Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Bulletin de l’opposition

    Michel David
    12 décembre 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    Pascal Bérubé (Matane-Matapédia) a fait de grands progrès dans le rôle exigeant de leader parlementaire. La série de questions qu’il a adressées au président de l’Assemblée nationale dans l’affaire Guy Ouellette contribuera à faire progresser la jurisprudence. En bon tacticien, il a réussi à piéger Pierre Moreau en forçant la tenue d’un vote qui a donné l’impression qu’il contestait l’autorité du premier ministre. A

     

    Manon Massé (Sainte-Marie–Saint-Jacques) a remplacé Françoise David comme conscience sociale de l’Assemblée nationale. Elle a proposé une série de mesures pour sécuriser les victimes d’agressions sexuelles et a suggéré, à l’exemple de ce qui a été fait à Philadelphie, de réviser l’ensemble des plaintes jugées non fondées au cours des cinq dernières années, amenant le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, à créer un projet pilote à la SQ. A

     

    Même s’il donne souvent l’impression de naviguer au gré du vent, François Legault (L’Assomption) a eu nettement le dessus sur son homologue péquiste, Jean-François Lisée, dans la lutte pour déterminer qui incarnerait le changement souhaité par la population. Ses mesures pour stimuler la natalité avaient toutefois un relent passéiste et il a commis un impair en suggérant d’éliminer la connaissance du français de la grille de sélection des immigrants. A-

     

    Gabriel Nadeau-Dubois (Gouin) demeure un personnage polarisant, mais il n’a pas mis de temps à imprimer sa marque sur Québec solidaire, dont il tente de recentrer le discours tout en ménageant ses « purs et durs ». Dans le dossier de la fusion avec Option nationale, QS a fait preuve d’un pragmatisme qu’on ne lui connaissait pas. La question est maintenant de savoir qui, de lui ou de Manon Massé, sera au prochain débat télévisé entre les chefs. A-


     

    La spectaculaire victoire de Geneviève Guilbault à l’élection partielle de Louis-Hébert a eu un effet accélérateur sur la remontée progressive que la CAQ effectuait depuis le printemps. La nouvelle porte-parole en matière de famille s’est cependant aventurée sur un terrain glissant en appuyant l’idée d’une aide financière à la femme au foyer et en louant le modèle d’affaires des garderies non subventionnées. B

     

    En adoptant la ligne dure d’entrée de jeu, Simon Jolin-Barrette (Borduas) a permis à la CAQ de prendre le leadership de l’opposition au projet de loi sur la commercialisation du cannabis. B

     

    Nicolas Marceau (Rousseau) a progressé dans l’alignement péquiste à la période de questions. Sa démonstration de la bêtise de la décision du gouvernement fédéral d’exempter les abonnés de Netflix de la TPS était si convaincante que le ministre des Finances, Carlos Leitão, n’avait pas d’autre choix que de leur imposer la TVQ. B

     

    Le projet de loi sur la neutralité religieuse de l’État a finalement été adopté, mais Agnès Maltais (Taschereau) a au moins réussi à en faire disparaître la disposition qui aurait forcé les élus à rencontrer les représentants de toutes les confessions, y compris les plus farfelues. B

     

    Alexandre Cloutier (Lac-Saint-Jean) et Jean-François Roberge (Chambly) ont mené de concert la lutte pour que la loi 101 s’applique à l’école à la maison. M. Cloutier a repris du poil de la bête depuis sa déconvenue à la course à la chefferie, mais son collègue caquiste a généralement été plus mordant. B


     

    La CAQ a assumé le fait d’avoir voulu augmenter en catimini le salaire des députés depuis qu’Ottawa a décidé d’imposer leurs allocations de dépenses. « Quand on vient en politique, on fait des sacrifices, on n’est pas prêts à voir des baisses salariales », a expliqué un des représentants de la CAQ au Bureau de l’Assemblée nationale, Donald Martel (Nicolet-Bécancour). Il avait peut-être raison sur le fond, mais cela a fait mauvaise impression. C

     

    Il est rarissime qu’un député temporairement exclu du caucus de son parti refuse de le réintégrer même si son ex-chef l’y invite. Le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, a décidé de siéger comme indépendant jusqu’à la fin de son mandat, mais ce choix semblait plus dicté par la frustration de se voir refuser l’ensemble du dossier des régions que par l’intérêt de ses électeurs. D

     

    Même si le Directeur des poursuites criminelles et pénales avait conclu qu’il n’avait commis aucun acte criminel envers Alice Paquet, Gerry Sklavounos (Laurier-Dorion) a échoué dans sa tentative de réintégrer le caucus libéral, après que le réseau TVA a fait état de nouvelles allégations d’inconduite sexuelle impliquant une jeune militante libérale. E

     

    Claude Surprenant (Groulx) a eu le déshonneur d’être le premier député de l’Assemblée nationale que le commissaire à l’éthique recommande de sanctionner pour s’être placé dans une situation de conflit d’intérêts et avoir fait un mauvais usage des fonds publics. Ses collègues de l’Assemblée nationale, qui ont entériné à l’unanimité le rapport du commissaire, n’ont manifestement pas cru au plaidoyer d’innocence de l’ex-caquiste. E













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.