Les fonctionnaires québécois qui ne maîtrisent pas l’anglais sont pénalisés, selon le SFPQ

<p>Le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Maxime Laporte, presse le gouvernement libéral de briser l’élan au «bilinguisme institutionnel».</p>
Photo: Annik MH de Carufel Archives Le Devoir

Le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste de Montréal, Maxime Laporte, presse le gouvernement libéral de briser l’élan au «bilinguisme institutionnel».

Les employés de l’État québécois qui baragouinent l’anglais sont pénalisés, fait valoir le Syndicat de la fonction publique et parapublique du Québec (SFPQ).

 

Certains fonctionnaires ont été privés « d’occuper certains postes » au sein de l’appareil administratif puisque « la connaissance de l’anglais » fait de plus en plus partie des critères d’embauche, a déploré le président du SFPQ, Christian Daigle, mardi.

 

Le SFPQ fait partie des Partenaires pour un Québec français (PQF), qui ont lancé une pétition pressant le gouvernement libéral de mettre en vigueur l’article 1 de la loi 104. Adopté à l’unanimité par l’Assemblée nationale, il y a 15 ans, l’article 1 de la Loi modifiant la Charte de la langue française (« loi 104 ») obligerait l’administration à communiquer par écrit uniquement en français avec les personnes morales établies au Québec ainsi que les autres gouvernements.

 

« Est-ce que, d’ici la fin de la législature actuelle, on va décréter l’application de cette loi qui a des conséquences, notamment, chez les fonctionnaires du gouvernement du Québec, qui se voient refuser des promotions parce qu’ils ne sont pas totalement bilingues ? » a demandé le porte-parole de l’opposition officielle en matière d’identité nationale, Pascal Bérubé.

 

La ministre responsable de la Protection et de la Promotion de la langue française, Marie Montpetit, a pris soin de rappeler que « le Parti québécois s’est retrouvé quand même 18 mois au gouvernement et n’a pas non plus mis en avant ce projet de loi [sic] ». « C’est facile de lancer la pierre quand on n’a rien fait dans le dossier non plus », a-t-elle déclaré en chambre.

 

Le chef de l’opposition officielle, Jean-François Lisée, a demandé au premier ministre, Philippe Couillard, d’expliquer « pourquoi [il ne veut] pas affirmer que le français est la langue officielle dans les rapports entre l’État et les entreprises québécoises ». « Le français est la langue officielle du Québec. On en est très fiers. Sachons la parler, l’écrire, l’enseigner correctement, et ça ira encore mieux au Québec », a rétorqué M. Couillard.

 

Un frein diplomatique ?

 

Selon le gouvernement libéral, la mise en vigueur de l’article 1 de la loi 104 empêcherait notamment le premier ministre de communiquer avec des dirigeants politiques étrangers dans d’autres langues que le français. « C’est totalement faux », a fait valoir le président général de la Société Saint-Jean-Baptiste (SSJB) de Montréal, Maxime Laporte. « Il va de soi qu’il y aurait des traductions de courtoisie, comme ça se fait en diplomatie internationale. »

 

L’instigateur de la pétition presse le gouvernement libéral de briser l’élan au « bilinguisme institutionnel ». « Le français décline. Plus encore, notre propre gouvernement national se trouve à nuire à l’avenir de la langue française, notamment dans l’administration publique », a-t-il déclaré lors d’une conférence de presse sur la colline Parlementaire. M. Laporte, qui est également candidat à l’investiture du Parti québécois dans la circonscription de Pointe-aux-Trembles, y voit un « enjeu de société majeur » à moins de huit mois des prochaines élections générales.

 

D’ailleurs, la SSJB a intenté une poursuite le 19 janvier dernier afin de forcer le gouvernement québécois à appliquer cette « disposition vitale de la loi 101, mais qui est restée lettre morte depuis plus de 15 ans ».

 

Le Parti québécois, la Coalition avenir Québec et Québec solidaire proposent tous de mettre en vigueur l’article 1 de la loi 104 s’ils se voient confier les commandes de l’État québécois le 1er octobre 2018.

 

La co-porte-parole de QS Manon Massé a qualifié de « pissous » les gouvernements qui se sont succédé depuis l’adoption de la loi 104, en 2002. « Il me semble que ce n’est pas compliqué : il faut que ce gouvernement [libéral]-là arrête de se mettre à genou devant les grandes entreprises. »