Les autochtones sollicitent Barrette, Barrette sollicite Ottawa

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette
Photo: Adrian Wyld La Presse canadienne Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette

Le ministre de la Santé, Gaétan Barrette, a fait une sortie médiatique vendredi pour réclamer un « geste concret » d’Ottawa dans un dossier dans lequel il refuse lui-même d’agir.

En plaidant l’importance de faire « un geste concret », Gaétan Barrette a demandé au fédéral de s’impliquer dans le projet de Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de la communauté de Wendake, près de Québec. « [S’impliquer dans] ce dossier-là, qui est tout à fait justifié, et pour lequel il y a une fin de non-recevoir à Ottawa, ce serait un geste certainement positif et constructif de la part de M. Trudeau », a déclaré le ministre de la Santé en évoquant une rencontre qu’il avait eue la veille avec le chef huron-wendat, Konrad Sioui, pour discuter du projet de CHSLD.

Au cours de cette rencontre, Wendake a présenté un plan de financement auquel Québec a été invité à participer. La réponse du ministre Barrette s’est résumée par « une fin de non-recevoir », a affirmé le chef Sioui, dans une déclaration que l’entourage de Gaétan Barrette a confirmée.

Le plan soumis par Wendake prévoyait l’implication financière du fédéral pour la construction du CHSLD de 24 places. Il misait aussi sur une aide de Québec, afin qu’il assume « les coûts de fonctionnement du CHSLD […], comme il le fait ailleurs au Québec », a relaté Konrad Sioui.

Le CHSLD, [Gaétan Barrette] tient mordicus à ce que ce soit Ottawa qui le paye

 

Selon Wendake, l’opération se ferait à coût nul pour Québec. « Nos personnes âgées qui ont des besoins, présentement, elles vont se faire soigner ailleurs, à Lévis, Beauport, Saint-Augustin », a énuméré le grand chef. Québec assume donc déjà les frais liés aux soins que les aînés reçoivent, a-t-il fait valoir.

Mais Québec ne voit pas les choses de la même façon. « C’est de compétence fédérale », a simplement répondu l’attachée de presse du ministre de la Santé quand Le Devoir lui a demandé pourquoi l’offre de Wendake avait été rejetée. « Santé Canada ne finance pas la construction des centres de soins de longue durée », a aussi répondu le ministère fédéral.

À Gaétan Barrette, qui est sorti devant les médias pour dire qu’il était « du côté de M. Sioui », le chef huron-wendat a rétorqué qu’il aurait préféré un engagement clair à une sortie médiatique pour demander des fonds fédéraux. « Le CHSLD, [Gaétan Barrette] tient mordicus à ce que ce soit Ottawa qui le paye. Jean Charest nous disait la même chose : si on envoie la facture à Ottawa, Ottawa ne voudra pas payer. Alors, c’est back to square one », a-t-il lâché.

Le plaidoyer sur les « gestes concrets » de Gaétan Barrette a par ailleurs ramené les projecteurs sur la communauté attikamek de Manawan, qui réclame depuis 20 ans des soins ambulanciers pour ses 2000 résidants.

Depuis la noyade d’une fillette de huit ans en septembre 2016, le chef Jean-Roch Ottawa et les maires des municipalités avoisinantes, dans Lanaudière, ont multiplié les sorties médiatiques dans l’espoir d’avoir une ambulance.

Mais il n’y a pas de quoi presser le ministre Barrette. « Ça, c’est un dossier qui est en discussion actuellement. Ça ne fait pas sept ans que moi j’en parle, et on conclura éventuellement [une entente] », a-t-il déclaré. « Il y a un vrai dossier qui pour moi est un dossier prioritaire, qui pour moi est le CHSLD », a-t-il aussi dit plus tard.

La déclaration a fait bondir le conseil de bande de Manawan. « Le dossier des services ambulanciers à Manawan est aussi un véritable enjeu prioritaire », a-t-il rétorqué dans un communiqué. « Tout comme les autres Premières Nations, la population de Manawan n’a pas à faire les frais des chicanes entre Québec et Ottawa », a aussi déclaré le chef de la communauté, Jean-Roch Ottawa, au Devoir. « C’est un enjeu prioritaire. Les autochtones ne font pas exception », a-t-il ajouté, avant de souligner qu’il est sans nouvelles du ministre Barrette depuis le mois de juin.

