Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Les délégués solidaires dressent leurs priorités et donnent le feu vert à une fusion QS-ON

    3 décembre 2017 12h32 | Marco Bélair-Cirino à Longueuil | Québec
    Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois et le chef du parti Option nationale, Sol Zanetti, lors d'une conférence de presse le 5 octobre dernier
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le député solidaire Gabriel Nadeau-Dubois et le chef du parti Option nationale, Sol Zanetti, lors d'une conférence de presse le 5 octobre dernier

    Les délégués de Québec solidaire établissent leurs priorités en vue de la campagne électorale, qui battra son plein dans moins de 10 mois. La mise de côté de l’expression « patrimoine » au profit de celle d’« héritage culturel » n’en est pas une, a statué une majorité des 550 membres rassemblés en congrès.

     

    Sur fond de sondage décevant, les solidaires se sont abstenus d’inclure dans leur plateforme électorale la promesse de « mettre en valeur la contribution des femmes dans l’héritage culturel et la rendre visible », notamment en biffant l’expression « patrimoine », qui est « issue du patriarcat ». « L’origine des mots qu’on utilise, la présence ou non de préjugés sexistes dans le langage, c’est un vaste débat […] qu’il ne faut pas faire à la va-vite », a fait valoir le co-porte-parole de QS, Gabriel Nadeau-Dubois, samedi après-midi. « C’est un débat important qu’il ne faut pas ridiculiser et qu’il faut faire sereinement », a-t-il ajouté.

     

    En revanche, les délégués ont inclus dans leur plateforme électorale l’engagement de « nationaliser la distribution Internet » au Québec afin de « réduire son prix » et d’« assurer un accès haute vitesse » dans toutes les régions.

     

    Ils ont aussi promis de « modifier la loi pour favoriser le pluralisme syndical » dans le secteur agricole dans un premier mandat, quitte à briser le monopole de l’Union des producteurs agricoles (UPA).

     

    Sondage décevant

     

    Les délégués de QS sont rassemblés en congrès préélectoral ce week-end à Longueuil alors que l’appui populaire à leur formation politique s’effrite. Québec solidaire recueille 11 % des intentions de vote, soit 4 points de moins qu’en juin dernier (15 %).

     

    La Coalition avenir Québec a quant à elle le vent en poupe. Le parti de François Legault se voit crédité de 36 % des intentions de vote, selon le dernier coup de sonde de Léger. Il s’agit de 2 points de plus qu’en octobre.

     

    La CAQ carbure au « désespoir » d’une frange de l’électorat québécois de voir le Parti libéral du Québec (32 % des intentions de vote) être réélu le 1er octobre prochain, estime non sans inquiétude M. Nadeau-Dubois. « Beaucoup de gens veulent du changement, c’est clair. Il y a beaucoup de gens qui sont même désespérés [tellement] ils veulent du changement. Je pense que c’est ce désespoir qui actuellement nourrit la CAQ. Sauf que le désespoir en politique, comme dans la vie de tous les jours, ça ne fait pas toujours prendre de bonnes décisions », a-t-il affirmé à la presse.

     

    Il s’agit d’un effet pervers du mode de scrutin actuel dans lequel « celui qui projette l’idée qu’il est capable de battre le pouvoir en place recueille une bonne partie du vote de contestation », a poursuivi le député de Mercier, Amir Khadir.

     

    Feu vert à la Fusion QS-ON

     

    Les délégués de QS ont donné leur bénédiction samedi au projet de fusion entre Québec solidaire et Option nationale, au terme d’un débat tenu à huis clos samedi avant-midi.

     

     

    Après s’y être toujours refusé, QS s’engage désormais à mettre sur pied une assemblée constituante dite « fermée », c’est-à-dire qui aboutira nécessairement à la rédaction d’une Constitution d’un État québécois souverain, au lendemain d’une victoire électorale. Il s’agissait d’une condition sine qua non posée par Option nationale. « Aujourd’hui, en congrès [les membres de QS], disent : « Oui à cette modification à notre programme. Si c’est le compromis qu’il faut faire pour permettre un rassemblement des forces progressistes indépendantistes, nous sommes prêts à le faire », a fait valoir M. Nadeau-Dubois, après l’annonce du résultat du vote. « GND » ― qui a fait la promotion d’une « union » QS-ON dès sa première sortie médiatique comme candidat au poste de co-porte-parole le 9 mars dernier ― a remporté son pari.

    La fusion entre Québec solidaire et Option nationale, ce n’est pas seulement une question de mathématique électorale. Ce n’est pas seulement une question d’additionner des votes ou d’échanger des comtés. Il y a ici une dynamique [de rassemblement] qui se crée. Il y a ici un mouvement qui se crée.

    Gabriel Nadeau-Dubois

    Les délégués de QS se sont par la suite prononcés en faveur de l’inclusion dans leur plateforme électorale de cinq des six propositions soumises par Option nationale, dont celles de réaffirmer le français comme seule langue officielle et commune du Québec, d’abolir la Loi sur l’équilibre budgétaire et de créer un directeur parlementaire du budget, de charger une commission parlementaire spéciale de « calculer une part juste et équitable de la dette fédérale » qui incomberait à un Québec-pays.

     

    Les solidaires ont toutefois refusé d’inclure dans leur programme l’engagement de revoir le « financement des réseaux d’éducation francophone et anglophone afin qu’il corresponde davantage au poids démographique de chaque groupe ».

     

    Option nationale aura le dernier mot

     

    Le député de Gouin appelle les membres d’ON à prendre part, de pair avec leurs confrères et consœurs de QS, à « la création d’une réelle alternative [qui plus est] crédible et rassembleuse comme il ne s’en est pas vu au Québec depuis longtemps ». « On vous attend les bras grands ouverts pour construire ensemble le Québec », a-t-il lancé durant une conférence de presse transmise en direct sur la page Facebook de QS.

     

    Les délégués d’ON auront le dernier mot. En effet, ils se prononceront sur la dissolution de leur formation politique au sein de QS lors d’un congrès extraordinaire, le 10 décembre prochain à Sainte-Foy. L’issue du vote apparaît plus incertaine dans les rangs du parti créé il y a six ans par l’ex-député péquiste Jean-Martin Aussant , les partisans et les opposants à la fusion se livrant une rude bataille.

     

    Le chef d’ON, Sol Zanetti, invite les membres de son parti politique à approuver à leur tour le projet de fusion, y voyant une « occasion historique » à ne pas manquer. « Les solidaires ont fait le choix d’aller vers une démarche d’accès à l’indépendance qui est claire et assumée comme celle d’option nationale », a-t-il souligné en marge du congrès de QS. M. Zanetti est l’un des quelque 200 observateurs invités à Longueuil ce week-end. Contrairement aux journalistes, il a pu assister au débat des militants solidaires précédant le vote sur le projet de fusion.

     

    Les solidaires ont aussi donné le feu vert à l’état-major de leur formation politique pour participer à de nouvelles discussions, sous l’égide des Organisations unies pour l’indépendance (OUI Québec), sur une « feuille de route » d’accession à l’indépendance commune aux quatre principaux partis politiques indépendantistes (PQ, QS, ON et Bloc québécois).













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.