Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Une bombe de 258 ans sous la ville de Québec

    Un cadeau explosif du général Wolfe

    12 juillet 2017 | Dave Noël - À Québec | Ville de Québec
    Ces travailleurs croyaient avoir découvert un boulet, il s’agissait plutôt d’une bombe.
    Photo: Excavation Lafontaine Ces travailleurs croyaient avoir découvert un boulet, il s’agissait plutôt d’une bombe.

    Le boulet de canon de 1759 que l’on croyait avoir découvert au coeur du Vieux-Québec vendredi est en réalité une bombe potentiellement active. Le projectile lancé par les troupes du général Wolfe est désormais entre les mains des artificiers des Forces armées canadiennes afin d’être désamorcé.

     

    L’artefact a été trouvé à plusieurs mètres de profondeur sous la rue Hamel, à l’ombre des murs de l’Hôtel-Dieu de Québec. Après avoir extirpé le projectile pesant près de 200 livres, les employés de la compagnie d’excavation Lafontaine ont fièrement posé à ses côtés. « Ils étaient peut-être inconscients », lance à la blague l’archéologue Serge Rouleau de la ville de Québec en évoquant leur sourire. « Les chances sont faibles, mais les possibilités sont là quand même qu’il y ait une explosion. »

     

    On ignore ce qui se serait produit si la bombe avait été perforée. « Un frottement qui peut entraîner un réchauffement de la charge, c’est ça le danger, et non pas un élément extérieur comme une cigarette », souligne M. Rouleau. Lorsqu’elle aura été neutralisée, la bombe bicentenaire rejoindra les collections de la ville de Québec.

     

    Siège

     

    La trouvaille survient à quelques jours seulement de la date anniversaire de l’un des plus sinistres épisodes de la Conquête britannique. Le 12 juillet 1759, le corps expéditionnaire du général Wolfe ouvre le feu sur la capitale de la Nouvelle-France à partir de la rive sud du Saint-Laurent. Pendant près de deux mois, les assiégeants tirent sans relâche boulets et bombes. Le sifflement des projectiles est si intense qu’il entraîne la surdité du curé de Québec, Félix Récher. Selon le journal de l’ecclésiastique, il y aurait eu jusqu’à 50 000 boulets et bombes qui seraient tombés dans l’enceinte de Québec, qui ne compte alors pas plus de 8000 habitants.

     

    « La ville ne peut être dans un état plus pitoyable, à moins d’être rasée », écrit l’un des assiégés, Jérôme de Foligné. L’ingénieur britannique Patrick Mackellar, qui arpente les ruines de la capitale dans les jours qui suivent la reddition du 18 septembre 1759, est lui aussi frappé par l’ampleur des destructions. « Il est difficile de trouver une maison qui n’a pas été endommagée par les boulets ou les obus et rares sont celles qui sont habitables sans quelque réparation. »

     

    La capitale est labourée par les obus. C’est d’ailleurs par un trou creusé par une bombe dans le plancher de la chapelle des Ursulines que le général Montcalm est inhumé au lendemain de la bataille des plaines d’Abraham.

     

    Montmorency

     

    Les archéologues ont trouvé des projectiles un peu partout, jusqu’au faubourg Montmorency à Beauport, où réside Yvon Legendre. Ce passionné d’histoire conserve deux boulets de 24 livres trouvés sous une écurie démantelée il y a quelques années. L’un des projectiles s’est visiblement scindé en deux sous la force de l’impact. « Quand j’ai acheté la maison en 2001, il restait encore quelques patriarches, dans les 80 ans et plus. Une des premières choses qu’ils m’ont dites, c’est : “Tu vas trouver des boulets de canon dans ta cour !” »

    Photo: Dave Noël Le Devoir Yvon Legendre tient un boulet de canon utilisé lors de la bataille de Montmorency.
     

    Pour ce passionné d’histoire, la bombe découverte la semaine dernière sous la rue Hamel est d’abord un objet de mémoire. « Quand ils en trouvent un de même, je ne peux pas m’empêcher de me retremper dans l’ambiance des gens qui ont été assiégés. Il ne faut pas oublier que cette petite affaire-là, ce n’est pas juste un morceau de métal. »

     

    Les boulets de M. Legendre ont vraisemblablement été tirés par le Centurion, un vaisseau de la Royal Navy armé d’une soixantaine de canons. Au matin du 31 juillet 1759, cet imposant navire jette l’ancre à proximité de la chute Montmorency afin de bombarder le camp français de Beauport, où l’on retrouve les meilleures plages de débarquement du bassin de Québec.

     

    « La bataille de la Montmorency, on peut dire que c’est une guerre propre, parce que c’étaient des soldats contre des soldats, contrairement à ce qui s’est passé en ville », souligne M. Legendre, qui a travaillé pendant plus de vingt ans comme archéologue. Ce jour-là, les assiégeants lancent des milliers de boulets sur le camp français à l’aide de leurs navires afin de faciliter le débarquement des troupes britanniques. Les « habits rouges » y sont toutefois reçus par une pluie de balles et un violent orage qui met un terme à l’opération amphibie. Wolfe y perd près de 500 hommes, soit presque autant qu’à la bataille des plaines d’Abraham du 13 septembre. « Des vestiges et des sépultures pourraient bien subsister dans le périmètre du champ de bataille », soutient l’archéologue Serge Rouleau.

     

    Jardinage

     

    Le combat de la Montmorency n’a guère laissé de traces au sein de la mémoire collective. La nature se charge toutefois de rappeler son souvenir aux habitants du quartier. « Quand il y a des éboulis, il y a des boulets qui se défont du cap », avance Yvon Legendre.

     

    Autrefois, les boulets récupérés au bas de la falaise étaient peints en rouge par les habitants du quartier afin de délimiter les allées de leurs jardins. Ce patrimoine paysager se délite aujourd’hui au gré des ventes de garage. Pour une vingtaine de dollars, M. Legendre a ainsi récupéré un petit boulet de la Montmorency au marché aux puces de Sainte-Foy.

     

    Dans les voûtes de l’Hôtel-Dieu de Québec, les soeurs augustines ont conservé précieusement deux bombes et une vingtaine de boulets. Sur l’une des poutres de leur monastère transformé en centre de ressourcement de méditation, on peut toujours apercevoir la marque laissée par l’un des projectiles, à un jet de pierre de la rue Hamel.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.