Québec solidaire mise sur la méthode Sanders

Gabriel Nadeau-Dubois s’est entretenu avec une quinzaine de bénévoles de QS réunis jeudi à Montréal pour tester une nouvelle plateforme nommée «Mouvement».
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gabriel Nadeau-Dubois s’est entretenu avec une quinzaine de bénévoles de QS réunis jeudi à Montréal pour tester une nouvelle plateforme nommée «Mouvement».

Appelons cela l’inspiration Bernie Sanders : en prévision des élections 2018, Québec solidaire (QS) souhaite décentraliser l’action militante de ses sympathisants pour en démultiplier l’effet. Au risque de « perdre un peu le contrôle sur le message ».

« On veut éliminer tous les obstacles entre l’envie de s’impliquer et le fait de s’impliquer », indiquait jeudi le député Gabriel Nadeau-Dubois à une quinzaine de jeunes organisateurs bénévoles. Ceux-ci étaient réunis dans un local industriel de Montréal pour tester une nouvelle plateforme nommée « Mouvement », développée par QS au coût de 25 000 $.

Accessible sans contrainte en ligne, Mouvement centralise pour mieux… décentraliser. La plateforme se présente ainsi comme une sorte de carrefour interactif de tout ce qui se fait et s’organise autour de Québec solidaire : activités officielles et non officielles, calendrier et carte des événements à venir, boîte à outils pour « contribuer au mouvement » — incluant des logos du parti qui peuvent être imprimés sur des dépliants maison.

Entre autres choses, un militant qui aurait une demi-heure à donner au parti un soir pourrait le signaler sur la plateforme et recevoir une liste de numéros de téléphone à contacter. Il ferait les appels de chez lui, sans organisateur au-dessus de son épaule.

Tout pour faciliter l’implication, souhaite-t-on. « Le pari fondamental, c’est celui de la décentralisation, et oui, d’une forme de perte de contrôle, soutient M. Nadeau-Dubois. C’est de prendre à contre-pied la culture de base des partis, qui est toujours verticale : on veut contrôler, on veut faire attention, on ne veut pas avoir l’air fou. C’est la logique naturelle. Nous, on veut lâcher du lest. Mais ça implique que quelqu’un peut bafouiller au téléphone… »

Mouvement plus que parti

Le co-porte-parole du parti inscrit cette initiative dans la foulée de ce qu’il promettait à son arrivée en politique l’an dernier : rapprocher le parti d’un mouvement social.

Dans le cas présent, la principale nouveauté consiste en la possibilité, pour les militants, d’organiser des activités identifiées à QS sans que personne du parti autorise l’événement.

« C’est l’idée derrière la campagne de Bernie Sanders [candidat à l’investiture des démocrates américains], reconnaît Gabriel Nadeau-Dubois : donner beaucoup d’autonomie aux militants, leur faire confiance. »

Les activités officielles seront identifiées comme telles. Mais pour le reste, n’importe qui peut essentiellement proposer n’importe quoi. Québec solidaire ne craint pas les dérapages. « Dans le cas de Sanders, il y a peut-être eu deux, trois événements qui ont mal été sur des milliers », dit M. Nadeau-Dubois.

Et ailleurs ?

Interrogés jeudi, des organisateurs libéral, péquiste et caquiste notaient tous qu’il est déjà possible pour des militants de leur parti de proposer des activités.

« Mais c’est vrai que pour utiliser le nom du Parti québécois, il y a un processus d’approbation qui suit », dit l’attaché de presse du parti, Yannick Grégoire. Les échos sont semblables à la Coalition avenir Québec et au Parti libéral du Québec.

En ce qui concerne la décentralisation des initiatives, ces partis qui ont des élus un peu partout en réfèrent aux associations de circonscriptions.

« Nous en avons 125 à travers le Québec et chacune d’elles s’occupe de l’animation régionale, d’organiser des assemblées de cuisine ou d’autres événements », indique le directeur des communications des libéraux, Maxime Roy.

Et au-delà de ça, la bataille électorale va aussi se jouer autour des logiciels que chacun possède pour solidifier et élargir son vote. Banque de données précises, gestion de listes, messages microciblés : peu de choses sont en apparence laissées au hasard… et c’est un peu là que Québec solidaire veut faire cavalier seul.