Escouade GAMMA: l’ASSE porte plainte à la Commission des droits

La manifestation du 31 mars avait réuni plusieurs milliers d’étudiants au centre-ville de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau – Le Devoir La manifestation du 31 mars avait réuni plusieurs milliers d’étudiants au centre-ville de Montréal.

L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) porte plainte à la Commission des droits de la personne contre l’escouade policière GAMMA, qui enquête sur les groupes marginaux et anarchistes.

Au cours d’une rencontre avec la presse, lundi à Montréal, le regroupement d’associations étudiantes a qualifié de «police politique» cette escouade spécialisée du Service de police de la Ville de Montréal. L’ASSE affirme que la création de cette escouade contrevient à l’article 10 de la Charte québécoise des droits et libertés qui protège contre la discrimination fondée sur les convictions politiques.

L’ASSE a de nouveau déploré les arrestations qui ont eu lieu dans ses rangs depuis les manifestations et occupations de bureaux des 24 et 31 mars contre les hausses annoncées des droits de scolarité. Les bureaux du ministre des Finances Raymond Bachand, puis de la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec (CREPUQ) avaient alors été occupés.

La manifestation du 31 mars avait réuni plusieurs milliers d’étudiants, qui avaient marché pacifiquement au centre-ville de Montréal durant plusieurs heures. À la toute fin de la manifestation, toutefois, un petit groupe s’était détaché et s’était rendu dans les bureaux de la CREPUQ, situé dans un édifice de Loto-Québec. L’escouade tactique avait dû intervenir.

L’ASSE dénombre quatre arrestations dans ses rangs, soit trois hommes et une femme, pour divers chefs d’introduction par effraction, complot, méfait et prise de possession par la force d’un lieu. Mais l’association appréhende d’autres arrestations. «Pour l’ASSE, le caractère politique de ces arrestations-là ne fait absolument aucun doute. Pour nous, il s’agit manifestement d’une tentative délibérée de la part du SPVM de décapiter le mouvement étudiant québécois, à la veille d’une de ses luttes historiques», a commenté le porte-parole de l’ASSE, Gabriel Nadeau-Dubois.

La «lutte historique» à laquelle il fait référence est le combat que l’ensemble des associations étudiantes entendent mener avec plus d’ardeur, cet automne, contre les hausses de droits de scolarité. Et ce combat doit inclure les principaux regroupements d’associations étudiantes que sont la Fédération étudiante universitaire (FEUQ) et la Fédération étudiante collégiale (FECQ).

De l’aveu même de M. Nadeau-Dubois, l’ASSE «se distingue par ses moyens d’action» et n’hésite pas à «brasser la cage un peu plus que d’autres» si elle estime qu’elle n’obtient pas l’écoute souhaitée. Mais, selon lui, l’ASSE n’est ni un groupe anarchiste ni un groupe marginal, comme sont censées l’être les cibles de l’escouade GAMMA.

Pour le moment, la plainte de l’ASSE a été adressée à la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse. Le regroupement «évalue toutes les options» et il n’est «pas exclu» qu’il intente d’autres recours devant le tribunal.

Lors de son dernier budget, le ministre Bachand a annoncé que les droits de scolarité seront haussés de 325 $ par année à partir de l’année scolaire 2012-2013. Ces droits, qui atteignent 2168 $ en 2011-2012, passeront ultimement à 3793 $ en 2016-2017.

6 commentaires
  • Joyal Bruno - Inscrit 18 juillet 2011 16 h 21

    La honte

    L'ASSE est la honte du movement étudiant.
    La stratégie: on prend tout le crédit pour l'organisation des manifestations, on fait tout pour être "plus radical" que son voisin, on refuse de s'asseoir à une table et de négocier sous prétexte que ce serait de la trahison, on fout le grabuge, on se plaint du système, et finalement on pleurniche

  • MACQ - Inscrit 18 juillet 2011 17 h 10

    L'éducation gratuite

    L'éducation du primaire à l'université devrait être gratuite! C'est une des nombreuses propositions énoncées par le MACQ, Mouvement d'Appui pour une Constitution Québécoise. Un mouvement non partisan qui commence à recueillir les appuis d'un nombre grandissant de citoyens. www.macqc.org

  • sco100 - Inscrit 18 juillet 2011 20 h 11

    @MACQ

    Aux yeux du consommateur, avec le temps, ce qui ne coûte rien ne vaut rien. En vidant la transaction de sa valeur, l'universalité mine la perception populaire de la valeur réelle du service rendu.

