Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Bons et mauvais coups d’un maire coloré

    23 septembre 2017 | Isabelle Porter à Québec | Ville de Québec
    Régis Labeaume remportait la victoire aux élections municipales de Québec en 2007.
    Photo: Clément Allard Le Devoir Régis Labeaume remportait la victoire aux élections municipales de Québec en 2007.

    Dans quels dossiers le maire Régis Labeaume a-t-il frappé dans le mille depuis dix ans ? Où s’est-il royalement planté ? «Le Devoir» a sollicité l’avis de politiciens parmi les moins complaisants à son endroit.


    Le premier bon coup qui vient à l’esprit de Jean-François Gosselin, actuel candidat à la mairie pour le parti Québec21, remonte à ses tout débuts. « Quand il a sauvé le 400e en allant chercher Daniel Gélinas en 2007. Ç’a permis de remettre tout ça sur les rails », se rappelle son adversaire dans la course à la mairie. C’était au début de 2008, le spectacle de fin d’année avait été un fiasco. À son arrivée, Daniel Gélinas remplace plusieurs membres de la direction. La programmation est revue, notamment pour faire venir Paul McCartney. On connaît la suite.

     

    Sur le pire coup de Labeaume, le chef de Québec21 ne répond pas en parlant du SRB (Service rapide par bus), comme on pouvait s’y attendre. Il évoque plutôt un événement sur lequel le maire avait peu de contrôle.

     

    « Pour moi, la cassure, c’est quand François Picard et Richard Côté ont annoncé qu’ils se retiraient de la vie politique [ces deux élus membres du comité exécutif pilotaient les relations de travail et l’aménagement du territoire jusqu’en 2012 et 2013]. C’étaient d’anciens membres de l’équipe de [la feue mairesse de Sainte-Foy Andrée] Boucher. Ils réussissaient à encadrer le maire comme il faut. Depuis, c’est un maire qui taxe, qui dépense. »

     

    Élu pour la première fois en 2007 comme Régis Labeaume, le député caquiste de La Peltrie, Éric Caire, connaît bien le personnage. À ses yeux, on doit d’abord à M. Labeaume le nouvel état d’esprit qui anime la ville depuis quelques années. « Ce qu’on devra toujours lui reconnaître, c’est qu’il a aidé Québec à se décomplexer. Je me rappelle quand j’étais plus jeune, Québec, c’était une ville de fonctionnaires avec un aéroport de brousse… Tous les projets avec un peu d’envergure dans lesquels on s’embarquait ne fonctionnaient pas. Régis Labeaume a changé la perception que les gens de Québec avaient d’eux-mêmes et de leur ville. Il a amené Québec à un autre niveau. Au niveau de ce que doit être une grande ville canadienne. Ici, on peut avoir de l’ambition, de grands projets, on peut rayonner à l’international. »

     

    De toute beauté

     

    Son pire échec ? M. Caire répond en parlant des dommages collatéraux de son caractère. « Il n’accepte pas la contestation, voire le simple doute. Ça l’a amené à être à la tête de quelques fiascos, comme le coffre-fort virtuel [un projet d’innovation technologique conclu avec la France et qui a dû être abandonné] ou le “vidange gate” [un nouveau programme de collecte des ordures qui a dû être corrigé face aux critiques populaires]. »

     

    La candidate à la mairie Anne Guérette va dans le même sens. Elle évoque « son attitude de mépris, de dénigrement, d’insultes, de chicanes ». « C’est un gros morceau dans ses mauvais coups, dit-elle, associant cela à un manque d’écoute. Ça cause des retards, des ratés, des changements de direction et du gaspillage d’argent. »

     

    Et son meilleur coup ? « Les bibliothèques, répond sans hésitation la chef de Démocratie Québec. La Maison de la littérature, la bibliothèque Monique-Corriveau, c’est de toute beauté. Ce qui est intéressant aussi, c’est que ces projets-là ont résulté de concours d’architecture québécois. »

     

    Le conseiller indépendant Paul Shoiry, lui, estime que Labeaume a fait ses meilleurs gains… auprès du gouvernement du Québec. « Il a été capable d’aller chercher des centaines de millions de dollars, surtout du gouvernement du Québec, soutient-il. Il a établi un lien très proche avec les premiers ministres Jean Charest à l’époque, puis Philippe Couillard, et avec des ministres », note le conseiller vétéran, qui prendra bientôt sa retraite du municipal. « Je pense que c’est sans précédent. […] Il a beaucoup de pouvoir sur les acteurs du gouvernement. »

     

    Depuis dix ans, le maire a ainsi obtenu des fonds pour l’amphithéâtre, mais aussi pour élargir trois autoroutes. Ce à quoi s’est ajoutée une pléthore d’engagements, du stade de soccer de l’Université Laval au théâtre Le Diamant de la compagnie artistique Ex-Machina, en passant par la récente place des Canotiers (voir l’encadré).

     

    Le fameux rapport de force

     

    Et c’est sans compter les nombreuses demandes législatives que les libéraux ont approuvées. Au cours du dernier mandat seulement, il a obtenu une refonte du régime de négociation dans le monde municipal et,finalement, un projet de loi sur la capitale nationale.

     

    Sur le même sujet, Éric Caire renchérit. « Les ministres de la capitale nationale ont ceci en commun qu’ils ont tous été des porteurs de valises pour le maire Labeaume. » Le député estime même que le gouvernement devrait davantage tenir tête au maire sortant. Il cite comme exemple l’étude du projet de loi sur la capitale nationale en commission parlementaire. « On votait des amendements et je voyais les attachés politiques du ministre Coiteux aller demander l’aval des représentants de la Ville de Québec, raconte-t-il. Cela dit, ces annonces-là ont été bonnes pour Québec. »

     

    Certes, les affrontements souvent serrés entre la CAQ et les libéraux dans les circonscriptions de la région ont bien servi le maire, qui tient à garder ce qu’il appelle son « rapport de force ». Encore cette semaine, au moment de présenter son bilan, il a souligné son importance.

     

    Certains des meilleurs coups ont d’ailleurs été tributaires de l’appui des libéraux. Aux élections de 2009, Régis Labeaume faisait campagne sur la construction de l’amphithéâtre, dans lequel le gouvernement Charest a finalement injecté 200 millions. Puis, en 2013, sur une réforme des relations de travail dans le monde municipal qui passait nécessairement par des projets de loi.

     

    Le dossier du transport en commun et du troisième lien pourrait toutefois complexifier la relation. Le gouvernement soutiendrait-il, par exemple, un projet de transport en commun moins populaire ?

    Principaux investissements du Québec à la ville 2009 Élargissement de l’autoroute Robert-Bourassa : 250 millions.

    2011 Construction de l’amphithéâtre (Centre Vidéotron) : 200 millions.

    2012 Prolongement de la promenade Samuel De Champlain : 136 millions.

    2014 Adoption du projet de loi sur la réforme des régimes de retraite des municipalités: économies estimées à 43 millions sur deux ans.

    2016 Adoption du projet de loi sur la capitale nationale.

    2017 Élargissement de l’autoroute Henri-IV.

    2017 Élargissement de l’autoroute Laurentienne.












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.