Couillard veut améliorer la flexibilité aux bénéficiaires d’assurance parentale

Le premier ministre du Québec Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre du Québec Philippe Couillard

La Coalition avenir Québec veut mettre « plus d’argent dans leur portefeuille », le Parti québécois (PQ) veut leur offrir des services « de qualité » et le Parti libéral du Québec veut leur donner « plus de flexibilité et plus de temps ».

Les familles : voilà la portion de l’électorat que les partis politiques qui se sont réunis en caucus au cours des dernières semaines ont tour à tour tenté de courtiser.

Seuls les élus de Québec solidaire ne se sont pas encore rencontrés pour discuter de leur plan de match pour la reprise des travaux parlementaires, prévue mardi. Leur caucus aura lieu lundi, à la veille du retour des élus au Salon bleu.

Au terme du caucus libéral, le chef libéral, Philippe Couillard, a déclaré jeudi avoir « planifié tout le mandat, de même que nos engagements, pour qu’ils se déroulent de façon cohérente » avec le calendrier imposé par les élections à date fixe.

D’ici le rendez-vous électoral d’octobre 2018, le premier ministre espère réaménager le Régime québécois d’assurance parentale (RCAP) afin de permettre aux parents de moduler la manière dont ils utilisent les 55 semaines maximales prévues pour les congés de maternité et de paternité. « [Ils auraient], par exemple, l’occasion de travailler à temps partiel, l’option de prendre le congé sur une période plus longue, la possibilité d’un retour progressif au travail avec un horaire à quatre jours par semaine », a illustré le premier ministre.

Vacances payées

M. Couillard garde aussi le cap sur sa volonté de faire augmenter le seuil de vacances payées aux travailleurs québécois. Depuis le mois de mai, il laisse courir la rumeur voulant qu’il propose une semaine de vacances supplémentaire aux travailleurs québécois.

Le chef libéral prend le pari que ses intentions ne froisseront pas les employeurs. « Un employé heureux, un employé qui a la capacité d’être moins inquiet pour ses enfants ou ses parents âgés, c’est un employé plus productif, et [en fin de compte], c’est quelque chose qui est favorable pour les patrons », a-t-il déclaré.

Or, ces « moyens » ne serviront pas à annuler l’impopulaire modulation des tarifs de garde que son gouvernement a introduite en 2014. « Je pense qu’il doit y avoir un aspect progressif dans cette participation aux coûts », a réitéré le premier ministre en déplorant le caractère inéquitable, selon lui, du tarif de garde unique proposé par le PQ.

3 commentaires
  • Marguerite Paradis - Abonnée 2 février 2018 05 h 34

    VOS PERSONNES SEULES ET VOS AIDANTES NATURELLES?

    Pouvez-vous s.v.p. vous adressez aussi à vos citoyen.nes qui vivent seul « avec » un salaire minimum et de vos aidant.es naturelles « avec » un rien d'accompagnement?

    Ce n'est pas la population qui est cynique, ce sont nos éluEs qui sont sinistres.

    M.P.

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 2 février 2018 09 h 42

    les gens ont la dent sucrée,ils veulent des bonbons et

    les donneurs de bonbons meme ceux qui nous ont privé de l'essentiel .Alors d'ici les
    élections ce sera l'Halloween tous les jours.Vaudrait mieux donner des brosses a dents
    (comme je l'ai déja fait).
    Avant les bonbons provinciaux,j'aimerais connaitre combien d'argent(essentiel) nous
    envoyons a Ottawa et combien vraiment nous est retourné de toutes les facons ?
    J'espere avoir des réponses,plusieurs réponses.

  • Louise Collette - Abonnée 2 février 2018 12 h 39

    Couillard

    Il veut pas mal de choses depuis que les sondages ne lui sont plus favorables..Et les gens se forcent pour sourire plus parmi les Libéraux, j'espère que les électeurs ne seront pas dupes.