    Débourser puis être remboursé. Voilà la seule façon de redonner aux services publics une valeur dans l'esprit du contribuable consommateur, qu'il soit étudiant universitaire ou patient dans une clinique.

  • Jean-Francois Lachance - Inscrit 18 juillet 2011 22 h 29

    la " honte "

    Ce qui est honteux, monsieur Bruno, c'est de réaliser à quel point vous vous obstinez à garder dans l'ignorance crasse un grand nombre de Québecois. À moins que vous soyez complètement déconnecté de la réalité, vous devez être à même de savoir qu'à l'heure actuelle 40% des ménages québecois n'ont tout simplement pas de revenu assez élevé pour payer des impôts. Donc avec des droits de scolarités grimpant à tout près de 4000 $ par session, avec quel argent ils se paieront des études tout ce bon monde. À mais oui j'oubliais : ça prends des incultes pour vous servir votre Big Mac, ou pour classer des boîtes de conserves dans votre Wal-Mart du coins. Mais là oups on a un problème parce que ces même gens là, plus tard il ne paieront pas plus d'impôt, dans un état déjà sur endetté et ah oui ! dans le même état ou la pénurie de main-d'oeuvre qualifiée prends parfois des proportions effarante. Mais c'est pas grave comme dirait-on dans le pire des cas, envoyons notre jeunesse servir dans l'armée de bouclier humains au reste de l'Otan ou mieux encore de chair à canon (un bs de moins vous vous direz alors).

    Le Québec est une grosse chiotte où faut surtout pas être trop jeune, trop coloré ou trop différent de la masse des petits vieux de vieille.
    Non l'ASSE n'est pas une honte des "movement" étudiants. Le Québec immobile et stagnant lui en est une honte à la démocratie et à tout l'avancement de l'occident voir de la civilisation humaine dans son ensemble.

    À ce titre je préfère

  • Simon Bernard Genest - Inscrit 19 juillet 2011 01 h 33

    GAMMA, ou le début de la condamnation des fondements démocratique.

    GAMMA=Guet des Activités et des Mouvements Marginaux et Anarchistes. Il s'agit d'une division de la SPVM. Lutte contre le crime organisé.

    Profilage politique=opérer une surveillance et une répression accrue par rapport à un groupe ou un individu, non pas par rapport à des actes ou à des crimes commis, mais par rapport à des convictions et idées politiques divergentes de ce qui se veut la norme.

    Il y a quelque chose d'extrèmement perturbant et inquiétant dans la création d'une telle escouade policière.

    Il ne faut pas ce le caché, le corps policier a de tout temps servit une norme, un standard social. Le pouvoir répressif véhiculé par les forces de l'ordre s'est dorénavant officialisé.

    Ses mouvements marginaux et anarchistes traqués par GAMMA sont à la base de l'avenir social, politique et économique. Les mouvement de femmes, les mouvements syndicaux, les mouvements écologistes ont tous été des mouvements marginaux. Et il le sont encore aujourd'hui dans une certaines mesure, seulement, il le sont dans les mesures acceptable du point de vue de la norme et de la police, milice de cette même norme.

    L'histoire, ne l'oublions pas, n'est pas finit. Elle n'est pas achevée. Donnons-nous, socialement et politiquement, les moyens d'écrire l'histoire.

    Disons NON, individuellement, socialement et politiquement, à la répression et à la stigmatisation de ses mouvements maginaux et anarchistes qui, à leur tour, comme l'on fait les femmes, les travailleurs et les écologistes, écrirons l'histoire de demain.