Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Éditorial

    Uber peut aller se faire voir ailleurs

    Robert Dutrisac
    28 septembre 2017 |Robert Dutrisac | Québec | Éditoriaux

    Le naturel est revenu au galop. Uber a repris son ton agressif en brandissant, mardi, la menace de quitter le Québec après que le gouvernement québécois eut exigé de la multinationale de transport de personnes qu’elle demande à ses chauffeurs de suivre une formation de 35 heures, comme le font tous les chauffeurs de taxi. Prenons Uber au mot : qu’elle parte.


    Bon débarras ! s’exclameront certains. Uber est un « citoyen corporatif » détestable qui, fort d’une avancée technologique et sous le couvert de l’économie de partage, exploite une main-d’oeuvre précaire à bon marché, du « cheap labor », disait-on à une certaine époque.

     

    Mais c’est aussi un service novateur qui a stimulé la concurrence dans une industrie sclérosée dont bien des usagers se plaignaient. Uber a proposé un modèle qui a comblé des consommateurs. Armés de leur cellulaire qui ne les quittent jamais, ils parviennent à obtenir un meilleur service, souvent à meilleur coût. Sous la pression de ce concurrent, l’industrie du taxi s’est remise en question et s’est en partie modernisée en se dotant, notamment, de plateformes technologiques semblables à celle d’Uber.

     

    En annonçant le renouvellement pour une autre année du projet pilote, le ministre des Transports, Laurent Lessard, a imposé à Uber des conditions qu’on peut qualifier de minimales et qui ne règlent en rien les problèmes causés par l’arrivée d’Uber au Québec.

     

    Après la première année du projet pilote, Uber accapare 20 % du marché — 30 % aux heures de pointe les plus lucratives, selon des représentants de l’industrie du taxi. On estime qu’Uber a encaissé des revenus annuels de plus de 100 millions de dollars au Québec.

     

    L’essor d’Uber a eu des conséquences. À Montréal, par exemple, la valeur des permis de taxi a chuté de moitié pour s’établir à quelque 80 000 $ pièce. On rapporte que les chauffeurs de taxi doivent faire davantage d’heures pour récolter le même revenu.

     

    À l’Assemblée nationale, le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, a pris le parti d’Uber en accusant le gouvernement d’imposer des conditions « incompatibles avec [le] modèle d’affaires » de la multinationale. Quelle inanité. Depuis quand l’État doit-il servilement se plier à un modèle d’affaires d’un seul acteur quand il est question d’assurer le bon fonctionnement de l’ensemble d’une industrie ? Au début du siècle dernier, le gouvernement américain, avec sa loi antitrust, a aussi nui au modèle d’affaires de la Standard Oil, qui reposait sur la constitution d’un indécent monopole.

     

    Pressé par l’aile jeunesse du Parti libéral, le gouvernement Couillard a permis à Uber de s’implanter grâce à un projet pilote d’une durée d’un an — pas vraiment un projet pilote, puisqu’il s’applique à la presque totalité du marché. Si Uber demeure au Québec, le gouvernement devra décider s’il maintient un système de gestion de l’offre, donc un système de permis, en y intégrant Uber ou s’il s’en remet aux seules forces du marché, dont on peut prévoir qu’elles s’exerceraient au détriment des chauffeurs.

     

    Si les jeunes hipsters sans conscience sociale sont trop heureux de recourir à Uber en se foutant éperdument du sort des chauffeurs aux conditions précaires, le gouvernement Couillard, de son côté, doit réaliser qu’il a un sérieux problème social à régler, une situation injuste qui affecte des gagne-petit qui sont souvent des immigrants de première génération et qui entraînera, s’il ne fait rien, son lot de faillites et de drames.

     

    Le Québec peut évidemment se passer d’Uber. Il ne s’agit pas d’un service essentiel. De fait, le gouvernement Couillard devrait une fière chandelle à la multinationale si elle mettait sa menace à exécution et prenait ses cliques et ses claques.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.