Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Le choc des cultures

    Michel David
    30 novembre 2017 | Michel David - mdavid@ledevoir.com | Québec | Chroniques

    Dans l’immédiat, la fusion d’Option nationale avec Québec solidaire, que les délégués au congrès de QS devraient officialiser en fin de semaine, n’aura qu’un impact marginal sur le paysage politique québécois, sinon que cette caution souverainiste apportée à QS pourrait encore coûter quelques votes au PQ. C’est dans une perspective plus lointaine qu’il faut l’apprécier.

     

    Après des mois de discrètes négociations entre le PQ, QS, ON et le Bloc québécois, sous les auspices des Organisations unies pour l’indépendance (OUI), l’annonce en mai dernier du rejet de la « feuille de route » commune par la direction de QS, dans des circonstances qui demeurent nébuleuses, a semé la consternation dans la famille souverainiste, y compris chez bon nombre de solidaires.

     

    On a reproché au président sortant de QS, Andrés Fontecilla, d’avoir signé une entente qui contrevenait à un élément fondamental du programme du parti, qui prévoit la création d’une assemblée constituante dite « ouverte », c’est-à-dire qui ne déboucherait pas nécessairement sur la rédaction d’une constitution d’un Québec souverain.

     

    À peine cinq mois plus tard, c’est pourtant ce à quoi la direction de QS a renoncé pour permettre la fusion avec ON, qui exigeait que l’assemblée constituante soit « fermée » et accouche nécessairement de la constitution d’un État souverain.

     

    Il serait illusoire de penser que des négociations tripartites puissent être relancées avant l’élection du 1er octobre 2018. Le rejet brutal de l’alliance électorale avec le PQ par le dernier congrès de QS a causé trop d’amertume et, de toute manière, les uns et les autres seront accaparés par leurs préparatifs électoraux. L’acceptation du principe de l’assemblée constituante « fermée » n’en lève pas moins le principal obstacle à la « convergence », que la reconfiguration de l’échiquier politique au lendemain de l’élection pourrait favoriser grandement.

     

    Bien des choses peuvent se produire au cours des dix prochains mois, mais les sondages n’annoncent présentement rien de bon pour le PQ. Les positions identitaires de Jean-François Lisée ont été un facteur décisif dans le rejet de l’alliance électorale par les militants solidaires et un changement de chef rendrait les choses plus faciles.

     

    D’autant plus que QS est aussi en mutation depuis l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois, qui, dès son arrivée, a clairement indiqué qu’il n’entendait pas se contenter d’un rôle de conscience sociale à l’Assemblée nationale et qu’il visait le pouvoir. On peut le trouver présomptueux, mais un tel objectif nécessite que certaines choses changent à QS.

     

    Personne ne doute de la sincérité des convictions de gauche de M. Nadeau-Dubois. Son arrivée et celle des 6000 nouveaux membres qu’il a recrutés risquent néanmoins de provoquer un choc générationnel. Les héritiers du Printemps érable n’ont pas la même culture politique et organisationnelle que les militants issus du milieu communautaire. Il n’est pas étonnant que certains se sentent un peu bousculés.

     

    L’annonce en grande pompe de la fusion avec QS place bel et bien les délégués au congrès face à un fait accompli. L’entente est à prendre ou à laisser, sans possibilité d’amendement. Cette façon de faire est inhabituelle à QS, mais comment les militants solidaires pourraient-ils désavouer les porte-parole qu’ils viennent d’élire ?

     

    Le responsable des orientations au sein du Comité de coordination de QS, Jean-Claude Balu, qui a signifié sa dissidence, a pourtant raison : cette fusion remet en question des positions qui ont été définies après le très long « processus collectif » unique à QS, d’autant plus que l’entente prévoit une révision de l’ensemble du programme de QS après 2018 pour mieux l’arrimer à celui d’ON.

     

    Plus encore qu’au nouveau mandat de l’assemblée constituante, M. Balu s’oppose à la modification prévoyant qu’« un gouvernement de Québec solidaire appliquera les mesures prévues à son programme, qu’elles soient compatibles ou non avec le cadre constitutionnel canadien ». Il y voit une intention de rupture avec le Canada dès l’arrivée au pouvoir de QS, ce qui revient à adopter l’idée de l’élection référendaire préconisée par ON.

     

    D’autres divergences semblent difficilement conciliables. Alors que le programme de QS propose « la socialisation des activités économiques » et la nationalisation de plusieurs secteurs, M. Balu constate que pour ON « il n’y a qu’un secteur à l’économie, le privé, avec un peu d’économie sociale pour paraître progressiste ».

     

    Il note également une « incompatibilité totale » entre les deux partis en ce qui concerne la neutralité de l’État et la laïcité. Alors qu’ON veut interdire le port de signes religieux aux agents de l’État en position d’autorité, y compris les enseignants, QS estime que la laïcité de l’État ne s’étend pas aux individus qui le représentent.

     

    L’intransigeance sur les principes peut sans doute donner bonne conscience, mais cela ne suffira peut-être pas à satisfaire la nouvelle génération de solidaires, qui semble vouloir des résultats plus concrets.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.