Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Le parti des Anglais

    Michel David
    16 novembre 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    Le PLQ a toujours été le refuge de la communauté anglophone, qui y a cherché une protection contre ce qu’elle percevait comme les excès du nationalisme francophone, dont le mouvement souverainiste a été l’ultime manifestation.

     

    Les électeurs anglophones n’ont pas toujours compris — ou accepté — la nécessité pour les libéraux de composer avec les aspirations de la majorité. En 1976, la colère suscitée par les tests linguistiques imposés par la loi 22 en a amené plusieurs à se tourner vers l’Union nationale, dont le sursis a favorisé l’élection du PQ.

     

    En 1989, l’utilisation de la clause dérogatoire pour maintenir la règle de l’unilinguisme français dans l’affichage commercial a conduit à l’élection de quatre députés du Parti Égalité dans autant de châteaux forts libéraux, mais la réapparition du spectre de l’indépendance après l’échec de l’accord du lac Meech a rapidement mis fin à cette bouderie.

     

    Malgré la bataille féroce que le PLQ a menée contre l’adoption de la loi 101 et contre toute tentative d’en renforcer les dispositions, bon nombre d’anglophones estiment néanmoins depuis des décennies que le PLQ tient leur appui pour acquis et ne se préoccupe pas suffisamment de leur sort.

     

    Depuis l’élection de Jean-François Lisée à la tête du PQ et le report du référendum à un très hypothétique deuxième mandat péquiste, ils peuvent manifester à nouveau leur insatisfaction sans craindre de favoriser l’éclatement du Canada. Contrairement à 1989, alors que Robert Bourassa pouvait très bien se passer d’une partie du vote anglophone sans compromettre sa réélection, Philippe Couillard n’a pas les moyens de s’offrir ce luxe.


     

    Pendant les premières années d’existence de la CAQ, l’ambiguïté constitutionnelle du parti a semé la méfiance dans la communauté anglophone, qui voyait également d’un très mauvais oeil sa promesse d’abolir les commissions scolaires. La conversion fédéraliste de François Legault, qui semble aussi avoir renoncé à bouleverser le réseau de l’éducation, a rendu la CAQ plus fréquentable. D’ailleurs, le manque d’éthique du PLQ ne plaît sans doute pas plus aux anglophones qu’aux francophones.

     

    La nouvelle sollicitude du gouvernement Couillard envers les anglophones, dont les doléances ne datent pourtant pas d’hier, coïncide parfaitement avec la baisse de leur appui au PLQ et l’augmentation correspondante de leur intérêt pour la CAQ. Entre mai et octobre, les intentions de vote libérales des non-francophones sont passées de 74 % à 60 %, indiquent les sondages de Léger. Durant la même période, l’appui à la CAQ a grimpé de 4 % à 17 %.

     

    En juin dernier, Jean-Marc Fournier, qui n’avait jusque-là d’oreille que pour les communautés francophones hors Québec, s’est soudainement découvert une sympathie pour les Anglo-Québécois des régions et a senti un urgent besoin de sensibiliser la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly, au danger d’assimilation qui les guette.

     

    Dans un premier temps, le premier ministre Couillard a engagé un conseiller dont le mandat était de s’assurer que les préoccupations des anglophones sont « reflétées de la meilleure façon possible dans les orientations et décisions gouvernementales ». Il a fait un pas de plus lors du remaniement ministériel du mois dernier, en nommant une ministre, Kathleen Weil, responsable des « Relations avec les Québécois d’expression anglaise », alors qu’il avait déjà dit que cette reconnaissance tacite de l’existence d’une « distinct society » anglophone au Québec ne ferait que semer la division.


     

    Cela ne semble pas encore suffire. La commission politique du PLQ propose maintenant « d’évaluer, lors de l’élaboration de tout nouveau projet de loi ou de règlement, l’impact de ceux-ci sur les citoyens d’expression anglaise et d’inclure à tout nouveau projet de loi, règlement ou politique des dispositions qui les concernent ».

     

    Depuis plusieurs années, le gouvernement doit déjà s’assurer que ses différentes initiatives n’ont pas d’impact négatif sur l’égalité entre les sexes. Elles ne doivent pas davantage aller à l’encontre des objectifs de la loi visant à lutter contre la pauvreté. Une « clause d’impact » de ce genre serait-elle vraiment indiquée dans le cas des anglophones, qui peuvent difficilement prétendre au statut de groupe défavorisé ?

     

    Que signifierait cela concrètement ? Les anglophones seraient-ils exemptés de nouvelles dispositions législatives ou réglementaires, comme c’est déjà le cas en matière linguistique ? Faudrait-il leur offrir davantage de services, au risque de devoir imposer davantage de bilinguisme à ceux qui les dispensent ?

     

    Les libéraux, qui se font fort d’avoir été les instigateurs de la Révolution tranquille et d’avoir fait du français la langue officielle du Québec, n’aiment pas qu’on les présente comme le « parti des Anglais », mais les délégués au prochain congrès du PLQ risquent de s’accoler eux-mêmes cette étiquette s’ils adoptent une telle proposition.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.