que les manifestations au Québec débordent largement le simple cas des frais de scolarité. Il s'agit plutôt du reflet du climat mondial actuel que les leaders politiques refusent ou ne peuvent pas apprécier à cause de leur manque de vision. Les contestations au G-8, au G-20, les indignés, les étudiants qui bougent à l'échelle de la Planète même devant les tanks chinois, les citoyens ordinaires qui trouvent aujourd'hui que la corruption est devenue la norme, les céréales que les plus pauvres (et ils représentent un fort pourcentage de la population mondiale) ne peuvent plus se procurer parce que l'on préfère les utiliser pour fabriquer du bio-carvburant plus payant etc, doivent appeller à une réflexion profonde. Plus on attendra pour discuter du grand ménage à entreprendre sur Terre et surtout l'initier, plus la sortie de la présente crise fera mal et pas exclusivement aux plus pauvres. La police ne pourra plus jamais contenir les débordements. Il ne faut surtout pas oublier que les communications instantanées sont des outils extrêmement efficaces à la portée de tous.

    Gaston Langlais - Gaspé.

    • André Michaud - Inscrit 21 mai 2012 10 h 44

      Dictature de la violence de la rue ou élections pour laisser les citoyens décider ? Ou sont les vrais démocrates qui veulent vraiment laisser décider les citoyens parmi ces jeunes dans la rue???????????? Aucun?

      Les deux tiers des citoyens (73% à Québec) désaprouvent les manifs anarchistes sans permis et sans encadrement et estiment les policiers pas assez sévères pour faire respecter des lois qui sont la pour TOUS. Pas pour tous sauf par privilège les jeunes!!! Mais les jeunes semblent se fouter de l'opinion des concitoyens terrorisés..

      Ma gande crainte est que la cause dépasse présentement les frais scolaires et se transforme en une forme d'insurection qui obligera le maire de Montréal, sous la pression populaire, à demander l'aide de l'armée pour arrêter la violence anarchiste des rues..et rétablir le calme.

      Espérons que je me trompe et que les étudiants arrêteront la violence anarchiste des rues et la provocation des policiers pour se préparer aux élections de façon pacifique ..sinon tout le monde y perdra..et les associations seront dissoutes par la loi.

    • Nicolas Beaudet - Inscrit 21 mai 2012 12 h 10

      @André Michaud

      Aujourd'hui j'ai réalisé quelque chose.

      Depuis le début de ce conflit, je suis avec beaucoup d'attention son déroulement à travers différent média afin d'avoir la possibilité d'exercer mon jugement critique le mieu possible (il est bon de voir différant point de vue afin de pouvoir teinter notre opinion de façon globale).

      Je suis ce qu'on apelle *un carré rouge*. Il va donc de sois que chacun de vos commentaire provoque la déception chez moi lorsque je vois la mentalité derrière vos propos.

      Au départ, je me demandais quel etait le but de répendre de tel sotise ;
      -Avez vous une allégence politique si solide envers les libéraux
      que peu importe la situation, ils restent votre idole?
      -Etes-vous payé pour influencer l'opinion publique dans ce genre de média? (théorie du complot abusive je sais)
      -Pensé-vous vraiment tout ce que vous dites même après qu'une foule de lecteur aient tenté de vous raisoner avec plein d'argument archi-simple qui permet de balayer votre raisonement facilement?

      Finalement j'en viens à ceci : J'ai hate a votre prochain commentaire puisqu'il me permet de savourer pleinement l'opinion crasse qu'une parti de la société continue de faire vivre, celle des gens qui aiment ce faire marcher sur le dos et qui en redemande, celle qui remercie leurs oppresseur de leur retirer leur liberté une après l'autre en se faisant dire que c'est pour leur bien.

      Ceci dit je ne comprend pas comment vous faites pour effacé de votre jugement tout les éléments pertinant que notre cher Gaston nous apporte. En gros il ne fait que mettre de l'avant des faits réel qui ont un impact sur le déroulement de notre crise et vous sauter sur l'occasion pour marteler un message qui tentent de discréditer les étudiants...

