Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous
    Tétrault, candidat dans Louis-Hébert

    Couillard renoue avec l’ère Charest

    Robert Dutrisac
    19 août 2017 |Robert Dutrisac | Québec | Éditoriaux

    Apparatchik de l’ère Charest, Éric Tétrault traîne quelques casseroles derrière lui et il reconnaît qu’il n’a pas toujours été au bon endroit au bon moment. Qu’à cela ne tienne, Philippe Couillard en a fait son candidat dans la circonscription sûre de Louis-Hébert en remplacement de Sam Hamad, dont le sens de l’éthique avait été jugé trop ténu pour qu’il réintégrât le Conseil des ministres. On peut y voir une certaine continuité libérale. Ou un sans-gêne qui frise l’arrogance.

     

    Dès l’annonce de sa candidature, Éric Tétrault a dû se dépêtrer avec cette histoire de spectacle de Céline Dion auquel il a assisté en 2008, dans la loge de Lino Zambito et aux frais de l’entrepreneur (M. Tétrault ne se souviendrait plus s’il a payé ou non ses billets), en compagnie de l’ex-ministre Nathalie Normandeau et de son chef de cabinet, Bruno Lortie, qui font face tous les deux à des accusations à la suite d’une enquête de l’UPAC.

     

    La version du candidat sur le temps qu’il a passé dans cette loge a fluctué. Quand il a constaté la présence de Lino Zambito, Éric Tétrault s’est dit que peut-être il n’était pas « au bon endroit » et il est parti, a-t-il soutenu sur les ondes d’une radio de Québec. Étrange : à cette époque, Lino Zambito n’était pas persona non grata.

     

    Sauf erreur, Éric Tétrault était chef de cabinet du ministre de la Justice, Jacques Dupuis, quand celui-ci a rencontré le controversé Luigi Coretti à la demande de Tony Tomassi pour que le patron de la société BCIA obtienne un permis de port d’armes qu’on lui avait refusé.

     

    Éric Tétrault n’était probablement pas non plus au bon endroit quand il occupait, de 2004 à 2007, le poste de directeur adjoint du cabinet du maire de Terrebonne, Jean-Marc Robitaille, qui a démissionné après que l’UPAC se fut intéressée à lui, sans que des accusations soient toutefois portées.

     

    À titre de secrétaire de presse, Éric Tétrault était aux côtés d’Alfonso Gagliano, ministre responsable du programme des commandites, pour le défendre au coeur du scandale, de 2000 jusqu’à la démission du ministre en 2002 et sa nomination comme ambassadeur au Danemark, un royaume où on sait depuis Shakespeare qu’il y a quelque chose de pourri.

     

    Philippe Couillard a choisi un candidat qui est tellement lié à l’ère Charest que l’UPAC a jugé bon de l’interroger. Cela montre que le chef libéral a une telle confiance dans la capacité de son parti de remporter la victoire lors des prochaines élections qu’il peut faire fi d’un tel rapprochement. « Confiance en nous », c’est d’ailleurs le slogan électoral que le chef libéral a testé au dernier congrès de la Commission-Jeunesse des libéraux.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.