Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La stratégie des bonbons des Libéraux

    Rentable, de redonner en fin de mandat ce qui a été enlevé au début? Pas nécessairement.

    25 novembre 2017 |Guillaume Bourgault-Côté | Québec
    Depuis la crise financière de 2008, la croissance des revenus de l’État est demeurée plutôt stable, montrent les chiffres de Québec.
    Photo: Francis Vachon Le Devoir Depuis la crise financière de 2008, la croissance des revenus de l’État est demeurée plutôt stable, montrent les chiffres de Québec.

    Des mesures d’austérité en début de mandat, puis une redistribution sur une base individuelle des surplus dégagés à 11 mois des élections : la stratégie est connue et éprouvée. Mais est-elle rentable ? Mise en contexte.


    C’est Carlos Leitão qui l’affirmait mardi : « Je ne me prends pas pour le père Noël. Ce qui serait électoraliste, ce qui serait farfelu, ce serait de promettre des réductions d’impôt ou des dépenses additionnelles sans en avoir les moyens. »

     

    Le ministre des Finances n’a toutefois pas trouvé beaucoup d’observateurs pour penser comme lui cette semaine. La mise à jour qu’il a présentée à Québec a été largement perçue comme un déballage de cadeaux — chèques aux parents d’élèves et baisses d’impôt rétroactives allant jusqu’à 1000 $ par famille… — qui vient marquer le début non officiel de la plus longue campagne électorale de l’histoire du Québec.

     

    Tous ont aussi noté que cette stratégie des bonbons prend appui sur les décisions prises par le gouvernement Couillard en début de mandat. Souvenez-vous. Cette période d’« austérité » ou de « rigueur budgétaire », selon le point de vue, où les libéraux ont donné un sérieux coup de frein dans les dépenses du gouvernement.

     

    Depuis la crise financière de 2008, la croissance des revenus de l’État est demeurée plutôt stable, montrent en effet les chiffres de Québec. C’est la cassure dans la courbe de la croissance des dépenses à partir de 2014 — une inflexion qui a affecté particulièrement les grands secteurs de la santé et de l’éducation — qui indique le plus clairement d’où provient la manne redistribuée cette semaine (voir graphique).

     

    Vieux truc

     

    Professeure de science politique à l’Université d’Ottawa, Geneviève Tellier a consacré sa thèse de doctorat à mesurer l’influence des cycles électoraux sur l’idéologie budgétaire des gouvernements provinciaux. Dire qu’elle n’a pas été étonnée de la mise à jour de Québec relève de l’euphémisme.

     

    « C’est un réflexe que les gouvernements ont depuis des décennies : supprimer d’abord et redistribuer ensuite, disait-elle en entretien jeudi. Et avec un modèle d’élection à date fixe, on amplifie cet élément, on peaufine davantage les stratégies. Ça ne fait rien pour diminuer le cynisme des électeurs, mais il faudra s’habituer. »

     

    Sa collègue de l’UQAM Anne-Marie Gingras trouve « plutôt normal » le fait qu’un gouvernement « essaie de faire ce qui fait mal au début de son mandat pour pouvoir ensuite se présenter aux élections avec une position adoucie. Ce n’est pas tant un choix strict de communication politique qu’un choix de gestion par étapes ».

    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le ministre des Finances, Carlos Leitão, a affirmé mardi qu’il serait farfelu «de promettre des réductions d’impôt ou des dépenses additionnelles sans en avoir les moyens».
     

    Si le concept n’est pas nouveau, la manière de faire a changé, dit Mme Tellier. « Avant, dans les années 1970-1980, on jouait beaucoup avec les dépenses [avant les élections]. On était dans une logique de croissance des dépenses, de mise en place de programmes sociaux, il n’y avait pas de marge de manoeuvre pour diminuer les impôts. Ces dernières années, on manipule davantage la courbe des revenus en se privant d’impôts. »

     

    En observant la stratégie du gouvernement Couillard, Geneviève Tellier fait valoir « qu’on ne peut pas parler d’un réinvestissement qui nous ramène où nous étions en 2014. On est ailleurs ». C’est-à-dire ? « On réinvestit, bien sûr, mais on change la façon dont on aide les gens. La nature de l’intervention de l’État se transforme. »

     

    Mme Tellier estime qu’il « est clair que ce gouvernement est plus à droite sur l’échiquier politique. La logique, ça a été de sabrer les programmes sociaux, comme les garderies abordables, pour remettre de l’argent dans les poches des contribuables et les laisser décider de ce qu’ils veulent en faire. Il y a une logique individualiste très forte — et calculée — derrière ça ».

     

    Sentiment d’urgence ?

     

    Il y a aussi un sentiment d’urgence, peut-être, lié aux résultats du dernier sondage Léger qui donnait la Coalition avenir Québec (CAQ) en avance sur les libéraux. Lors de la campagne électorale de 2014, François Legault répétait quotidiennement que la CAQ allait « remettre 1000 $ dans le portefeuille des familles » qui « étouffent » sous le poids des taxes. Pour reprendre le mot de M. Leitão, il n’est peut-être pas « farfelu » de penser qu’il s’est inspiré de cette page du programme caquiste pour préparer sa mise à jour.

     

    « J’imagine que les gouvernements font aussi des choix en fonction des sondages et que ça explique ce glissement vers la droite », avance Anne-Marie Gingras. Geneviève Tellier voit dans la « puissance de réaction du gouvernement quelque chose d’un peu désespéré ». « La menace de la CAQ est bien réelle, c’est pourquoi ils ont agi avec une mise à jour qui était dans les faits pratiquement un budget. »

     

    La recette inconnue

     

    Mais cette stratégie de redonner avant une élection est-elle nécessairement gagnante ? C’est loin d’être sûr, note Geneviève Tellier. « Il y a d’autres considérations qui entrent en ligne de compte dans le choix des électeurs : le besoin de changement, la qualité de l’opposition, la personnalité du chef au pouvoir. On ne peut pas étudier les résultats seulement selon les bonbons qui ont été donnés avant l’élection. »

     

    Les deux profs soulignent que les électeurs s’attardent généralement plus à leur situation personnelle globale qu’à la seule question de la taxation : ont-ils un emploi, un salaire correct qui permet de payer les factures, ont-ils vraiment ressenti les réductions de service discutées dans les médias, etc. « Là où ça va satisfaire plus directement certains, c’est pour ceux qui préfèrent un État moins interventionniste », pense Geneviève Tellier.

     

    Mme Tellier rappelle que les expériences récentes ont montré tout le pouvoir d’une campagne électorale : peu importe la position des partis au départ, tout peut changer en cours de route (Thomas Mulcair et Denis Coderre peuvent en témoigner pour les dernières campagnes fédérale et municipale). « Si donner un bonbon en fin de mandat fonctionnait toujours, on aurait toujours les mêmes gouvernements… La recette est heureusement plus compliquée que ça. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.