Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Un proche de Couillard mis à l’amende par le DGEQ

    6 décembre 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Québec | Québec
    Les faits qui sont reprochés à Marc G. Bruneau remontent à 2012-2013, lors de la course à la chefferie du Parti libéral du Québec.
    Photo: Graham Hughes Les faits qui sont reprochés à Marc G. Bruneau remontent à 2012-2013, lors de la course à la chefferie du Parti libéral du Québec.

    Le Directeur général des élections du Québec (DGEQ) a mis à l’amende mardi un proche de Philippe Couillard qui aurait été impliqué dans la sollicitation illégale de contributions financières pendant la course à la chefferie du Parti libéral du Québec (PLQ).

     

    « Par ses actes », Marc G. Bruneau aurait « aidé » Éric Ouimet à solliciter des contributions, même si ce dernier n’était pas « le représentant financier de Philippe Couillard », a écrit le DGEQ.

     

    Les faits qui sont reprochés à Marc G. Bruneau remontent à 2012-2013 et sont passibles d’une amende minimale de 500 $.

     

    « J’avais et j’ai toujours eu, pendant la course au leadership de M. Couillard, un certificat en bonne et due forme me donnant le droit de solliciter des sommes pour la campagne », a tenu à préciser Marc G. Bruneau dans une déclaration transmise au Devoir.

     

    « Ce qui m’a été reproché est que M. Éric Ouimet m’a aidé à solliciter des sommes pour une activité alors que la campagne avait omis de lui transmettre un certificat de solliciteur », a-t-il précisé.

     

    Le PLQ a confirmé cette version des faits. « L’organisation a omis de bonne foi de lui envoyer un certificat de solliciteur », a déclaré son porte-parole, Maxime Roy.

     

    MM. Bruneau et Roy ont attesté que « tous les dons étaient légaux ». Le DGEQ a refusé de confirmer ou d’infirmer leurs prétentions. « À ce stade-ci, nous ne pouvons donner ce genre d’informations », a déclaré la porte-parole Alexandra Reny.

    [Je] n’ai jamais eu l’intention d’aller à l’encontre de la loi électorale
    Marc G. Bruneau, solliciteur libéral

    Marc G. Bruneau a aussi assuré avoir « toujours agi de bonne foi ». « [Je] n’ai jamais eu l’intention d’aller à l’encontre de la loi électorale à titre de bénévole de la campagne de M. Couillard », a-t-il déclaré. « J’ai payé l’amende minimale de 500 $ à la suite de cette infraction. »

     

    Marc G. Bruneau a été nommé membre indépendant du conseil d’administration de la SAQ par le gouvernement Couillard en juin 2015. Il travaillait auparavant pour la firme de services financiers Groupe Capital alternatif.

     

    Un militant de la CAQ mis à l’amende

     

    Un sympathisant de la Coalition avenir Québec (CAQ) a lui aussi été mis à l’amende pour avoir « versé une contribution à la CAQ au-delà de la limite permise de 100 $ » au cours de l’année 2016. L’infraction reprochée à Yvon Maheux « constitue une manoeuvre électorale frauduleuse », a conclu le DGEQ.

     

    L’amende minimale pour ce type d’infraction est de 5000 $.

     

    Yvon Maheux dispose de 30 jours pour signaler son intention de plaider coupable, ou non, aux infractions qui lui sont imputées. S’il est reconnu coupable, il perd « le droit de se livrer à un travail de nature partisane, de voter et d’être candidat à une élection, et ce, pour une période de cinq ans », a rappelé le DGEQ.

     

    « M. Maheux a pris l’initiative d’utiliser le site Web du DGEQ pour faire des dons qui totalisent plus de 100 $ à la CAQ. […] Dès qu’on l’a su, on lui a signifié qu’il devait cesser cette manoeuvre avec le site Web du DGEQ, car il est en infraction avec la loi », a réagi la directrice générale de la CAQ, Brigitte Legault.

     

    « Par ailleurs, nous avons demandé au DGEQ de bloquer les dons politiques d’un individu lorsque ceux-ci ont déjà atteint le plafond de 100 $ et nous attendons toujours une action en ce sens », a-t-elle ajouté.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.