Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Geneviève Guilbault vante le modèle des garderies non subventionnées

    17 octobre 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Québec | Québec
    Pour sa première rencontre avec la presse parlementaire après son assermentation, la nouvelle députée de Louis-Hébert et porte-parole de la CAQ en matière de famille, Geneviève Guilbault, a dû s’appuyer sur son chef, François Legault, qui l’a éclairée sur les politiques du parti sur la famille.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Pour sa première rencontre avec la presse parlementaire après son assermentation, la nouvelle députée de Louis-Hébert et porte-parole de la CAQ en matière de famille, Geneviève Guilbault, a dû s’appuyer sur son chef, François Legault, qui l’a éclairée sur les politiques du parti sur la famille.

    Le modèle québécois des garderies pourrait être bouleversé sous un gouvernement caquiste : la nouvelle porte-parole du parti en matière de famille, Geneviève Guilbault, mise sur le « modèle d’affaires » des garderies privées non subventionnées, tout en ouvrant la porte à une aide pour les familles qui décident de garder leurs enfants à la maison.

     

    « On encourage beaucoup le modèle d’affaires que sont les garderies privées non subventionnées. C’est vraiment une forme d’entrepreneuriat que, nous, on souhaite soutenir », a déclaré lundi la nouvelle députée de Louis-Hébert, quelques minutes après avoir été assermentée. « On pense que c’est un modèle d’affaires intéressant, on pense qu’il faut le soutenir, qu’il faut l’encourager », a-t-elle ajouté un peu plus tard.

     

    Depuis le rehaussement du crédit d’impôt pour les frais de garde en 2009-2010 et l’abandon du tarif universel à 7 $ en janvier 2016, le nombre de places en garderies non subventionnées a explosé. Entre 2009 et 2016, elles sont passées de 7000 à plus de 55 000 : une expansion de près de 700 %.

     

    Les CPE, « une bonne chose »

     

    Le nombre de places en CPE a connu une hausse beaucoup plus modeste : de 205 000 en 2009, elles sont passées à 230 000 en 2016, ce qui équivaut à un bond de 12 %.

     

    Le gouvernement devrait-il donc investir davantage dans les CPE ? « Nous, ce qu’on croit, c’est qu’il faut investir d’abord dans les enfants, dans les services aux enfants et non dans le béton ou dans les infrastructures », a d’abord répondu Geneviève Guilbault. « Les CPE sont là. C’est une bonne chose, on veut continuer aussi à les soutenir, mais on veut s’assurer que les investissements vont vraiment aux services aux enfants et non dans les structures ou les infrastructures », a-t-elle fait valoir.

     

    Geneviève Guilbault, qui s’est vu confier le dossier de la famille dimanche, n’a pas su dire si le réseau des CPE connaissait une pénurie ou un surplus de places. Elle a aussi été contrainte d’admettre qu’elle ne connaissait pas la position de son parti sur la question des frais de garde. « Je viens d’être assermentée », a-t-elle rappelé.

     

    Son chef, François Legault, s’est chargé de rappeler la position de la CAQ. « Il n’y a pas de proposition pour les garderies non subventionnées. Nous, on est satisfait du réseau tel qu’il est actuellement », a-t-il assuré. « Dans notre dernier programme, on proposait de ne pas augmenter les tarifs des garderies [au-delà du taux] d’inflation. »

     

    L’allocation familiale, une avenue intéressante

     

    La nouvelle élue caquiste a par ailleurs qualifié d’« intéressante » la proposition de la Coalition de la relève de la CAQ, qui souhaite ressusciter l’engagement adéquiste d’instaurer une allocation familiale pour les familles qui choisissent de garder leurs enfants d’âge préscolaire à la maison. « C’est une proposition qui est intéressante, qui mérite certainement d’être étudiée », a déclaré Geneviève Guilbault. François Legault avait manifesté la même ouverture en 2011, quand il s’était dit prêt à évaluer la possibilité d’instaurer une allocation hebdomadaire de 100 $ par enfant pour les parents qui n’enverraient pas leurs enfants dans un service de garde subventionné.

     

    La nouvelle élue s’est aussi montrée heureuse de la décision du premier ministre Philippe Couillard de séparer à nouveau les ministères de la Famille et de l’Éducation, en plus de se prononcer pour les horaires atypiques pour les garderies, afin qu’elles puissent répondre aux besoins des parents « les soirs et les fins de semaine ».













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.