Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Québec solidaire prend le virage économique

    28 août 2017 | Marie-Michèle Sioui - Correspondante parlementaire à Québec | Québec
    Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Gabriel Nadeau-Dubois et Manon Massé

    Québec solidaire (QS) se lance dans l’année électorale qui s’amorce en attaquant le Parti libéral sur son terrain de prédilection : l’économie.

     

    Au terme du caucus de ses trois élus, réunis en Estrie pour la fin de semaine, le parti a mis en avant dimanche quatre propositions visant à « faire en sorte que cette richesse qui se produit au Québec soit renvoyée dans les poches de ceux et celles qui la créent », a résumé la députée Manon Massé.

     

    « Québec solidaire veut se positionner en faveur d’une économie au service des gens, au service du monde. […] La réforme de la Loi sur les normes du travail sera un moment privilégié pour affirmer [notre] position claire », a déclaré celle qui a également révélé être prête à assumer les fonctions de première ministre, le temps venu.

     

    Au menu pour l’automne : un retour de l’offensive pour une hausse du salaire minimum à 15 $ de l’heure, une proposition pour l’ajout de deux congés chômés payés pour tous les travailleurs, une requête pour mettre fin à l’obligation des heures supplémentaires et des pressions pour faire passer le nombre de semaines de vacances payées à quatre.

     

    L’idée chemine chez les libéraux

     

    La loi québécoise sur les normes du travail prévoit actuellement qu’un salarié ayant effectué un an de travail continu a droit à « un congé annuel d’une durée minimale de deux semaines continues ». Après cinq ans de « service continu chez un même employeur », un travailleur a droit à trois semaines de vacances payées.

     

    En mai, le premier ministre, Philippe Couillard, a dit songer à faire augmenter — d’une semaine, vraisemblablement — le seuil de vacances payées aux travailleurs québécois. « Rejoignons les pays de l’OCDE, rejoignons les pays de l’Union européenne et allons-y d’un quatre semaines de vacances après une année continue de travail », a proposé Manon Massé. La mesure permettrait selon elle de créer des emplois : « pendant ces semaines de vacances là, les travailleurs devront embaucher du monde », a-t-elle fait valoir.

     

    Parmi les pays de l’OCDE, le Canada est en queue de peloton quant au nombre de congés qu’il offre à ses travailleurs. Seul le Japon accorde autant de journées de congé (10), et seuls les États-Unis en permettent moins (aucune). La France et le Royaume-Uni sont les plus généreux : ils fournissent respectivement 30 et 28 jours de congés payés à leurs travailleurs.

     

    Québec solidaire, qui a toujours bon espoir d’en arriver à une fusion avec Option nationale d’ici les élections, ne compte cependant pas favoriser les candidatures économiques en vue du scrutin d’octobre 2018. « On cherche à tous les niveaux. […] Québec solidaire travaille pour gouverner en 2018 », a déclaré Manon Massé.

     

    Comme son collègue Gabriel Nadeau-Dubois, l’élue de Sainte-Marie–Saint-Jacques s’est par ailleurs dite prête à assumer les fonctions de première ministre, si l’occasion se présente et « si les membres en décident ainsi ».

     

    « Le comité de coordination a pris une décision sur le processus » de nomination d’un premier ministre, a-t-elle confirmé, sans vouloir donner de détails sur celui-ci. « Vous en entendrez parler dans les prochains jours », a-t-elle promis.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.