Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Libre opinion

    En stigmatisant les demandeurs d’asile, Jean-François Lisée fait reculer l’indépendance

    30 août 2017 | Gabriel Nadeau-Dubois, Manon Massé et Sol Zanetti - Respectivement co-porte-parole de Québec solidaire et député de Gouin, co-porte-parole de Québec solidaire et députée de Sainte-Marie–Saint-Jacques et chef d’Option nationale | Québec
    «M. Lisée ne fait pas qu’alimenter l’intolérance et affaiblir le vivre-ensemble: il éloigne des dizaines de milliers de néo-Québécois du projet indépendantiste», affirment les auteurs.
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne «M. Lisée ne fait pas qu’alimenter l’intolérance et affaiblir le vivre-ensemble: il éloigne des dizaines de milliers de néo-Québécois du projet indépendantiste», affirment les auteurs.

    En annonçant son candidat pour l’élection partielle de Louis-Hébert, le chef du Parti québécois s’est insurgé que ce soit le Québec qui assume les dépenses liées à l’accueil des demandeurs d’asile haïtiens. Il a qualifié ceux-ci « d’invités de Justin Trudeau ».

     

    Quelques jours plus tôt, Jean-François Lisée avait accusé le gouvernement de ne pouvoir garantir deux bains par semaine aux résidents de CHSLD, alors qu’il était en mesure de fournir l’aide de dernier recours aux demandeurs d’asile qui affluent à la frontière canado-américaine. En procédant ainsi, il sous-entendait que l’un était tributaire de l’autre.

     

    Ces commentaires à répétition trahissent la tactique du chef péquiste : stigmatiser les demandeurs d’asile pour gagner des votes. Ce faisant, M. Lisée ne fait pas qu’alimenter l’intolérance et affaiblir le vivre-ensemble : il éloigne des dizaines de milliers de néo-Québécois du projet indépendantiste. Au lieu de faire de la compétition avec François Legault pour la déclaration la plus incendiaire au sujet des demandeurs d’asile, Jean-François Lisée devrait se rappeler que sans l’appui des nouveaux arrivants, le projet d’indépendance est condamné à battre de l’aile.

     

    Périodiquement, certains indépendantistes s’inquiètent du faible appui des néo-Québécois pour le projet d’indépendance du Québec. Inutile de chercher midi à quatorze heures : ce genre de déclarations, controversées et démagogiques, repousse nos concitoyens et concitoyennes issus de l’immigration. Gérald Godin, qui avait tant fait pour rapprocher les communautés culturelles et les intéresser à la souveraineté du Québec, se désolerait d’un tel changement de cap du côté du Parti québécois.

     

    À contre-courant

     

    Jean-François Lisée a remporté sa course à la chefferie en promettant de ne pas tenir de référendum, en brandissant la menace de AK47 cachées sous les burqas et en accusant Alexandre Cloutier de sympathies avec l’islam radical. On sait donc depuis un moment déjà que ses priorités ne sont ni l’indépendance ni l’inclusion. Ce n’est pas une raison pour descendre aussi bas et stigmatiser avec autant de zèle les demandeurs d’asile déjà fragilisés. Si telle est la stratégie de Jean-François Lisée pour gagner son vote de confiance puis les prochaines élections, nous lui rappelons que cette hypothétique victoire électorale se ferait au prix d’un fort recul dans l’appui à l’indépendance auprès des jeunes et des communautés culturelles.

     

    En adoptant cette tactique, le chef péquiste nage à contre-courant. De la Catalogne à l’Écosse, c’est l’inclusion et l’ouverture au monde qui font le succès des mouvements indépendantistes. Dans son documentaire Au coeur de Yes Southside, le jeune indépendantiste québécois Guillaume Denommé nous amène au coeur du quartier le plus multiethnique de l’Écosse pour rencontrer ses habitants, qui ont majoritairement voté pour la souveraineté. On y comprend qu’ils se sont notamment identifiés à la cause de l’indépendance parce que loin d’y voir une menace, ils y voyaient leur propre intérêt à vivre dans un pays souverain. Les leaders indépendantistes écossais, tout en défendant la culture écossaise, se sont tenus loin de toute tentation de stigmatiser l’immigration pour mobiliser les Écossais « de souche ».

     

    Idem en Catalogne, où la protection de la langue catalane n’a jamais amené les politiciens indépendantistes à casser du sucre sur le dos des nouveaux arrivants. Encore dernièrement, la Catalogne a vécu de terribles attentats terroristes, commis au nom de l’islam. Il n’est pourtant pas venu à l’esprit des politiciens indépendantistes d’instrumentaliser la peur et de stigmatiser les musulmans d’Espagne pour justifier l’indépendance et la reprise du contrôle des frontières.

     

    En tant qu’indépendantistes, ces déclarations nous choquent. Nous sommes convaincus qu’elles ont le même effet sur nombre de nos concitoyens et concitoyennes issus de l’immigration qui aiment le Québec et qui souhaitent son émancipation, mais qui croient que cette marche vers la liberté doit se faire en ne laissant personne derrière.

     

    Ce dont le Québec a besoin, ce n’est pas de chefs de parti qui divisent et montrent du doigt. C’est de gens qui, à l’image des Pauline Julien, Gérald Godin et René Lévesque du passé, inspirent le peuple québécois à s’unir, par-delà les différences, derrière le noble projet d’indépendance.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.