      Tant qu'a moi, il est rafraichissant de voir qu'il y à toujours des gens qui sont au fait des événements, merci Gaston de nous rappeller que bien que nous vivons une crise ici, il y ;a un parallèle à fa

    • Charles Lebrun - Abonné 21 mai 2012 13 h 03

      Monsieur Langlais,

      Enfin une vision un peu plus "large" de la situation. Les jeunes ne sont pas des fous! Ils voient bien que l'on subventionnne sans gêne les grandes entreprises (y compris les pétrolières qui n'en ont nullement besoin) et qu'ils connaîtront probablement des périodes de chômage à la fin de leurs études universitaires!

      Si vous êtes la personne que je pense, il est dommage que vous n'ayez pas été élu! Il aurait été intéressant d'avoir un Conservateur "progressiste" parmis les rang de Stephen Harper!

      Charles Lebrun, Québec

    • André Meloche - Inscrit 21 mai 2012 13 h 19

      À André Michaud,

      Votre chiffre (73%), vous le sortez de quel chapeau?

      Votre opinion reflète la tendance actuelle qui est de croire aveuglément ce que les médias de masse scandent depuis trop longtemps. Diversifiez vos sources d'information et vous n'affirmerez pas n'importe quoi à partir d'un qu'en dira-t-on.

    • Geneviève Boivin - Inscrite 21 mai 2012 13 h 21

      M. Michaud,
      Je crois que vous ne comprenez pas bien les enjeux actuels. De plus s'il y a une minime partie des étudiants qui font du trouble, ce n'est pas la majorité. Il ne faut jamais oublier le désire des anarchistes (pas nécessairement étudiant) qui rêvent de mettre le bordel, seulement pour mettre le bordel. Ils se retrouvent partout oû il y a des manifestations et des crises seulement pour troubler l'ordre.
      Lachons un instant les étudiants, et réfléchissons réellement à ce qui se passe actuellement.

    • Jérémie Poupart Montpetit - Abonné 21 mai 2012 14 h 10

      @ André Michaud:
      Vos propos me font horreur tellement ils suintent le manque de respect parternaliste classique avec lequel vous traitez les étudiants. À vous écouter, c'est à croire que nous ne sommes qu'une bande "d'anarcho-gaugauches" dangereux qui ne veulent que détruire l'état (ce qui est faux, on cherche seulement à le faire changer d'opinion).

      La vrai démocratie ce sont uniquement les élections ?
      Selon votre logique, pendant 4 ans, un choix fait par une classe politique qui ne comprenait pas les étudiants actuels, ni l'information actuelle sur divers dossiers, nous devons subir les affres d'un gouvernement qui s'approprie le droit de décider à tout vent et tout gré de divers sujets (Orford, Gaz de Schiste, Milieu de la construction, Environnement, Plan Nord) sans consulter la population ?

      Autrement dit, c'est tais-toi et avales ta pilule pour les 4 prochaines années !! les situations évoluent, tout comme les connaissances et les gens: la manifestation et la discussion populaires sont les bases de la démocratie (voter est une manifestation populaire).

      "Les deux tiers des citoyens (73% à Québec) désaprouvent les manifs anarchistes sans permis et sans encadrement et estiment les policiers pas assez sévères pour faire respecter des lois qui sont la pour TOUS"

      Les sondages des derniers jours font preuve d'une magnanime mauvaise foi: Comment tordre une question en incluant des termes forts comme "anarchistes" "sans encadrement" "sans permis (donc illégale, parce que maintenant, ça prends un permis pour manifester son mécontentement ?) pour faire peur à la population. c'est un peu comme le sondage la Presse affirmant que 68% de la population veut que la police soit plus agressive dans ses opérations... Gazons sans discernement familles, enfants et vieillards qui font les manifs de jour tant qu'à ça, ce sont sûrement tous des Anarchistes dans scrupules !!!

