Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La nouvelle mobilité urbaine accélérera la combinaison des divers modes de transport

    7 octobre 2017 | Isabelle Paré - avec Annabelle Caillou | Villes et régions
    L’accès aux nouvelles options privées de transport affectera-t-il la popularité du transport collectif?
    Photo: iStock L’accès aux nouvelles options privées de transport affectera-t-il la popularité du transport collectif?

    La formule « métro, boulot, dodo » pourrait bientôt être chose du passé. Portland et plusieurs autres villes du monde ont mis le pied dans l’ère de la nouvelle mobilité urbaine, où les technologies permettront bientôt aux usagers de choisir et de payer sur une plateforme unique « un cocktail de transports » adapté à leurs besoins. L’avenir sera multimodal ou pas du tout.

     

    Grâce à une subvention du département du Transport américain (DOT), cette ville de l’État de l’Oregon vient de lancer Ubiquitus Mobile PDX, un vaste chantier visant à relier d’ici 2020 tous les modes de transport urbain à une seule et unique plateforme d’informations et de paiement pour les usagers.

     

    « La technologie influence maintenant comment et où nous choisissons de vivre, comment nous nous déplaçons, et même le genre de travail que nous ferons », soutenait au Portland Tribune en juillet dernier Kevin Martin, gestionnaire du programme Villes intelligentes, au département de planification et de développement durable de la Ville de Portland.

     

    L’outil numérique offrira des trajets multimodaux en temps réel en fonction des choix et priorités de l’usager : trajet sécuritaire, trajet santé, trajet rapide ou trajet minimisant l’empreinte carbone. Tout cela grâce à un « cocktail multimodal » intégrant trains et bus publics, taxis, taxis sur demande (Uber), taxi collectif (Lyft), autopartage, vélos, vélos en libre-service ou marche. L’accès à des navettes autonomes — certaines seront bientôt testées sur des artères clés — viendra bientôt s’ajouter à ce bouquet multimodal.

     

    La collecte des milliers de données générées par les usagers branchés sur UB Mobile PDX permettra d’ajuster finement la desserte aux besoins réels. Des incitatifs et des « points » cumulables sont même prévus pour ceux qui utiliseront les services de la façon la plus optimale, notamment hors des heures de pointe.

     

    La donne a changé

     

    À Helsinki, en Finlande, l’intégration est déjà chose faite. Le système MaaS, ou « Mobility as a service », permet aux résidents d’adhérer à un forfait mensuel et d’avoir accès à un « panier » de modes de transport en tout temps, selon leurs besoins. L’accès combiné aux transports collectifs et aux nouveaux modes de mobilité urbaine (Uber, Car2Go et cie) résout ainsi le casse-tête du fameux « premier et dernier mile » (sans service collectif), qui dissuade plusieurs navetteurs d’abandonner leur voiture pour prendre les transports collectifs.

    Helsinki
    La capitale finlandaise a adopté en 2016 la première application de mobilité multimodale en Europe.

    « On est au tout début de l’agrégation des fournisseurs de services pour une même application », affirme Sam Vermette, président et cofondateur de Transit, la première application de transports intégrés, lancée à Montréal en 2012.

     

    La croissance phénoménale des nouveaux joueurs privés de la mobilité urbaine (autopartage, taxi sur demande) ne peut plus être ignorée par les sociétés de transport collectif, dit-il. À défaut de faire sans eux, elles devront faire avec. Comme à Portland, des partenariats sont déjà en train de se dessiner entre ces fournisseurs privés et les sociétés de transport pour desservir certains trajets où bus et métro ne seront jamais rentables.

     

    Véhicules autonomes

     

    L’arrivée prochaine des véhicules autonomes viendra aussi rebrasser les cartes, affirme Denis Gingras, directeur du Laboratoire d’intelligence véhiculaire de l’Université de Sherbrooke. « Le système aurait sa place à Montréal, on pourrait avoir des navettes dans le secteur du Parc olympique, ou sur l’île Sainte-Hélène. » Sans remplacer un bus ou un métro, ces navettes sans chauffeur permettront aussi de résoudre le casse-tête du « premier et du dernier kilomètre » et d’améliorer l’accès aux transports en commun. En France, une navette autonome dessert déjà la ville de Lyon. Le véhicule, qui peut transporter 15 passagers, fait un parcours de 1,3 km entre une station de tramway et le quartier Confluence, qui héberge des bureaux et un centre commercial.

     

    Une tendance mondiale

     

    Aujourd’hui adoptée par 125 villes dans le monde et téléchargée par des « millions » d’usagers, l’application Transit ne permet pas encore de payer sur une même plateforme les divers services de transport proposés, affirme son cofondateur. Mais le besoin du consommateur est réel, puisque des centaines d’applications similaires ont proliféré depuis un peu partout sur la planète.

    Portland, Oregon
    L'agglomération de 2,2 millions d'habitants (2016) s'apprête à embrasser le modèle de la mobilité sur demande.
     

    « C’est ce vers quoi on tend. Ce que les gens cherchent, ce sont des informations sur des options de transport. Tout payer au même endroit, ça offre une liberté de choix. Je peux héler un taxi un jour, même si j’ai payé ma “passe” mensuelle, ou prendre un Uber pour aller à la garderie, avant de sauter dans le métro », dit-il.

     

    À l’aube de cette nouvelle révolution de la mobilité qui vient plus que jamais brouiller les frontières entre transporteurs publics et privés, bien des questions restent toutefois en suspens, reconnaît Sam Vermette. Comment se négocieront ces alliances entre les nouvelles stars mondiales de la mobilité et des sociétés publiques ? L’accès aux nouvelles options privées de transport affectera-t-il la popularité du transport collectif ? Des concurrents, comme Uber et les taxis traditionnels, consentiront-ils à s’afficher sur les mêmes plateformes uniques ?

     

    « Le jour où des voitures autonomes ou des taxis collectifs seront accessibles pour à peine plus de 2 $ par trajet, il faut se demander quel sera l’effet sur le transport collectif », soulève Sam Vermette. Pour l’instant, personne n’a la réponse.
     













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.