Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les résultats électoraux ailleurs au Québec

    Les bureaux de scrutin ont fermé à 20h partout au Québec.
    Photo: Guillaume Levasseur Le Devoir Les bureaux de scrutin ont fermé à 20h partout au Québec.

    Consultez les résultats électoraux de six municipalités de Sherbrooke à Baie-Comeau en passant par Lac-Mégantic.


    Trois-Rivières

    Yves Lévesque

    Les Trifluviens ont voté pour la continuité : le très populaire Yves Lévesque dirigera la ville pour un 5e mandat ; le dernier, selon ce qu’il avait affirmé lors de sa campagne électorale. Bien qu’il se soit retrouvé face à des candidats sérieux et à une opposition beaucoup plus consolidée, le maire sortant l’emportait avec plus de 50 % des voix au moment d’écrire ces lignes. L’ancien conseiller municipal Jean-François Aubin l’a talonné de près. Cet enseignant au cégep en techniques de travail social avait obtenu l’appui de l’ex-greffier de la Ville, un homme influent et respecté dans le milieu qui avait invité la population à « congédier » le maire Lévesque, le qualifiant de « champion de la mesquinerie ». L’homme d’affaires à la retraite André Bertrand était l’autre candidat dans la course qui a tenté, en vain, de convaincre la population à voter pour un changement.


     

    Sherbrooke

    Steve Lussier
     

    Changement de direction à la mairie de Sherbrooke. Le maire sortant, Bernard Sévigny, a perdu son poste face à un candidat indépendant, l’homme d’affaires Steve Lussier, qui avait obtenu plus de 40 % des voix au moment d’écrire ces lignes. M. Sévigny, qui est aussi président de l’Union des municipalités du Québec, était à la recherche d’un troisième mandat. Il a toutefois été fortement critiqué pour sa gestion du projet de valorisation des matières organiques Valoris, ainsi que du projet de revitalisation du centre-ville, Well inc. M. Lussier, qui a promis de revoir la gestion de ces projets, s’est également engagé à créer au moins 2000 emplois au cours de son premier mandat. Tout au long de sa campagne, il a insisté sur la nécessité d’obtenir du « changement » au sein des élus sherbrookois.

     

     

    Baie-Comeau

    Yves Montigny

    La municipalité de Baie-Comeau, sur la Côte-Nord, a confié le poste de maire à Yves Montigny, un conseiller pédagogique qui siégeait déjà au conseil municipal. M. Montigny l’a emporté dimanche soir avec plus de 70 % des voix, loin devant son adversaire Yvon Boudreau. M. Montigny, qui avait annoncé sa candidature dès le mois d’avril, a promis en campagne électorale de créer de l’emploi, de maintenir les services de proximité dans sa région, mais aussi de redonner leur « fierté » aux citoyens de Baie-Comeau. Il a également critiqué le peu d’attention donnée aux régions du Québec, dont la Côte-Nord, par les pouvoirs politiques. « Les régions, actuellement, on dirait qu’on est vraiment oubliées par Montréal et les grands centres. […] Je veux changer ça. Je veux qu’on s’affirme davantage. »

     

    Lac-Mégantic

    Julie Morin
     

    L’ancienne conseillère municipale Julie Morin était en avance à Lac-Mégantic, au moment de mettre sous presse. Le champ était libre dans cette petite municipalité marquée par une tragédie ferroviaire, après que le maire sortant Jean-Yves Cloutier eut annoncé qu’il ne se représentait pas. L’ex-journaliste Ronald Martel et le chasseur de têtes Jean St-Pierre étaient les deux autres candidats dans la course. La personne qui dirigera la mairie de Lac-Mégantic aura du pain sur la planche : plus de quatre ans après qu’un convoi de wagons-citernes transportant du pétrole brut eut explosé au centre-ville et causé la mort de 47 personnes, la voie de contournement de train vivement réclamée par la municipalité n’est toujours pas construite. À l’époque, la mairesse Colette Roy Laroche avait géré la crise de main de maître avant de se retirer de la politique municipale en 2015.

     

    Sept-Îles

     
    Réjean Porlier

    Malgré les divisions suscitées à Sept-Îles par le projet Mine Arnaud, le maire Réjean Porlier a été réélu pour un deuxième mandat dimanche soir. Il a donc pris le dessus sur son seul adversaire, Russel Tremblay, directeur adjoint de Développement économique Sept-Îles. Le maire a obtenu près de 60 % des voix, avec une avance d’un peu plus de 900 votes. M. Porlier a donc creusé son avance, par rapport au scrutin de 2013. M. Tremblay avait pourtant rallié des gens d’affaires en critiquant M. Porlier, l’accusant de ne pas avoir suffisamment soutenu le projet Mine Arnaud. En fait, ce projet minier phare du Plan Nord du gouvernement Couillard en est toujours au point mort en raison de l’absence de partenaires privés pour financer la construction de la mine et acheter son éventuelle production.

     

    Rimouski

    Marc Parent

    Le maire sortant de Rimouski, Marc Parent, a réussi à obtenir la confiance des électeurs avec 48,6 % des voix. Au départ d’Éric Forest, qui a été nommé sénateur en novembre 2016, M. Parent avait été choisi par ses collègues du conseil municipal pour prendre les rênes de la ville. Il devait croiser le fer avec sept autres candidats, mais il n’en est resté que trois : les deux anciens conseillers municipaux Pierre Chassé et Gilles Thériault, ainsi que Djanick Michaud, éleveur canin et ex-attaché politique du député néodémocrate Guy Caron. Parmi les quatre autres candidats qui se sont retirés de la campagne électorale, on retrouvait Jean Richard, le beau-frère de Marc Parent, et un autre conseiller municipal sortant, Rodrigue Joncas, qui a déjà été maire de Gaspé.

     












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.