      Si le gouvernement nous sert mal, nous manifesterons notre mécontentement

    • Rémi-Bernard St-Pierre - Abonné 21 mai 2012 14 h 55

      À André Michaud

      Il faut comprendre une chose avec la loi 78, c'est qu'en réalité, elle est un facteur de chaos. Ceux qui manifestent depuis le début le disent, "une manif par soir, jusqu'à la victoire" . Le problème, c'est que la loi 78 empêche les manifestations d'être dorénavant organisée. Elles ont devenues spontanées, les gens savent qu'il y aura des gens pour manifester, mais plus aucun leader ne peut se charger de l'organiser. Donc impossible de faire parvenir un itinérair à la police par le mouvement étudiant.

      Ce qui amène que les manifestations spontanées d'un ensemble d'indivi non groupé se retrouve au même endroit, et leur manifestation est dès lors déclarée illégale.

      Loi 78 = Chaos.
      La rue ne peut qu'être plus anarchiste.

    • Jean Côté - Inscrit 21 mai 2012 15 h 00

      M. Michaud,

      Vous avez raison, et vous exprimez bien ce que pense la majorité silencieuse à propos des manifestations de cette crise montréalaise.

      Mais ce n'est pas la bonne tribune pour remettre en question le mouvement des boycotteux. Ici, on célèbre et défend la tyrannie de la minorité.

      Jean Côté

    • André Michaud - Inscrit 21 mai 2012 16 h 00

      @ m Nicolas Beaudet

      J'ai participé à des dizaines de manifs avant meme que vous ne soyez au monde. Je ne représente aucun parti politique . Après des décennies à gauche, je recherche aujourd'hui le gros bons non idéologique qui est le centre. Parfois des mesures de gauche, parfois de droite selon la situation.

      Comme les parents ne doivent être seulement permissif (gauche) ou seulement autoritaire (droite), c'est selon la situation que se trouve le gros bon sens. être seulement l'un au l'autre me semble aujourd'hui très irrationnel.

      Mais TOUTES ces manifs auquelle j'ai participé (syndicats, groupes marxistes, solidarité internationale.....)étaient des manifs responsables et respectueuses des concitoyens et de leur propriété.

      Les policiers connaissaient notre parcours, et bien souvent nous avions notre service d'ordre qui collaborait avec les policiers pour garder la manif pacifique et sans provocation.

      Les citoyens ne veulent pas vous enlever votre droit d'expression, ils veulent des manifs responsables. Pourquoi est-ce trop demander? Pourquoi insister sur faire des manifs de type anarchistes, sans organisation responsable??? Est-ce que l'illégalité des manifs est plus importante que le message?


      Et surtout ,n'oubliez pas que vous êtres les étudiants les plus choyés en amérique du nord..et que les nouvelles bourses dépassent largement l'augmentation pour tous la classe moyenne et les plus démunis. De plus, vos représentants vont participer à des discussions sur la gestion des écoles post secondaires.C'est déjà ENORME !

      Un syndicat ordinaire aurait crié victoire pour avoir obtenu ces choses..qui comblent l'augmentation et même au-delà et donner droit de regard.

      Tant qu'a changer la société, il y a des élections pour cela comme dans tous les pays démocratique. C'est le moins pire des systèmes ...le communisme ayant été partout un désastre économique et aussi au niveau des droits individuels. Les dictateurs marxistes

    • André Michaud - Inscrit 21 mai 2012 22 h 50

      @ Jean Coté

      J'essaie de faire réaliser aux jeunes que ce n'est pas de la propagande des méchants journalistes capitalistes quand on dit que la grande majorité des citoyens en a ras le bol de leurs manifs de broche à foin...mais ils sont en complet dénis de la réalité.

      En plein romantisme révolutionnaire, comme moi à 20 ans je dois l'admettre. ! Mais au moins nos manifs étaient bien organisées et respectueuses des concitoyens.

      Si ils ne font que se parler entre eux , ils resteront hors de la réalité et continueront d'oublier la volonté de leurs concitoyens. Ceux qui paient déjà 70% de leurs études!!

