Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Abonnez-vous!
    Connectez-vous

    Sécurité ferroviaire - L’UMQ exige du fédéral davantage d’inspections

    L’Union des municipalités du Québec (UMQ) réclame du gouvernement fédéral qu’il augmente dans un délai de six mois la fréquence des inspections des voies ferrées et oblige du même coup les compagnies ferroviaires à procéder rapidement aux réparations qui s’imposent.

     

    Ces deux demandes font partie de la quarantaine d’exigences contenues dans le Plan d’action sur la sécurité du transport ferroviaire, présenté jeudi par l’UMQ aux membres de la Table québécoise sur la sécurité ferroviaire. En plus de l’UMQ, celle-ci réunit notamment des représentants des ministères des Transports, de la Sécurité publique et de l’Environnement. Elle a tenu hier sa première rencontre.

     

    « Le but du comité, c’est d’établir un partenariat entre les municipalités et le gouvernement du Québec pour avoir du poids auprès d’Ottawa, mais aussi de voir comment on peut adapter les règlements provinciaux à la réalité actuelle », résume le président de l’UMQ, Éric Forest.


    D’une seule voix

     

    Le plan d’action soumis par l’UMQ est guidé par trois grands principes : la reconnaissance des municipalités comme « partenaires à part entière » dans l’amélioration de la sécurité du transport ferroviaire, la volonté de ne pas assumer les coûts de cette amélioration et l’affirmation du caractère « vital » du transport ferroviaire pour le développement économique des villes, à condition qu’il soit sécuritaire.

     

    « On veut identifier clairement les revendications du Québec et parler d’une seule voix », ajoute M. Forest. Une seconde rencontre prévue au printemps pourrait permettre au comité de s’entendre sur une série de propositions.

     

    Cette volonté de l’UMQ et de Québec de faire pression sur Ottawa s’ajoute aux efforts de la Coalition municipale transfrontalière. Ce regroupement d’élus municipaux du Québec, du Nouveau-Brunswick et des États-Unis réclamera prochainement un resserrement des normes de sécurité auprès des gouvernements fédéraux canadien et américain. Depuis la fin du mois de novembre, les compagnies ferroviaires du Canada doivent fournir aux municipalités des renseignements sur les matières dangereuses qui transitent par leur territoire.













    Envoyer
    Fermer

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.