La loi va s’appliquer partout, prévient Philippe Couillard

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard
Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard

La future loi sur la neutralité religieuse de l’État s’appliquera bel et bien à Montréal et dans toutes les municipalités du Québec, n’en déplaise au maire Denis Coderre.

Le premier ministre Philippe Couillard l’a confirmé, vendredi, au cours d’un point de presse à Montréal, après qu’il eut pris la parole devant des participants à la Conférence internationale sur la diversité sexuelle et la pluralité des genres dans la francophonie.

Plus tôt cette semaine, le maire de Montréal avait soutenu qu’il n’appartenait pas au gouvernement du Québec de déterminer comment les employés de la Ville pourraient ou ne pourraient pas se vêtir. « On n’a pas besoin d’un tuteur pour nous dire comment embaucher nos employés », avait-il lancé.

Le maire Coderre s’était demandé à voix haute si une femme portant le niqab pourrait monter à bord d’un autobus, en vertu des règles prévues dans ce projet de loi, qui prévoit notamment la dispensation et la réception de services publics à visage découvert.

« Ce n’est pas un gouvernement quel qu’il soit qui va nous dire comment vont se vêtir nos employés, comment on va rendre nos services », avait dit le maire Coderre.

On ne peut pas faire en sorte que la plus grande ville, la métropole du Québec, ne fasse pas partie du même paysage

Vendredi, le premier ministre affirmait le contraire : « Cette loi va s’appliquer sur tout le territoire du Québec. Le concept de la neutralité religieuse de l’État s’applique sur tout le territoire du Québec. Et c’est la prérogative du gouvernement du Québec de le faire. »

M. Couillard s’est tout de même dit ouvert à la discussion, mais pas au point de rogner sur les principes. « On a offert et on offre encore aux municipalités d’ouvrir avec nous un espace de discussion pour parler des règles d’application. Mais sur les principes, il est clair que ça doit s’appliquer partout au Québec. Je veux être très, très, très clair là-dessus. »

Le premier ministre a rejeté l’argument voulant que ça ne concerne pas le gouvernement du Québec. « Ça me regarde ; c’est mon travail, en fait. C’est mon devoir de légiférer à partir de Québec sur le vivre-ensemble et sur cette question de neutralité religieuse. On ne peut pas faire en sorte que la plus grande ville, la métropole du Québec, ne fasse pas partie du même paysage », a-t-il insisté.

« On parle uniquement d’un principe clair et simple de visage découvert pour la prestation et la réception de services publics, pour des raisons de communication, d’identité et de sécurité. On devrait être capable facilement — à mon avis, c’est loin d’être aussi complexe que les gens le prétendent — de déterminer des critères puis des modalités d’application », a conclu le premier ministre Couillard.

Coderre réplique

Plus tard durant la journée, le maire Coderre a à son tour répliqué, avec un exemple concret : si une femme vêtue d’un niqab, accompagnée de deux enfants, veut prendre l’autobus, l’hiver, par -25 degrés Celsius, que doit faire le chauffeur d’autobus ? L’empêcher de monter à bord parce que son visage est caché ? « Je suis devenu une police de la burqa ou du niqab et je vais décider qui rentre dans l’autobus ou pas ? » a-t-il illustré.

Le maire a rappelé que la loi électorale permet déjà de voter par la poste, donc sans qu’on voie le visage de l’électeur.

« Je demande juste de la cohérence », a plaidé Denis Coderre, se défendant de vouloir jouer le roitelet de Montréal.

« Mon rôle, c’est de protéger aussi la paix sociale », s’est-il justifié.

10 commentaires
  • Hermel Cyr - Abonné 18 août 2017 11 h 49

    Neutralité et laïcité : deux mesures ! C'est selon ...

    C’est drôle (si on peut dire), que personne parmi les représentants patentés de la bienpensance ne s’offusque d’un projet de loi qui impose une restriction vestimentaire aux « usagers » des services publics alors que quand un projet de charte de laïcité proposait une restriction vestimentaire aux « fonctionnaires de l’État », ça devenait une atteinte grave aux libertés fondamentales et aux Droits de la Personne, presqu'un crime contre l'humanité !

    • Richard Maltais Desjardins - Abonné 18 août 2017 16 h 33

      Personne n'a jamais défendu l'idée que la dispensation de services puisse se faire à visage couvert. Ce n'était pas cela l'enjeu. Continuons de déformer les faits.

    • Hermel Cyr - Abonné 18 août 2017 16 h 47

      La charte du PQ n'a jamais prévu imposer un quelconque code vestimentaire aux citoyens recevant les services, mais un code vestimentaire civil pour les fonctionnaires le rendant... Qui déforme les faits ?

    • Gilles Théberge - Abonné 18 août 2017 17 h 59

      Si on avait une vraie charte de laïcité, on ne serait pas aux prises avec des enfantillages comme celui-là.

      Parce que les règles seraient claires. Là, on voit la ministre et le premier ministre dire une chose et son contraire, et à la fin personne n'y comprendra plus rien.

    • Richard Olivier - Inscrit 19 août 2017 10 h 16

      Viens assister à la Fête de la Famille au Cetre de la Nature ( Laval ) et tu viendre me dire que tu te sens encore vivre au Québec ??

      La Fête de la famille 2017 se déroulera le dimanche 3 septembre, de 10 h à 18 h, au Centre de la nature.

      Apporter vos caméra.....Visiter des pays tout en restant au Québec

  • Jean-Pierre Grisé - Abonné 18 août 2017 12 h 07

    Finalement

    il y aura discussions,tergiversations et Ottawa aura encore le dernier mot pour le plus
    grand bonheur de nos dirigeants provinciaux.

  • Robert Beauchamp - Abonné 18 août 2017 12 h 29

    La grenouille et le boeuf

    On se rappelle de la fable. Denis Coderre veut toucher à tout, couvrir tous les champs de la vie publique, le territoire ne sera jamais assez grand pour lui, il a un commentaire pour toutes les situations, il occupe une grande partie du champ médiatique, et ses concurrents de l'espace médiatique feront fort de le ramener à la dimension de l'arène qui lui revient et ça va commencer à lui faire mal. C'est peut-être le début d'un combat de coqs. Une véritable BD qui se dessine à l'horizon. Peut-être finiront-ils par nous amuser enfin. parce que au final, la vraie politique n'est vraiment pas leur fort. Il ne faut pas trop en demander aux médiocres.

  • Bernard Morin - Abonné 18 août 2017 19 h 14

    Ne nous méprenons pas, les deux roitelets finiront par s'entendre avec en sous-main l'intervention "discrète" de Justin. Et Coderre aura gain de cause. Couillard va finir par dire que le principe est sauf et que son application est laissé à Cioderre.

  • Maurice Langevin - Abonné 18 août 2017 22 h 20

    Maurice Langevin, abonné

    Oh homme vain! Oh homme vain!

    Drapé d'un peu d'autorité temporaire,

    Tu joues devant les cieux de si grotesques comedies,

    Que tu en fais pleurer les anges.


    Paraphraser Shakespeare, pourquoi pas.

    M. Couillard est un très bon comédien.