Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Zoom critique sur des radios de Québec

    23 novembre 2012 |Isabelle Porter | Ville de Québec

    Québec — Les radios d’opinion continuent de déranger à Québec. Jeudi soir, la Ligue des droits et libertés a demandé à des expertes en journalisme et en droit de la conseiller sur les moyens à prendre pour contrer le discours de ces radios.


    La rencontre a pris la forme d’une conférence de la professeure de journalisme à l’Université Laval Dominique Payette et de Lucie Lemonde, du département des sciences juridiques de l’UQAM, qui est aussi une ex-présidente de la Ligue. Une bonne quarantaine de personnes assistaient à l’événement en soirée.


    Mme Payette a commencé en donnant des exemples du manque d’éthique journalistique des stations FM 93 et CHOI-FM. Elle s’est alors penchée sur les entrevues que leur ont accordées lors de la campagne de 2008 les candidats Anne Bourget et Régis Labeaume.


    Les entrevues avec lui étaient d’une « extraordinaire complaisance », a-t-elle dit alors qu’à CHOI, on reprochait à Mme Bourget « de ne pas avoir été capable d’emprunter pour s’acheter un char », ce qui, disait-on, l’éloignait « du monde ordinaire ». Le jugement de la professeure était clair : « C’est ce qu’on enseigne d’éviter dans les écoles de journalisme. »


    Mme Payette est toutefois loin de prôner la censure. « J’ai passé ma vie à donner la parole à du monde. Jamais je ne pourrai dire qu’il faut les faire taire. » Elle suggère plutôt de créer des incitatifs financiers pour amener les radios à faire partie du Conseil de presse et à embaucher davantage de journalistes professionnels.


    Mme Lemonde a ensuite expliqué que « la voie judiciaire pour s’attaquer aux radios » n’est « pas une solution ». « Même des propos d’une virulence extrême sont permis dans une société libre et démocratique », a-t-elle affirmé avant d’analyser des jugements de la Cour suprême.


    Dans les causes en diffamation, « traditionnellement, les tribunaux ont donné plus d’importance à la réputation, […] et là, il y a un changement de vent où on donne plus de place à la liberté d’expression ».


    Il semble par ailleurs que l’activité de jeudi soir ne soit que la première étape d’une mobilisation plus sérieuse. Elle survient dans un « contexte où des organisations de la région se proposent de former une coalition pour agir contre ce type de discours », annonçait le communiqué de la Ligue.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.