Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Pedneaud-Jobin réélu à Gatineau, mais sans la majorité souhaitée

    6 novembre 2017 | Hélène Buzzetti à Gatineau | Villes et régions

    Le maire sortant de Gatineau, Maxime Pedneaud-Jobin, a remporté une victoire sans éclat dimanche soir : certes, il s’est fait réélire pour un second mandat à la tête de la quatrième ville en importance du Québec, mais il n’a pas égalé son score de 2013 et, surtout, il n’a pas obtenu la majorité qu’il souhaitait au conseil municipal. Les déchirements ayant ralenti son précédent mandat ne sont peut-être donc pas chose du passé.
     

    M. Pedneaud-Jobin a franchi la ligne d'arrivée avec 45 % des voix exprimées.

    Ses adversaires ont divisé le vote d’opposition. Les ex-conseillers Denis Tassé et Sylvie Goneau, qui faisaient la vie dure au maire lors du précédent mandat, ont obtenu 30 % et 17 %, respectivement. Clément Bélanger, un haut fonctionnaire fédéral, n'a récolté que 5 %, tandis que Rémi Bergeron, l’ex-directeur général de la municipalité de Bowman, a fermé la marche avec 2 %. M. Pedneaud-Jobin avait obtenu la majorité absolue en 2013 avec 53 % du vote.

     

    Mais la victoire est douce-amère pour Maxime Pedneaud-Jobin. Car le maire sortant aurait souhaité, avec sa formation politique Action Gatineau (la seule qui existe sur la scène gatinoise), décrocher une majorité de sièges au conseil municipal. Or, il en est très loin. Au moment d’écrire ces lignes, seulement six de ses candidats étaient en avance ou élus dans les 18 districts électoraux de la ville.

     

    Les conseillers sortants d’Action Gatineau Cédric Tessier, Myriam Nadeau et Martin Lajeunesse ont été réélus, tandis que Renée Amyot, Isabelle Miron et Maude Marquis-Bissonnette font leur entrée au conseil municipal. Mme Marquis-Bissonnette avait été élue par acclamation dans le district du Plateau il y a une semaine après le désistement de son seul adversaire, l’indépendant Patrick Doyon. Neuf anciennes collègues de travail de M. Doyon l’ont accusé d’inconduite sexuelle, autant à Patrimoine Canada — où il était à l’époque chef de cabinet de Denis Coderre — qu’à la Cité collégiale, où il a ensuite œuvré.

     

    « Le conseil ne sera pas comme on l’aurait souhaité. Par contre, ceux qui décident sont les gens de Gatineau et on fera comme on a fait la dernière fois, on va respecter la volonté des gens de Gatineau. On va travailler avec tout le monde », a lancé M. Pedneaud-Jobin dans son discours. Mais il a aussi livré un message aux conseillers indépendants. « La main qu’on tend à ceux qui ont été élus et qui n’étaient pas de notre côté, on espère qu’eux aussi vont la tendre pour respecter la volonté des gens de Gatineau, c’est-à-dire d’appliquer le programme qui a gagné à la mairie. »

     

    Du côté des indépendants, les conseillers sortants Mike Duggan, Jocelyn Blondin, Louise Boudrias, Gilles Carpentier, Daniel Champagne, Jean-François LeBlanc, Jean Lessard et Marc Carrière ont tous été réélus. S'ajoutent à eux quatre nouveaux venus.

    En fin de compte, 11 des 12 conseillers sortants qui briguaient un nouveau mandat ont été réélus. Le seul qui n'a pas réussi son pari est Richard Bégin qui, redécoupage électoral oblige, affrontait un autre conseiller sortant. M. Bégin faisait partie de l'équipe du maire Pedneaud-Jobin.

    Le conseil municipal de Gatineau en sera un encore masculin, avec sept femmes sur 18 conseillers, ou 39 %. Des 52 personnes qui briguaient un poste de conseiller ou de maire, seulement 12 étaient des femmes, dont huit portaient les couleurs d’Action Gatineau.

     

    Contrairement à certains de ses adversaires, Maxime Pedneaud-Jobin n’a pas promis d’arrimer les hausses de taxes municipales au taux d’inflation. Il a indiqué que la hausse serait de 2,9 % la première année, puis de 2,5 % pour les trois années subséquentes. M. Pedneaud-Jobin entend aller de l’avant avec la désignation patrimoniale d’une partie du Quartier du Musée, cet endroit situé devant le Musée canadien de l’histoire (anciennement des civilisations), où le promoteur Brigil veut ériger deux immenses tours de 35 et 55 étages.

     

    Action Gatineau a aussi promis d’investir 56 millions de dollars dans les bibliothèques de quartier et d’envisager la création d’une grande bibliothèque au centre-ville de Gatineau.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.