Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    CAQ: chimérique baby-boom

    Robert Dutrisac
    28 novembre 2017 |Robert Dutrisac | Québec | Éditoriaux

    Pour pallier le problème démographique du Québec, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, propose de stimuler les naissances en accordant une aide financière accrue aux parents. Plus la famille serait nombreuse, plus l’aide serait généreuse. On peut douter de l’efficacité de cette mesure, d’autant plus que les fonds publics pourraient servir à de meilleures fins, dans les services de garde et les écoles.


    Quand la CAQ s’avance sur le terrain des politiques familiales nous reviennent à l’esprit certaines propositions d’inspiration conservatrice de l’Action démocratique du Québec. En 2007, le défunt parti absorbé par la formation de François Legault y allait d’une promesse qui a séduit : une allocation hebdomadaire de 100 $ par enfant d’âge préscolaire pour les parents qui n’enverraient pas leurs enfants dans les services de garde subventionnés.

     

    En plus de coûter des milliards, cette allocation aurait eu pour effet d’encourager les mères à rester à la maison, surtout les femmes dont les revenus de travail sont faibles.

     

    C’est exactement ce que le programme de services de garde a cherché à contrer. Et c’est ce qu’il a réalisé. Le taux d’activité des Québécoises — leur présence sur le marché du travail — dépasse aujourd’hui celui des Canadiennes.

     

    Dix ans plus tard, François Legault ne va pas aussi loin. Il projette de mettre, de diverses façons, « plus d’argent dans le portefeuille des familles » et plus encore dans le portefeuille des parents qui veulent avoir un deuxième ou un troisième enfant. Il s’agirait d’une allocation régulière et non pas d’un « bébé-bonus », c’est-à-dire une somme forfaitaire versée à la naissance d’un enfant.

     

    C’est le gouvernement libéral de Robert Bourassa qui a introduit ce bébé-bonus à la fin des années 1980. À l’origine, l’État versait un montant forfaitaire de 500 $ à la naissance du premier et du deuxième enfant et 3000 $ pour le troisième enfant et les suivants. En 1992, c’est une somme de 1000 $ qui était accordée pour le deuxième enfant et de 8000 $ pour les suivants. Certains experts avaient jugé que les bébés-bonus avaient effectivement contribué à hausser le taux de fécondité des Québécoises. D’autres avaient conclu que l’effet n’était que temporaire.

     

    Quoi qu’il en soit, ce type de programme présente le désavantage de considérer les femmes comme des génitrices au service de l’État. Aujourd’hui, une telle mesure ne manquerait pas de soulever de fortes réticences de la part de femmes actives sur le marché du travail — elles le sont presque autant que les hommes et sont plus instruites qu’eux, de surcroît.

     

    Contrairement à ce que pense François Legault, ce n’est pas seulement l’aide financière directe qui peut inciter un couple à avoir un enfant et une femme à enfanter. Les motivations sont beaucoup plus complexes. Le programme de garderies subventionnées peut aussi s’inscrire dans une politique dite nataliste, tout comme le programme de congés parentaux. Dans les deux cas, ils facilitent grandement la vie des parents qui occupent des emplois, qui poursuivent une carrière.

     

    Dans le discours qu’il a prononcé devant ses militants, François Legault a affirmé qu’il n’y avait pas « 50 solutions possibles » pour répondre au défi démographique auquel le Québec fait face. « Il y en a deux, l’immigration et la natalité », a-t-il dit. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il s’agit d’une simplification.

     

    D’une part, l’immigration n’a pas d’effet, ou si peu, sur la démographie : les immigrants arrivent dans la trentaine et, s’ils ont parfois des enfants, ils ont aussi des parents qui viennent éventuellement les rejoindre. C’est un des mythes les plus répandus qui veut que l’immigration modifie de façon significative la pyramide des âges, bien qu’elle puisse pallier des besoins circonscrits de main-d’oeuvre.

     

    D’autre part, il est illusoire de penser que les politiques natalistes, si tant est qu’elles soient efficaces, représentent une solution aux défis auxquels le Québec est actuellement confronté. De telles politiques ne donnent pas de résultats miracles, et leurs effets sont à long terme.

     

    Et puis non, il n’y a pas que deux solutions, l’immigration et la natalité. Il y a aussi l’éducation — faire en sorte qu’un plus grand nombre de jeunes obtiennent non seulement un premier mais un deuxième diplôme. Et comme l’éducation commence dès la petite enfance, il faudrait s’assurer de la qualité des services de garde et faire davantage — et plus tôt — pour les enfants qui éprouvent des difficultés scolaires. Cela vaut mieux que d’appeler de ses voeux un chimérique baby-boom.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.