Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    L’esprit de 2012

    Michel David
    5 décembre 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    Après l’ébullition du printemps érable, alors que Pauline Marois était elle-même descendue dans la rue pour taper de la casserole, l’éphémère gouvernement péquiste avait causé une grande déception.

     

    Plusieurs avaient espéré que le mouvement de protestation lancé par la grève étudiante serait le début d’un temps nouveau. Pour la première fois depuis la douloureuse défaite du Oui au référendum du 30 octobre 1995, les Québécois avaient semblé vouloir se réapproprier la politique.

     

    Le PQ avait recruté les éléments les plus modérés du mouvement étudiant et fait élire dans Laval-des-Rapides l’ancien président de la Fédération étudiante collégiale du Québec (FECQ), Léo Bureau-Blouin. Sa collègue de la Fédération universitaire (FEUQ), Martine Desjardins, allait tenter sa chance sans succès 18 mois plus tard dans Groulx. Le PQ n’a cependant pas su ou voulu profiter de la ferveur contagieuse du printemps érable. Comme si on pouvait faire une révolution — l’indépendance — dans la tiédeur !

     

    C’était la CLASSE et son porte-parole, Gabriel Nadeau-Dubois, qui incarnaient le mieux l’esprit de 2012. Chacun est marqué par ses expériences. Ce que lui et ses camarades de l’époque ont vécu pendant ces quelques mois a été un peu l’équivalent du débat sur le rapport Allaire pour Mario Dumont et la poignée de jeunes de la commission jeunesse qui avaient quitté le PLQ pour fonder l’ADQ.

     

    L’enfant terrible du printemps érable n’a pas fondé un nouveau parti, mais il lui a suffi de quelques mois pour provoquer à Québec solidaire un changement, dont la fusion avec Option nationale est une démonstration spectaculaire. Pour qu’elle se réalise, plus de 80 % des délégués au congrès de la fin de semaine dernière ont accepté un « compromis » substantiel sur le mandat de l’assemblée constituante. Jusqu’à présent, ce mot ne faisait pas partie du vocabulaire de QS, qui y voyait un synonyme de « compromission ».

     

    Dans un parti aussi idéologique, cette transformation ne se fait pas sans douleur, comme en témoigne la lettre de démission qu’un membre de longue date de l’association de Marie-Victorin, Daniel Raunet, a adressée samedi au bureau national de QS. Depuis le départ de Françoise David, le parti pour lequel il militait depuis des années a tourné le dos à la démocratie participative, explique-t-il. Il est devenu « un parti comme les autres, manipulé par une poignée de dirigeants et qui a cessé depuis de longs mois de faire de la politique autrement ».

     

    M. Raunet dit également ne pas adhérer à « l’idéologie élitiste » d’ON, que QS a faite sienne en acceptant l’élection d’« une assemblée constituante où les seules opinions recevables seraient celles de la minorité indépendantiste », pas plus qu’à « la vision primaire haineuse et manichéenne du Canada contenue dans l’entente de fusion avec Option nationale ».

     

    Il rejette « un programme qui prétend faire de l’indépendance un principe au moins aussi important que la lutte au néolibéralisme ». Il s’oppose aussi à la « feuille de route » proposée par OUI-Québec, que QS semble maintenant prêt à accepter, et dont le but réel serait de « mettre en selle par des désistements mutuels un futur gouvernement Lisée ».

     

    Il est vrai que l’indépendance occupe plus de place dans le discours de QS depuis l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois. Ce dernier a également indiqué qu’il était prêt à reprendre les négociations multipartites sur la « feuille de route », que la direction de QS avait rejetée au printemps dernier. En revanche, il a clairement exclu toute possibilité d’alliance électorale avec le PQ d’ici l’élection du 1er octobre 2018. À voir le PQ dégringoler dans les sondages, on se demande d’ailleurs quel intérêt QS pourrait y trouver.

     

    En fin de semaine, ses porte-parole n’ont vraiment pas donné l’impression d’être moins résolus à combattre le néolibéralisme, et rien dans les propositions qui ont été adoptées ne remet en question l’objectif fondamental du programme de QS, c’est-à-dire la « socialisation des activités économiques », même si on ne le claironne pas.

     

    Un nouveau pragmatisme semble néanmoins prévaloir. Il n’y a pas longtemps, les délégués auraient sans doute adopté avec enthousiasme le remplacement de l’expression « patrimoine », présumément sexiste, par « héritage culturel ». On semble avoir compris qu’il y a des limites à se déconnecter des préoccupations du commun des mortels.

     

    Au printemps 2012, les dizaines de milliers de personnes qui étaient descendues dans les rues, leurs enfants sur les épaules, n‘étaient pas des révolutionnaires qui voulaient abattre le « système ». La plupart ne s’intéressaient pas davantage à la question des droits de scolarité, qui avait déclenché le mouvement. Ils avaient simplement le sentiment qu’il fallait changer quelque chose. C’était là l’esprit de 2012. Quand Gabriel Nadeau-Dubois dit que l’important n’est pas d’additionner des votes, mais de créer une dynamique rassembleuse, c’est sans doute à cela qu’il pense.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.