Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • fermer

    Connexion au Devoir.com

    Mot de passe oublié?
    Abonnez-vous!

    Les deux candidats à la mairie de Longueuil divergent d'opinion - Hors terre ou sous terre, le métro?

    15 septembre 2009 |Jeanne Corriveau | Villes et régions
    Caroline St-Hilaire
    Photo: Jacques Nadeau Caroline St-Hilaire
    La candidate à la mairie de Longueuil, Caroline St-Hilaire, croit qu'il vaudrait mieux construire un métro en surface sur la Rive-Sud plutôt que de rêver d'un coûteux métro en tunnel comme le souhaite son adversaire, Jacques Goyette. La chef d'Action Longueuil, qui devance son rival dans les intentions de vote selon un récent sondage, a présenté hier sa plate-forme électorale en vue du scrutin du 1er novembre.

    Mme St-Hilaire, qui souhaite mettre fin au règne de 27 ans du Parti municipal de Longueuil (PML), dit vouloir instaurer plus de transparence et d'éthique dans la gestion de la Ville. Lors d'une conférence de presse hier en compagnie de ses 26 candidats, elle a fait savoir que si son équipe était portée au pouvoir, elle adopterait un code d'éthique assorti de sanctions, tiendrait deux assemblées du conseil municipal par mois et multiplierait les consultations publiques.

    En matière de transport, Action Longueuil promet d'offrir l'accès gratuit au réseau de transport en commun aux personnes de plus de 65 ans. Et contrairement à son adversaire Jacques Goyette, qui fait la promotion du prolongement du métro en souterrain, Mme St-Hilaire croit plus opportun de favoriser un réseau de surface afin d'assurer un meilleur service de transport aux résidants de l'agglomération. «Il faut régler la question des déplacements d'est en ouest, c'est pourquoi nous préconisons une option de surface. Ça va coûter beaucoup moins cher, et Hydro-Québec est prête à financer des études de faisabilité sur des options électriques», a-t-elle expliqué.

    Au dire de Jacques Goyette, qui a lancé sa campagne dimanche, la course électorale à Longueuil sera «brutale» en raison des «coups vicieux» portés par Mme St-Hilaire. Celle-ci devancerait d'ailleurs son adversaire dans les intentions de vote selon un sondage effectué entre le 3 et le 8 septembre pour le compte du Journal de Montréal. Des 424 personnes sondées, 24 % ont accordé leur appui à Mme St-Hilaire contre 12 % pour M. Goyette. Le taux d'indécis est toutefois très élevé puisqu'il atteint 49 %.

    Mme St-Hilaire a commenté ces résultats avec prudence: «Je n'en suis pas à ma première campagne électorale et s'il y a une chose que j'ai apprise, c'est qu'il ne faut jamais rien prendre pour acquis. C'est ce que je dis à mes candidats tous les matins», a-t-elle indiqué.

    La candidate a reproché à M. Goyette de refuser de l'affronter en débat et d'avoir décliné l'invitation lancée récemment par Télévision Rive-Sud: «S'il veut une vraie campagne basée sur les idées, qu'il vienne en débattre avec moi», a-t-elle dit.

    «On ne participera à aucun débat. Ce n'est pas dans notre plan de campagne, a fait savoir hier l'attachée de presse de M. Goyette, Monique Letarte. Ce n'est pas dans les traditions du PML de faire des débats. Nous, on rencontre les citoyens.»

    M. Goyette, qui a succédé au maire sortant Claude Gladu à la tête du PML, n'a pas voulu commenter la plate-forme électorale faute d'avoir pu en prendre connaissance.
     
     
    Édition abonné
    La version longue de certains articles (environ 1 article sur 5) est réservée aux abonnés du Devoir. Ils sont signalés par le symbole suivant :
     
     












    CAPTCHA Image Générer un nouveau code

    Envoyer
    Fermer
    Blogues

    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Articles les plus : Commentés|Aimés
    Abonnez-vous pour recevoir nos Infolettres par courriel