Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Kolber et Bronfman ont donné près de 100 000$ au PLQ, selon le PQ

    8 novembre 2017 | Patrice Bergeron - La Presse canadienne à Québec | Québec
    Le porte-parole du Parti québécois en finances, Nicolas Marceau, soupçonne le gouvernement Couillard de fermer les yeux sur les paradis fiscaux en raison de ses accointances avec des amis du parti qui y ont recours.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le porte-parole du Parti québécois en finances, Nicolas Marceau, soupçonne le gouvernement Couillard de fermer les yeux sur les paradis fiscaux en raison de ses accointances avec des amis du parti qui y ont recours.

    Deux riches Canadiens éclaboussés par le scandale des Paradise Papers, Stephen Bronfman et Leo Kolber, ont donné pour près de 100 000 $ au Parti libéral du Québec (PLQ).

     

    L’opposition officielle soupçonne par conséquent le gouvernement Couillard d’être complaisant dans sa lutte contre les paradis fiscaux.

     

    Selon les dernières révélations du Consortium international des journalistes d’enquête (ICIJ), l’ex-sénateur libéral Leo Kolber et le grand argentier du Parti libéral du Canada (PLC) Stephen Bronfman ont contribué à la mise sur pied d’une fiducie de plus de 60 millions $US dans les îles Caïmans, un paradis fiscal, cela afin d’échapper au fisc canadien.

     

    À la période de questions mardi, le porte-parole du Parti québécois en matière de finances, Nicolas Marceau, a fait savoir que M. Kolber avait donné 56 000 $ au PLQ, de 1979 à 2017, tandis que M. Bronfman a versé 38 000 $ à cette formation, de 1995 à 2016.

     

    Le député de Rousseau a rappelé que M. Kolber était impliqué dans le Groupe Medisys depuis 2002, lié à Persistence Capital Partners, une entreprise pour laquelle M. Couillard a travaillé de 2008 à 2012. « Alors, il y a des liens étroits et intimes », a suggéré M. Marceau, en conférence de presse.

     

    En outre, il a également évoqué un projet de loi présenté par le précédent gouvernement Charest concernant la fiducie familiale des Bronfman, qui avait été retiré quand l’opposition avait posé « trop de questions ».

     

    Fermer les yeux

     

    L’élu péquiste soupçonne le gouvernement de fermer les yeux sur les paradis fiscaux en raison de ses accointances avec des amis du parti qui y ont recours.

     

    « Il y a plein de gens qui sont proches du Parti libéral qui perdraient beaucoup si le gouvernement du Québec agissait, il y a plein de monde, a soutenu M. Marceau. Et il y a beaucoup de ces gens-là qui sont très proches du Parti libéral du Québec et du gouvernement du Québec actuel. »

     

    Ulcéré, le ministre des Finances, Carlos Leitão, a déclaré qu’il se retenait pour ne pas recourir à des propos antiparlementaires proscrits par la présidence.

     

    « La question n’est pas pertinente du tout, d’essayer encore une fois de faire des raccourcis, des accusations par la bande, d’associer deux partis politiques qui sont très différents l’un de l’autre, de mélanger les choses, de mélanger le public. Je m’étonne que le Parti québécois en soit encore rendu là. »













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.