Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Paul St-Pierre Plamondon, j’ai besoin de toi

    Fabrice Vil
    18 août 2017 |Fabrice Vil | Québec | Chroniques

    Cher Paul, j’ai besoin que tu contribues activement à élever le discours de nos leaders politiques.

     

    Mardi, Donald Trump a rétracté sa condamnation tardive des néonazis et suprémacistes blancs. En soirée, Van Jones, commentateur à CNN, a dit, sur le bord des larmes : « Je ne sais pas quoi dire ce soir. J’ai habituellement quelque chose d’intelligent à dire. Je suis simplement blessé. » Quand je l’ai vu dire ça, mes lèvres ont tremblé.

     

    Parce qu’en ce moment, je ne me sens pas bien chez moi. Pas seulement à cause de Charlottesville. À cause de ce qui se passe ici, aussi.

     

    Mes nerfs étaient déjà à fleur de peau en raison de la situation des migrants haïtiens. Je me désole que de fausses informations leur aient donné l’impression qu’ils seraient tous accueillis au Canada, alors que, d’autre part, nombre de Québécois s’imaginent que notre frontière est une « passoire ».

     

    Deux illusions qui ont créé une situation faisant émerger son lot de commentaires racistes, ce qui m’attriste d’autant plus que j’appartiens à la communauté visée. Et voilà que j’apprends l’existence du mot « remigration », qui fait référence au renvoi des immigrants dans leur pays d’origine. Je suis patiemment irrité lorsque je lutte contre la négation du racisme systémique. Imagine ce que je ressens lorsque l’extrême droite au Québec se met de la partie.

     

    Si au moins le racisme prenait uniquement racine dans la société civile, il serait plus facile de dialoguer afin de le désamorcer. Mais non, des chefs de partis de l’opposition alimentent la haine par la désinformation qu’ils diffusent !

     

    Le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault, parlait de « migrants illégaux » et a avancé que la frontière canadienne au Québec était devenue « une véritable passoire ». Ces propos sont moins spectaculaires que ceux de Donald Trump, mais ils opèrent selon le même mécanisme : par souci d’électoralisme, ils misent sur l’ignorance et alimentent les préjugés.

     

    Quant à ton chef, Jean-François Lisée, il a adopté une position plus nuancée, demandant au Canada de suspendre l’entente sur les tiers pays sûrs, entente ayant pour effet de forcer les migrants à traverser la frontière de façon irrégulière. Il a cependant nuancé cette demande en affirmant, lundi, qu’un « Québec indépendant ferait respecter sa frontière », ce qui contreviendrait pourtant à ses engagements internationaux. Cette affirmation mal fondée participe, à un degré plus subtil, au même mécanisme que M. Legault.

     

    Pis encore, questionné cette semaine sur la montée de l’extrême droite au Québec, M. Lisée n’a rien dit pour rassurer les Québécois qui s’estiment victimes de racisme. Jetant plutôt le blâme sur l’inaction du Parti libéral du Québec, il a dit : « et donc on est dans une situation où on a des groupes de droite qui mettent des affiches comme [Remigration], puis on a des groupes, ou des gens comme Québec solidaire et autres, qui traitent les Québécois de racistes ». Mettre Québec solidaire sur le même pied d’égalité que les groupes d’extrême droite ? Paul, ces propos discréditent les dénonciations légitimes du racisme. Où se trouve ma voix ? Selon M. Lisée, fais-je partie de ceux qui « traitent les Québécois de racistes » ?

     

    Le Parti libéral, dans tout ça ? Ce n’est pas le parti de toutes les vertus, et d’ailleurs, ses politiques d’austérité nuisent aux communautés racisées, ce que j’ai vertement critiqué. Toutefois, le PLQ ne me donne pas l’impression d’être un intrus parce que je suis une personne racisée.

     

    L’ADQ, parent de la CAQ, a stimulé la crise des accommodements raisonnables. Le PQ est instigateur de la charte des valeurs. Paul, j’aimerais pouvoir évaluer chaque parti à sa juste valeur et tous les considérer aux prochaines élections, mais les leaders du PQ et de la CAQ tiennent souvent des propos qui m’obligent à justifier que je suis québécois. Ceci mine ma confiance envers ces leaders.

     

    « Gagne la confiance, gagne la confiance, gagne la confiance. Tu peux ensuite te soucier du reste », enseigne l’auteur Seth Godin.

     

    Heureusement, la confiance peut se rétablir. Et c’est pour cette raison que j’en appelle à toi, en tant qu’auteur du rapport Osez repenser le PQ et conseiller spécial de Jean-François Lisée.

     

    Ton rapport est le résultat d’efforts considérables et j’imagine ta déception face au rejet de certaines de tes propositions pour une plus grande inclusion. Mais ton travail n’est pas fini.

     

    Je n’ai pas de solution concrète à te proposer, mais j’ai l’impression que tu as le pouvoir d’influencer positivement ton chef et de mobiliser les politiciens de tous partis qui comprennent que tous les Québécois doivent se sentir bien chez eux. La lutte contre la haine est une question transpartisane qui doit dépasser l’électoralisme.

     

    Amicalement,

     

    Fabrice













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.