Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Éditorial

    Consultation sur le racisme: une triste farce

    Brian Myles
    12 septembre 2017 |Brian Myles | Québec | Éditoriaux

    Les déboires de la présidente de la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse du Québec, Tamara Thermitus, et l’intention de tenir à huis clos les consultations sur la discrimination systémique et le racisme ont achevé la crédibilité de cet exercice périlleux.

     

    Visée par trois plaintes pour abus d’autorité, mauvaise gestion et manque de respect envers le personnel à peine six mois après son entrée en fonction, Mme Thermitus n’a pas la crédibilité exigée pour s’attaquer à ce dossier miné.

     

    N’eût été la pression du gouvernement Couillard, la Commission n’aurait sans doute pas envisagé de sonder le coeur des Québécois de tous horizons. La perméabilité de l’organisme face aux calculs électoralistes du gouvernement (lui-même poussé dans le dos par une résolution des jeunes libéraux) n’est pas de nature à rassurer quant à l’indépendance de cette consultation. Et la transparence n’y est pas. La Commission veut sous-traiter son jugement à une vingtaine d’OBNL (pour le moment inconnus), qui doivent mener des consultations cet automne. Les témoignages seront recueillis à l’insu du public et des médias. C’est là un autre écueil. Comment le public pourra-t-il accepter les recommandations à venir s’il est tenu dans l’ignorance des travaux ?

     

    Aussi bien mettre un terme à cette triste farce. Quoi qu’il advienne, le rapport sera torpillé par la CAQ et le PQ, qui prévoient un procès en discrimination systémique des Québécois. Le premier ministre Philippe Couillard a déjà commencé celui de Jean-François Lisée, en l’accusant injustement de « négationnisme ».

     

    Cela dit, il ne faudrait surtout pas que le débat sur le racisme et la discrimination systémique soit frappé d’un tabou au Québec. Ces questions font partie intrinsèque du mandat de la Commission. Le plan d’action ministériel de 2008 (La diversité : une valeur ajoutée) est d’ailleurs riche de propositions pour alimenter sa réflexion. Tout est dans la manière. Une politique de lutte contre le racisme et la discrimination doit reposer sur des données fiables et mesurées, et non sur des états d’âme livrés derrière des portes closes. Par ailleurs, la Commission ferait mieux de se distancier des joutes politiques du moment dans la poursuite de sa mission. Il en va de sa crédibilité.

     

    Même s’ils demeurent des phénomènes marginaux, le racisme et la discrimination sont bien réels au Québec, et ils freinent l’élan des groupes minoritaires ou racisés qui en font les frais, entre autres dans l’accès à l’emploi et au logement, et dans leurs rapports avec les autorités publiques.

     

    Les solutions à ces problèmes sont connues depuis belle lurette. Il suffit de les mettre en application.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.