      Mais il semble que pour certains tout leur est du ?? Et après ils prétendront qu'ils n'agissent pas en enfant roi? Mais n'est pas le propre de l'enfant roi de croire que tout lui est du et montrer de l'ingratitude ?

      Mais gardons du positif. Heureusement j'ai vu aussi que la majorité des étudiants ont continué d'étudier et sont respectueux de leurs concitoyens....même si ils sont aussi contre la hausse.

  • Normand Gélinas - Inscrit 21 mai 2012 09 h 47

    Pour mettre fin à ce conflit

    Retirer la loi 78
    Retirer la loi sur le port du masque
    Retirer la brigade anti émeute comme à Québec
    Rencontrer les étudiants, Charest doit s'asseoir avec eux.
    Référendum su la loi 78

    • Pierre Bellefeuille - Inscrit 21 mai 2012 11 h 05

      D’accord avec vous ici.

      J’ajouterai :

      • moratoire ;
      • amnistie pour tous, annulation des casiers judiciaires et des amendes ;
      • déclencher des élections.

    • Gilbert Talbot - Abonné 21 mai 2012 11 h 15

      La seule façon de mettre fin à ce conflit, c'est de tout faire pour que ce gouvernement tombe et le remplacer par des gens plus sensés. On voit bien par la crise qui s'envenime que Charst n'est plus capable de garder les deux mains sur le volant, qu'il a changé de char, pour un char d'assaut et qu'il fonce dans le peuple à toute vitesse. Il ne s'agit plus seulement d'appuyer les revendications étudiantes, mais d'affirmer notre liberté, nos droits à manifester, à s'opposer. Ce gouvernement a tout simplement perdu la raison. Il faut le destituer le plus vite possible.

    • Killian Meilleur - Inscrit 21 mai 2012 12 h 50

      Charest s'imagine être dans le film « Fight Club ».

      Peut-être qu'une voix dans sa tête, alors qu'il roule sur l'autoroute, l'encourage à lâcher prise sur le volant...

    • Geneviève Boivin - Inscrite 21 mai 2012 13 h 24

      M. Talbot, malheureusement, personne de sensé en ce moment comme parti. Choisir la CAQ est revenir au même que le libéral. Choisir le PQ c'est encore une fois choisir la corruption, choisir QS c'est une belle Utopie.

      On doit seulement voter pour le moins pire de la gang, mais cela reste encore à déterminer.
      Mais le conflit actuel a peut-être ouvert les yeux aux politiciens qui se disent actuellement que la population commence à se tenir debout.....

      Cela reste à voir.

    • Louis Bourque - Inscrit 21 mai 2012 16 h 59

      Effectivement. Messieurs Bellefeuille et Gélinas.

      À vos propositions j'ajouterais celle de la tenue d'états généraux sur l'éducation. Ces états-généraux peuvent, par l'ouverture aux intervenants et la profondeur du discours permis, produire des solutions créatives en substitut de compromis impossibles. Ce discours fera le pont entre le conflit étudiant et la crise sociale qui sévit actuellement.

      À comprendre de quelle façon la loi 78 suspend la possibilité d'expression, on se rend à l'évidence que le discours public et sensé dérange bien plus ce gouvernement que la violation des injonctions ou l'école buissonnière.

      Cependant, Jean Charest est un politicien intelligent et sensé. Sa rationalité nous est seulement difficile d'accès car les intérêts qui le meut sont éloignés des nôtres. Je crois que Richard LeHire l'aborde assez bien dans son livre ''La dépossession tranquille''. Sa loi 78, ''raison d'État sans raison'' est un choix délibéré, survenant au terme d'une réduction de l'argumentation qui jamais ne souleva la justesse des politiques libérales. Pour cette raison, l'argument le plus fort, la justesse des cotisations, était le moins développé. Il ne fut jamais question de taxer à nouveau l'accumulation du capital, de taxer en entier le gain en capital, ou de la culture copieuse du déficit commercial québécois. Hors du cadre de la tarification, le néant.

      Merci.

