Pourquoi les infirmières des hôpitaux anglophones ne font presque pas d'heures supplémentaires?

Chez les anglophones — au Québec, au Canada comme aux États-Unis —, il est courant de proposer des horaires de 12 heures aux infirmières.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Chez les anglophones — au Québec, au Canada comme aux États-Unis —, il est courant de proposer des horaires de 12 heures aux infirmières.

Alors que tous dénoncent les heures supplémentaires obligatoires imposées aux infirmières, certains font remarquer que les hôpitaux anglophones, eux, n’y recourent presque jamais. Faudrait-il s’en inspirer ?

Oui, répondent à l’unisson les patrons, représentants syndicaux et experts contactés par Le Devoir. Mais avec quelques bémols.

Tous s’entendent d’abord pour dire que le modèle du CUSM se distingue des autres. Contrairement aux autres hôpitaux du Québec, les quelque 3000 infirmières qui y travaillent ont la possibilité de faire des quarts de travail de 12 heures au lieu de 8.

« À peu près 80 % de nos postes sont des postes de 12 heures », explique Richard Fahey, directeur des ressources humaines du CUSM qui inclut l’Hôpital général de Montréal, l’hôpital Royal Victoria, l’Hôpital neurologique, le Centre Lachine et le Glen. « Donc, la personne travaille trois jours par semaine au lieu de cinq, mais elle travaille plus longtemps quand elle est sur le site. »

De plus, la plupart de ces postes sont rotatifs. « Ça veut dire que, sur une période de six semaines, une infirmière va être appelée à travailler de jour, de soir, de fin de semaine et de nuit. »

Mais surtout, les infirmières soumettent dans un logiciel interne les quarts de travail qui leur conviennent. Des propositions qui sont retenues à moins que toutes les plages ne soient pas couvertes.

« Ça fait en sorte que les heures supplémentaires obligatoires chez nous, ça n’existe à peu près pas », ajoute M. Fahey en parlant de « moins de 1 % des cas ». Ce modèle remonte au moins aux années 1980, précise-t-il.

Pourtant, les employés du CUSM sont représentés par les mêmes syndicats que le reste du réseau, soit la Fédération interprofessionnelle de la santé (FIQ). D’ailleurs, les ententes conclues entre les infirmières et Québec permettent les quarts de travail de 12 heures. Or une minorité d’établissements s’en prévalent.

Moins de hiérarchie

Autre différence, la « collégialité », indique Jacinthe Pepin, directrice du Centre d’innovation en formation infirmière (CIFI) de l’Université de Montréal.

« Il y a moins de hiérarchie, c’est un travail d’équipe, observe-t-elle. On travaille sur cette approche-là dans le monde francophone, mais c’est plus implanté du côté anglophone. »

Mme Pepin a aussi remarqué que la proportion d’infirmières qui ont un diplôme universitaire « est plus élevée » dans le monde anglophone. Pourquoi ? Mme Pepin préfère ne pas trop s’avancer, mais mentionne qu’au Canada anglais, « il faut avoir un baccalauréat pour devenir infirmière » alors qu’au Québec, on embauche beaucoup de diplômées des cégeps. « La France, de son côté, commence à peine à intégrer les infirmières dans les universités. »

Sa collègue de l’Université Laval Clémence Dallaire note, elle aussi, que la hiérarchie est plus déterminante dans les milieux francophones, où « la progression de la carrière » est « strictement liée à l’ancienneté » plutôt qu’à la formation.

« Le summum, c’est de travailler de jour parce qu’on a suffisamment d’ancienneté », résume la chercheuse en sciences infirmières. « Ça fait en sorte qu’on se retrouve toujours avec des jeunes le soir et la nuit, quand il y a moins de personnel d’encadrement et de ressources pour les aider. »

Selon elle, les anglophones craindraient davantage que leurs infirmières partent vers les États-Unis ou le Canada anglais, où les quarts de travail de 12 heures et les rotations sont également offerts. À cet égard, M. Fahey concède que l’objectif est de « garder les infirmières qu’on a formées » et que la proportion d’infirmières avec « beaucoup d’ancienneté » est d’ailleurs « plus grande » au CUSM qu’ailleurs.

Pas une panacée

Mais attention, indique Ann Déry, de la section locale de la FIQ au CUSM, le modèle anglophone n’est pas non plus une panacée. « C’est vrai qu’on a des horaires différents, mais une fois qu’on a dit ça, on a les mêmes réalités qu’ailleurs dans le réseau. Notre charge de travail est très lourde, dit-elle. Nos ratios professionnel-patients n’ont pas été revus depuis des années. »

Quant aux heures supplémentaires, elles ne sont certes pas obligatoires, dit-elle, mais le manque de ressources n’en reste pas moins problématique. « Si deux infirmières sont malades, par exemple, ils vont essayer de les remplacer. Mais si tout le monde dit non, ceux qui restent sont à court de personnel et ça ajoute à la surcharge. » Aussi, les coûts liés aux arrêts de travail sont en hausse, ajoute-t-elle.

Mme Déry concède toutefois que la situation serait probablement encore plus difficile sans le mode d’organisation des horaires et les quarts de travail de 12 heures.

Au sujet des problèmes liés aux ratios, M. Fahey dit que cela relève des discussions « qui se font au niveau national ». À propos de la surcharge, il ajoute que le CUSM « a les mêmes ratios qu’ailleurs » et « n’a pas plus d’argent ». « Mais on pense que notre façon de gérer notre personnel nous permet d’attirer et de retenir notre personnel en conséquence. »