Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Le naufragé

    Michel David
    9 novembre 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    Il est toujours hasardeux pour un chef de parti de court-circuiter ses députés, à plus forte raison quand son leadership est déjà fragile.

     

    Au printemps 2011, Pauline Marois avait provoqué une cascade de démissions quand elle avait présenté, sans avoir consulté le caucus péquiste, un projet de loi visant à empêcher toute contestation judiciaire de l’entente très discutable sur le nouvel amphithéâtre qui était intervenue entre la Ville de Québec et Québecor.

     

    La chef péquiste semblait pourtant bien en selle. À peine deux mois avant que la crise éclate, les délégués au XVIe congrès national du PQ lui avaient renouvelé leur confiance dans une proportion de 93 %. Jean-François Lisée a obtenu un appui aussi massif au congrès de septembre dernier, mais il a finalement eu le bon sens de renoncer au projet de loi plus musclé sur la laïcité dont il avait récemment annoncé la présentation. S’il est vrai qu’Alexandre Cloutier n’a pas l’âme d’un putschiste, M. Lisée allait assurément au-devant de graves ennuis s’il s’entêtait.

     

    Le chef péquiste ne pouvait pas sérieusement croire que c’était une simple question d’« emballage » et s’imaginer que l’interdiction du voile intégral dans la totalité de l’espace public pourrait faire consensus. Lors de la course à la chefferie, ses propos sur la burka avaient soulevé un tollé dans la députation péquiste et M. Cloutier a toujours dit que ses positions sur la laïcité, essentiellement celles du rapport Bouchard-Taylor, n’avaient pas changé.

     

    Le problème est que ces positions demeurent très en deçà de celles de la CAQ, et que M. Lisée n’a manifestement pas l’intention de laisser François Legault se présenter comme le champion de la laïcité. Il reste à voir quelle sera la politique officielle du PQ lors de la prochaine campagne électorale.


     

    Le résultat de ce cafouillage est d’affaiblir encore un peu plus la position personnelle de M. Lisée et, conséquemment, celle de son parti. Quand Mme Marois avait présenté son projet de loi sur l’amphithéâtre, le PQ détenait une avance de 4 points sur le PLQ et de 16 points sur la défunte ADQ dans les intentions de vote, alors qu’il est actuellement en troisième place, à un plancher historique.

     

    Alors que l’élection de Valérie Plante pourrait donner un nouvel élan à Québec solidaire, qui semble plafonner maintenant que l’effet Gabriel Nadeau-Dubois s’est estompé, le PQ a un urgent besoin de renfort. Alors qu’on anticipait généralement son retour en politique seulement après la prochaine élection générale, sans savoir sous quelle bannière, la rumeur veut maintenant que Jean-Martin Aussant rentre prochainement au bercail péquiste.

     

    Cela n’aurait sans doute pas un grand impact dans la population, mais il y aurait là un signal important pour les souverainistes. Alors que le report du référendum à un deuxième mandat et le refus d’utiliser les fonds publics pour faire la promotion de la souveraineté ont eu un effet démobilisateur, le retour de M. Aussant prendrait l’allure d’une police d’assurance et enverrait le message que l’indépendance demeure la raison d’être du PQ. Encore faut-il que M. Aussant lui-même croie encore à l’avenir du PQ.


     

    Après avoir fusionné avec Option nationale, QS ne demanderait certainement pas mieux que d’accueillir son fondateur dans ses rangs. S’il est vrai que M. Nadeau-Dubois met davantage l’accent sur l’indépendance que ce à quoi les porte-parole solidaires nous ont habitués, on peut toutefois penser que le modèle de gouvernance de QS, avec sa direction bicéphale et son « Politburo », n’emballe pas M. Aussant.

     

    Certains diront que M. Lisée devrait y penser à deux fois avant de laisser le loup entrer dans la bergerie. Après avoir claqué la porte du PQ pour créer son propre parti, on imagine mal l’ancien député de Nicolet-Yamaska se contenter de jouer les seconds violons.

     

    En réalité, qu’a encore à perdre le naufragé auquel le chef péquiste ressemble de plus en plus ? Si, par miracle, le PQ remportait la prochaine élection, M. Lisée serait roi et maître. Si tel est son bon plaisir, il pourrait toujours nommer M. Aussant ministre de la Souveraineté. Ou même de la Santé, si cela lui chante. De toute manière, au point où en sont les choses, un dauphin de plus ou de moins ne fera pas une grande différence. Si le PQ perd la prochaine élection, à plus forte raison s’il finit troisième, M. Lisée devra partir.

     

    Malgré la fronde, Mme Marois avait conservé l’affection de la majorité de ses députés, même si certains doutaient de ses capacités. Ce n’est pas le cas de M. Lisée, qui n’est pas devenu chef en raison d’un élan du coeur, mais parce que la raison dictait de choisir celui qui semblait le plus apte à guider le parti sur le « chemin des victoires ». Gare à lui si celles-ci ne sont pas au rendez-vous.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.