5 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 22 septembre 2017 12 h 09

    Et si la responsabilité de amérindiens était transférée à Québec...

    Au lieu de chicanes stériles comme celle-là, on saurait pourquoi.

    Pourquoi dans les réserves il n'y a pas de systèmes d'aqueducs, pourquoi il n'y a pas de services ambulanciers, pourquoi il n'y a pas de chsld dans la ou les réserves...

    Hein? Qu'en pensez-vous docteur Barrette...?

    Que pensez-vous de ça, l'idépendance...?

  • Jean-Pierre Martel - Abonné 22 septembre 2017 12 h 39

    Un bel exemple de racisme systémique

    Le fédéral pratique depuis des décennies une politique génocidaire à l'égard des peuples autochtones et pendant ce temps, Québec attend après Ottawa. Quelle hypocrisie.

    Ce n'est pas un exemple de chicane fédérale-provinciale: c'est un exemple de concordance de gouvernements caucasiens.

    Qu'attend le Québec pour offrir aux peuples autochtones exactement la même couverture d'assurance-maladie et d'assurance-médicaments ? Que les autochtones acceptent de payer l'impôt (dont ils sont dispensés par les traités que nous avons signé) ?

    Même s'ils étaient soumis à l'impôt, ils sont tellement pauvres qu'ils n'auraient rien à payer dans 99,9% des cas. Quant au 0,1% restant, cela nous coûterait plus cher de fonctionnaires à administrer que l'argent que nous persévérions.

    Monsieur le Ministre, un peu de compassion à l'égard de la misère humaine...

    • Jean-Yves Arès - Abonné 24 septembre 2017 11 h 41

      ''Le fédéral pratique depuis des décennies une politique génocidaire à l'égard des peuples autochtones''

      Grosse affirmation ça, et tout a fait contraire a la réalité.

      Au Québec le portrait démographique des autochtones est donné comme suit sur Wiki.

      Milieu des années 1950: 18 000

      Fin des années 1970: 37 000

      1997: 72 000

      2001: 79 4007

      2012: 98 7312


      Le ministère des affaires autochtones donne le portrait démographique pour le Canada de 1901-2011, et depuis les 1970 c'est simplement l'explosion !
      www.goo.gl/UDZwfk

      Lien complet ici, www.goo.gl/4jn9co

      On a déjà vue plus génocidaire comme politique !

  • Michel Bernier - Inscrit 22 septembre 2017 18 h 21

    Responsabilité des amérindiens

    Comme si les amérindiens n'avaient aucun tort. On veut respecter leur autonomie politique en versant les sommes dans leur propre hiérarchie politique c'est à dire le ou la chef et leur comité. La majorité des réserves revendiquent leurs droits à gérer l'argent qui vient d'Ottawa.
    Ce n'est pas péché de se questionner à ce propos.
    Comment concilier le respect de leurs demandes d'autonomie avec une gestion souvent qui laisse à désirer.
    On se débarrasse en donnant l'argent et ensuite en se foutant des résultats. Voilà le problème.

  • Robert Beauchamp - Abonné 23 septembre 2017 07 h 22

    Assistance

    Couillard annonce par la voie des médias lors des récents ouragans: ''On va aller chercher notre monde''. Même pas capable d'envoyer une ambulance chercher nos frères qui habitent la porte d'à côté. Car voyez-vous les Métis sont nos frères de sang. Cette attitude bureaucrate s'apparente à un refus d'assistance à personne en danger. On pourrait tout simplement appliquer les mêmes critères qui prévalent pour la majorité des Québécois qui ont recours au service ambulancier. Vous êtes démunis ou êtes une personne de 65 ans et plus le service est gratuit. Vous êtes majeur et travaillez, vous êtes facturé pour le service rendu. C'est Ottawa qui aurait l'air fou en refusant d'acquitter une facture qui pourrait lui être refilée; mais où est donc la sensibilité des héritiers d'Hippocrate? Un peu de sens commun tout de même. Coderre a plus de sensibilité pour des chevaux de calèche en même temps qu"il voudrait les faire disparaître du paysage.