Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Chronique

    Le train caché

    Michel David
    7 octobre 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    Le soulagement évident du premier ministre Couillard à l’annonce de l’abandon du projet d’oléoduc Énergie Est ne doit pas faire oublier son enthousiasme initial et surtout les raisons de son appui.

     

    À ceux qui invoquaient les risques pour l’environnement et les faibles retombées économiques, M. Couillard opposait la nécessité pour le Québec de contribuer au développement de l’économie canadienne, dont la vitalité permettait au Québec de recevoir d’Ottawa 16 milliards de plus qu’il n’en versait. Cette profanation du sol québécois faisait en quelque sorte partie du prix qu’il fallait payer pour bénéficier des avantages du fédéralisme.

     

    Ce qui valait pour le pétrole semble également valoir pour la culture. Alors que ses prédécesseurs, y compris Jean Charest, avaient réclamé sous une forme ou une autre ce que Robert Bourassa appelait jadis la « souveraineté culturelle », M. Couillard n’en voit plus la nécessité sous prétexte que le Québec reçoit 35 % des fonds fédéraux consacrés à la culture alors qu’il représente seulement 23 % de la population canadienne. Le gouvernement Marois n’avait rien demandé non plus, a-t-il plaidé. En effet, le PQ veut la souveraineté tout court.

     

    La Constitution canadienne ne prévoit rien sur les pouvoirs en matière de culture, mais personne ne peut nier que le Québec est culturellement différent du reste du Canada. S’il y a un secteur où la limitation du « pouvoir de dépenser » du gouvernement fédéral serait parfaitement justifiée, c’est bien celui-là.

     

    Dans le secteur de la santé, le gouvernement Couillard a montré la même ardeur que ses prédécesseurs à défendre le droit du Québec à définir ses propres orientations. Pourtant, dans le domaine où l’identité québécoise peut s’exprimer de la façon la plus évidente, les gros sabots fédéraux ne semblent pas le déranger.


     

    Dans les gares françaises où l’on peut encore passer d’un quai à l’autre en traversant la voie, un panneau avertit les voyageurs qu’un train peut en cacher un autre. De la même façon, la menace que l’entente entre Ottawa et Netflix fait planer sur la production cinématographique et télévisuelle francophone a complètement occulté le reste de la politique culturelle rendue publique par la ministre du Patrimoine, Mélanie Joly.

     

    Un ancien sous-ministre adjoint au ministère de la Culture et des Communications du Québec, Jacques Laflamme, soulignait mercredi dans Le Devoir les dangers de cette première politique canadienne formelle en matière de culture.

     

    « En raison des leviers dont le fédéral dispose par son important pouvoir de dépenser et des nombreux leviers législatifs dont il dispose, il influencera de façon évidente les grandes orientations et l’environnement culturel pour la prochaine décennie. La politique fédérale aura pour effet d’encadrer dans bien des domaines l’action du gouvernement du Québec en culture, d’alimenter les dédoublements d’interventions et de favoriser les incohérences de l’action gouvernementale », écrivait-il.

     

    La pugnacité du ministre de la Culture, Luc Fortin, a agréablement surpris dans le dossier Netflix. La politique culturelle qu’il s’apprête à rendre publique à son tour aura beau être aussi imaginative qu’on peut l’espérer, il serait désolant qu’elle doive se fondre dans le moule fabriqué à Ottawa.


     

    Jeudi, le ministre responsable de ce qu’on appelle maintenant de façon plus provinciale les « Relations canadiennes et la Francophonie canadienne », Jean-Marc Fournier, avait convoqué les médias pour les informer des suites qui avaient été données à la nouvelle « Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes » publiée en juin dernier, qui est d’ailleurs muette sur la culture.

     

    Un journaliste lui a demandé si, au-delà d’une énumération de ses rencontres des dernières semaines avec des personnalités de la société civile au Canada anglais, il avait quelque chose d’un peu concret à rapporter. « Bien, la chose plus concrète, c’est de pouvoir dire : on veut travailler à ce qu’on ait plus de solidarité, à ce qu’on ait plus de liens, à ce qu’on puisse mieux se faire comprendre », a répondu M. Fournier. On aura compris qu’on est encore à des années-lumière d’une nouvelle entente constitutionnelle.

     

    Au Québec comme dans le reste du pays, la classe politique fédéraliste a été traumatisée de voir la population rejeter aussi brutalement les ententes qui avaient été concoctées derrière des portes closes. De la même façon que les partis souverainistes en sont arrivés à la conclusion que l’indépendance ne pourra être réalisée qu’en mobilisant la société civile québécoise, l’appui de sa contrepartie canadienne apparaît maintenant indispensable à toute tentative de renouveler le fédéralisme.

     

    Le gouvernement Couillard semble craindre que toute demande de la part du Québec, même un simple arrangement administratif, nuise à cet exercice de sensibilisation, qui risque de prendre des années, voire des décennies, si jamais il aboutit. En attendant, sur l’autre voie, le train file à toute allure.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.