Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Le caucus libéral se solidarise avec Jean Charest

    Le premier ministre louange son prédécesseur et fustige le chef de la CAQ

    25 novembre 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Québec | Québec
    Le premier ministre Philippe Couillard
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

    La visite de l’ex-premier ministre Jean Charest au 33e congrès des membres du Parti libéral du Québec (PLQ) ne crée « aucun malaise », ont répété tour à tour les élus libéraux qui affluaient vendredi soir au palais des congrès de Québec, où les militants du parti se réunissent pour la fin de semaine.

     

    « Vous me demandez si j’ai un malaise ? J’aurais eu un malaise s’il n’avait pas été invité », a lancé le ministre de la Santé, Gaétan Barrette.

     

    Tour à tour, ses collègues et lui ont fait la liste des réalisations de l’ex-chef libéral, qui doit prendre la parole devant les militants ce samedi, dans le cadre du 150e anniversaire du PLQ.

     

    Les énumérations des élus libéraux étaient calquées sur celles faites par le premier ministre Philippe Couillard la veille : elles reprenaient surtout les expressions « équité salariale », « Plan Nord » et « conseil des ministres paritaire ».

     

    Et l’enquête policière visant Jean Charest ? « [Il n’y a] personne qui me tient au courant de ça », a répondu le ministre Laurent Lessard. « Le parti a une longue tradition de respecter ses premiers ministres. Pour leur vie personnelle ou d’autres aspects professionnels, moi, je ne travaille pas là-dessus », a-t-il ajouté. « M. Charest est un premier ministre qui a fait son travail », a aussi insisté le ministre Pierre Arcand. « S’il y [a] des enquêtes qui démontrent autrement, on révisera. Mais pour l’instant, ce n’est pas le cas. »

     

    Les ex-policiers Guy Ouellette et Robert Poëti ont été plus mesurés. « Je pense que tout citoyen libéral au Québec a le droit de se joindre aux célébrations du 150e, incluant M. Charest », a affirmé le premier. « M. Charest est un militant libéral depuis toujours. Ici, c’est une rencontre de militants qui sont du Parti libéral, donc je ne suis pas mal à l’aise d’être ici », a dit le second, avant de tourner les talons.

     

    Les fleurs pour l’un, le pot pour l’autre

     

    Le premier ministre Couillard ne s’est pas adressé aux médias. Devant les militants, il a lui aussi louangé son prédécesseur. « Quand on bâtit la confiance, on engendre la prospérité, par exemple, grâce au Plan Nord, qu’on doit à la créativité et à la vision du premier ministre Jean Charest. Le PQ n’en voulait pas ? On l’a relancé », a-t-il lancé. Il s’agissait là de la seule pointe qu’il a lancée au Parti québécois. L’essentiel de ses attaques a été dirigé contre le chef de la Coalition avenir Québec, qui fait bonne figure dans les sondages. « On ne va plus rien laisser passer », a-t-il dit au sujet de François Legault. « Ne laissons rien passer, tous ensemble ! » a-t-il encore scandé, face à l’ovation debout que son commentaire a engendrée.

     

    À plusieurs reprises, il a évoqué les « 312 jours » qui séparent les Québécois de la prochaine élection générale. « Ce congrès lance un compte à rebours. On a 312 jours […] pour convaincre les Québécois que nous sommes encore et toujours le parti de l’avenir », a-t-il lancé.

     

    Le premier ministre a une fois de plus envoyé un message rassurant aux anglophones, auxquels il tend la main depuis des mois. « Votre voix est au gouvernement », a-t-il assuré. Quelques heures plus tôt, la ministre des Relations avec les Québécois d’expression anglaise, Kathleen Weil, a donné le coup d’envoi officiel du Secrétariat aux relations avec les Québécois d’expression anglaise et annoncé la tenue d’une consultation publique sur les « préoccupations » des anglophones du Québec « dans les prochains mois ».

     

    Le congrès, qui donne l’occasion aux membres du PLQ de discuter des résolutions de la Commission politique du parti, a d’ailleurs été ouvert par une déclaration bilingue de l’ex-ministre Carole Théberge. Comme le révélait Le Devoir la semaine dernière, la Commission politique suggère notamment au gouvernement du Québec de se préoccuper des « citoyens d’expression anglaise » lors de l’élaboration de « tout nouveau projet de loi ou règlement ».

     

    Une manifestation des groupes La Meute et Storm Alliance est aussi prévue en marge du congrès, samedi, cette fois parce que La Meute souhaite marquer son opposition aux « vêtements religieux comme la burqa et le niqab qui asservissent la femme », selon sa page Facebook.

     

    Le dernier rassemblement du genre, organisé le 20 août, a tourné à la foire d’empoigne. La Meute, qui manifestait alors contre « l’immigration illégale », s’est vue confinée dans un stationnement de la colline Parlementaire, tandis qu’une contre-manifestation organisée par des militants antifascistes a pris une tournure violente. Le militant Jaggi Singh, qui avait été arrêté dans la manifestation du mois d’août, est une fois de plus attendu à Québec ce samedi.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.