Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    L'Université Laval et le RTC en retard

    Québec — Deux des plus importantes institutions de la ville de Québec, l'Université et le réseau de transport en commun, continuent de bouder le sans-fil gratuit, au grand dam de ZAP-Québec.

    Mario Asselin s'étonne d'autant plus de la résistance de l'Université Laval que la première institution à avoir rejoint le réseau sans fil gratuit est une autre université, soit l'Université du Québec dans le quartier Saint-Roch.

    Qualifiant l'absence de Laval de «décevante», il explique que cette dernière a son propre réseau payant et qu'il est conçu pour ses profs et ses étudiants sans égard aux visiteurs. «Pour moi, c'est inconcevable. Si la ville a été capable de le faire, il me semble que ça ne prendrait pas beaucoup d'efforts pour avoir quelques bornes sans démanteler leur réseau.»

    Quant au Réseau de transport en commun de la capitale (RTC), il s'explique tout aussi mal leurs résistances, d'autant que la Société de transport de Lévis (STL) a fait le saut et que «ça marche».

    D'emblée, à l'heure où le RTC veut augmenter son nombre d'usagers, un service de Wi-Fi peut être un facteur déterminant dans la décision de troquer la voiture pour le bus, puisqu'il permet de travailler durant le trajet qui mène au boulot.

    À l'Université Laval, on reconnaît qu'il n'y a pas «actuellement» de réseau sans fil gratuit, mais on se dit prêt à envisager d'en implanter un au cours des années à venir. «On avait un plan jusqu'à 2011-2012 depuis l'entrée du réseau sans fil. Après ça, c'est certain qu'on va revoir les modes payants ou non payants à travers différentes hypothèses, a commenté le porte-parole Sylvain Gagné. Pour l'heure, précise-t-il, les conférenciers et les visiteurs qui souhaitent accéder à Internet se font donner des codes temporaires, «à la pièce».

    Au RTC, on nous dit que les priorités de l'organisation «étaient ailleurs» jusqu'à tout récemment, mais que la formule Wi-Fi sera testée pour une première fois à l'automne sur deux parcours. Selon la porte-parole Carole Brousseau, l'organisation compte bien rattraper son retard. «On pense à ça, soyez sans crainte!»












    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.