Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    La querelle entre Québec et Ottawa risque de pénaliser une population vulnérable

    Un regroupement de 50 000 locataires craint de perdre sa part de la manne fédérale

    24 novembre 2017 | Isabelle Porter à Québec | Québec
    Ottawa a a annoncé mercredi sa Stratégie nationale sur le logement qui a été aussitôt critiquée par le gouvernement du Québec.
    Photo: Lapointe Magne et Associes Ottawa a a annoncé mercredi sa Stratégie nationale sur le logement qui a été aussitôt critiquée par le gouvernement du Québec.

    Des dizaines de milliers de locataires québécois censés bénéficier directement de la nouvelle Stratégie nationale sur le logement craignent de perdre leur planche de salut en raison des tensions entre Québec et Ottawa.

     

    « Il ne faudrait pas que des tensions fédérales-provinciales aient comme effet de priver les populations vulnérables du moindre dollar disponible », explique Stéphan Corriveau du Réseau québécois des OSBL d’habitation (RQOH). Son organisme représente les résidents de 22 000 logements, notamment beaucoup de personnes âgées et des personnes avec des problèmes de santé mentale.

     

    Contrairement à d’autres types de logements sociaux québécois, ils ont toujours été financés uniquement par le fédéral.

     

    Ces dernières années, Ottawa s’était désengagé et le Québec n’avait pas pris le relais. « L’aide devait se terminer dans les cinq années qui viennent », raconte M. Corriveau, qui signale que le gouvernement du Québec n’a jamais voulu « prendre sous son parasol » leurs logements.

     

    Or coup de théâtre ! La stratégie fédérale dévoilée mercredi annonce des investissements de 500 millions pour assurer l’avenir de 55 000 logements communautaires de leur catégorie. Étant donné que la plupart des logements dits communautaires se trouvent au Québec, des investissements majeurs sont en jeu.

     

    « C’est 50 000 personnes au Québec pour lesquelles ça va changer les choses aujourd’hui. À plein d’endroits, les loyers étaient sur le point de doubler et de tripler, et on allait générer plus ou moins 50 000 sans-abri au Québec avec ça », plaide M. Corriveau.

     

    À déterminer lors des négociations

     

    Rappelons que le gouvernement Couillard a critiqué la Stratégie nationale sur le logement, reprochant à Ottawa d’empiéter sur les compétences du Québec. « On n’adhère pas à la Stratégie nationale sur le logement », a réitéré la ministre de l’Habitation, Lise Thériault, jeudi matin en soulignant qu’elle préconisait une entente à part pour le Québec de type « asymétrique ».

     

    Le gouvernement du Québec souhaite que la Société d’habitation continue d’être « le maître d’oeuvre » des fonds du fédéral investis en logement social sur son territoire.

     

    Or lorsqu’on l’a interrogé sur le sort des OSBL qui relevaient déjà du fédéral en particulier, son cabinet n’a pas voulu se prononcer jeudi après-midi. « On n’a pas beaucoup d’information sur comment l’argent va être dépensé », a expliqué la porte-parole Clémence Beaulieu. « C’est pour ça qu’on veut une entente bilatérale et asymétrique. »

     

    Le ministre fédéral du Développement social, Jean-Yves Duclos, s’est quant à lui montré vague sur le contenu des négociations à venir. « Ce sont des termes discutés ensemble au cours des prochaines semaines et des prochains mois. Il y a beaucoup de détails très importants dont il faut absolument discuter de manière respectueuse et efficace avec tous les gouvernements », a-t-il dit.

     

    Prié de dire si l’argent pourrait être directement transféré au Québec, il a laissé entendre que le gouvernement du Québec aurait une « grande flexibilité » dans son utilisation du nouveau fonds d’investissement de 16 milliards voué aux nouveaux projets, mais n’a pas parlé du volet de la stratégie qui préoccupe le RQOH.

    Avec Jeanne Corriveau













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.