  • Alexis Lamy-Théberge - Abonné 21 mai 2012 10 h 18

    Danse macabre

    Il devient lassant à quel point les policiers détournent la haine des symboles du pouvoir à leurs portes-parole, transfigurant le message. Si plusieurs manifestants ne rêvent que de se coletailler avec la flicaille, avouons que cette dernière ne réussit qu'à jeter de l'huile sur le feu, avec des charges arbitraires, du poivrage impatient et de l'arrogance.

    Je suggère qu'on offre aux policiers épuisés, dégoutés d'eux-mêmes et de leurs collègues une belle semaine de vacance à la mer. Prendre un peu de recul, se réconcilier avec la beauté et l'enfance, et laisser les rues tranquilles. Les gens s'attaquent aux flics par facilité : leur absence permettrait de baisser les tensions, de forcer les jeunes cons à rentrer chez eux et laisserait les manifestants couvrir la rue d'idées plus édifiantes

    • Pierre Schneider - Abonné 21 mai 2012 13 h 59

      Avec les millons de dollars versés en temps supplémentaire aux policiers (et ça continue de monter), on ne va tout de même pas leur payer des vacances à la mer en plus.
      Quoique, sous les pavés, la plage...

  • Lise Harel - Inscrite 21 mai 2012 10 h 55

    Des citoyens ordinaires écoeurés

    Hier soir,vers 20:00, rue Marquette, des citoyens ordinaires sont sortis sur leur balcon en frappant sur des casseroles pour marquer leur opposition à la loi 78. Nous avons invité notre voisine à se joindre à nous et je vous jure qu' elle y allait de bon coeur. Elle a 88 ans. Nous sommes dans la soixantaine. Les autres ''indignés'' étaient surtout de jeunes parents et des grands-parents. Quelques étudiants, peut-être.

    Alors, non, messieurs dames du gouvernement, ce ne sont pas seulement les étudiants qui sont écoeurés par votre façon de gouverner. Il faudra bien que vous finissiez par en tenir compte.

    Lise Harel

    • Yann Tissier - Inscrit 21 mai 2012 11 h 23

      Effectivement!
      Le débat déborde de la simple question des frais de scolarité. Je ne suis pas pour la violence des casseurs, mais il faut reconnaître que le gouvernement et le système en place encouragent la violence parce que les gens n'ont aucune confiance aux politicens.

      Il faut cesser de voir la situation au premier degré et de se dire seulement "Il faut éteindre le feu!" mais se demander pourquoi et comment ce feu ne cesse de croître.

      Les gens, y compris moi-même, sont écoeurés de ce gouvernement corrompu et impuni, de cette bande d'individus privilégiés en cravate qui magouillent dans l'ombre avec les compagnies privées pour s'enrichir et qui jouent les vierges offensées quand on ose prétendre que la mafia joue dans leur cour!

      Dehors Charest !!! Dehors les libéraux! À bat la loi 78 !!!!

    • Catherine Moreau - Inscrit 21 mai 2012 12 h 58

      Venez tous manifester demain, 14h00 à la Place-des-arts!

    • Yvon Dinel - Inscrit 21 mai 2012 13 h 07

      Oui! Il y a peut-être des « casseurs » et des provocateurs aussi, mais je constate la chose suivante à la lumière de quelques participations aux manifs nocturnes et par l'écoute de la couverture en direct de CUTV: Le corps policier déclare les manifestations illégales très facilement - « les policiers auraient reçu des projectiles » - sa tactique consiste par la suite à casser le cortège de la manif pour encercler des petits groupes et s'en prendre sans discernement à quiconque se trouve sur son chemin. Je constate également chez les manifestants une colère et une détermination face à cette situation qui consiste à brimer leurs libertés fondamentales par une « violence institutionnalisée ». Au rythme du nombre d'arrestations qui s'acccroît, est-ce que l'on souhaite qu'il n'y ait plus de manifestants?

    • Sylvain Auclair - Abonné 21 mai 2012 13 h 11

      Bravo, madame Harel!