Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Michel Adrien: de prof de physique à maire

    16 septembre 2017 |Jeanne Corriveau | Villes et régions
    Michel Adrien, maire de Mont-Laurier depuis 2013
    Photo: Ville de Mont-Laurier Michel Adrien, maire de Mont-Laurier depuis 2013

    D’origine haïtienne, Michel Adrien est arrivé à Mont-Laurier en 1969 afin d’occuper un poste de professeur de physique à la polyvalente de cette municipalité des Laurentides. Son coup de foudre initial pour la région l’a finalement propulsé sur le siège de maire en 2003.

     

    « J’étais là pour dépanner un confrère d’origine haïtienne, se rappelle Michel Adrien, près de 50 ans plus tard. Mais tout de suite, j’ai été attiré par ce milieu à la fois urbain et rural. À Montréal, j’étais un citadin anonyme, mais à Mont-Laurier, j’étais le prof de physique que les gens reconnaissaient. »

     

    De fil en aiguille, il s’est engagé dans l’action syndicale, avant de devenir président du conseil d’administration du centre hospitalier de Mont-Laurier, puis directeur général de l’établissement.

     

    Il a aussi épousé une Lauriermontoise. Michel Adrien vante l’accueil et l’ouverture d’esprit des résidants de Mont-Laurier, qui l’ont d’emblée adopté. Un jour, en 1995, alors qu’il s’entretenait avec le maire de Des Ruisseaux — une municipalité qui devait être fusionnée à Mont-Laurier quelques années plus tard —, celui-ci lui lance : « Écoute, mon grand, ça ne te tenterait pas de devenir conseiller municipal plutôt que de jouer au gérant d’estrade ? relate Michel Adrien. Voilà comment l’invitation a été lancée. »

     

    Élu d’abord comme conseiller municipal, Michel Adrien est devenu maire de la nouvelle ville fusionnée de Mont-Laurier en 2003, recueillant plus de 75 % des voix. « Dans ma famille, on a toujours été tournés vers le service public. Mon père a aussi été maire de son village en Haïti, signale-t-il. C’est la manière la plus efficace pour faire bouger les choses. »

     

    Au passage, il souligne que les conseils municipaux de ses deux derniers mandats comptaient un nombre égal de conseillers et de conseillères. « La parité, ça devrait être une volonté portée par un cadre légal », avance-t-il.

     

    Après 14 ans au poste de maire, Michel Adrien entend maintenant laisser sa place à d’autres. Il dit laisser plusieurs réalisations en héritage, dont l’hôtel de ville installé dans l’ancienne abbaye des moniales bénédictines, ainsi que la salle de spectacles Espace théâtre de Mont-Laurier.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.