Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Le DGEQ intervient pour hausser le taux de participation

    10 octobre 2017 |Vicky Fragasso-Marquis - La Presse canadienne | Villes et régions
    Plus de six millions d’électeurs seront appelés aux urnes le 5 novembre à travers le Québec.
    Photo: iStock Plus de six millions d’électeurs seront appelés aux urnes le 5 novembre à travers le Québec.

    Préoccupé par le taux de participation anémique aux élections municipales, le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) lance une campagne de publicité pour inciter les citoyens à s’exprimer lors du scrutin qui aura lieu dans moins d’un mois, dans 1105 villes de la province.

     

    Aux dernières élections municipales, en 2013, moins de la moitié (47 %) des Québécois se sont déplacés pour choisir un maire ou un conseiller municipal, ce qui est nettement insuffisant, selon le DGEQ, Pierre Reid. En 2009, le taux de participation était d’environ 45 %, sensiblement le même qu’en 2005.

     

    M. Reid s’inquiète notamment de l’abstention importante des jeunes électeurs.

     

    « Qu’est-ce que ce sera dans les prochaines années ? C’est inquiétant pour notre démocratie. Ça devrait interpeller pas seulement le DGE, mais également l’ensemble de la société », a-t-il déclaré en entrevue téléphonique.

     

    M. Reid ne cible pas de pourcentage en particulier, mais cherche à faire réfléchir les électeurs sur l’impact qu’ont les décideurs municipaux dans leur vie au quotidien.

     

    Près du citoyen

     

    Il rappelle que les municipalités administrent annuellement plus de 15 milliards de dollars, et qu’elles contrôlent près de 60 % des infrastructures publiques.

     

    « C’est quand même le niveau de pouvoir qui est le plus près des citoyennes et des citoyens ; des enjeux qui sont dans leur vie quotidienne. On pense que les électeurs doivent se prononcer sur les élus qu’ils veulent avoir », a-t-il soutenu en entrevue.

     

    Les publicités, qui seront diffusées à la télévision et à la radio, viseront à dire aux électeurs sur un ton humoristique que les municipalités, elles, ne peuvent faire leur travail à moitié.

     

    Dans l’une d’entre elles, par exemple, on voit un enfant s’aventurer sur une glissoire qui est construite à moitié.

     

    « Imaginez si votre municipalité faisait aussi les choses à moitié », lance-t-on dans les trois publicités télévisées.

     

    M. Reid avance que plusieurs personnes ne vont pas voter aux élections municipales parce qu’elles croient manquer d’information.

     

    Il espère donc que cette campagne de sensibilisation convaincra les électeurs d’aller voter et de s’informer sur les propositions des différents candidats.

     

    Plus de six millions d’électeurs seront appelés aux urnes le 5 novembre à travers le Québec.
     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.