Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Idées

    Les nombreuses solidarités des relations Québec-Canada

    15 juillet 2017 | Jean-Marc Fournier - Leader parlementaire du gouvernement, ministre responsable des Relations canadiennes et de la Francophonie canadienne | Québec
    Au regard de nos relations commerciales, il est bien difficile de ne pas voir qu’il y a aussi des solidarités entre le Québec et le Canada, estime le ministre Jean-Marc Fournier. 
    Photo: Clément Allard La Presse canadienne Au regard de nos relations commerciales, il est bien difficile de ne pas voir qu’il y a aussi des solidarités entre le Québec et le Canada, estime le ministre Jean-Marc Fournier. 

    Monsieur Dutrisac,

     

    Vous profitez de la course à la direction du NPD pour proposer de résumer nos relations Québec-Canada comme celles de deux solitudes, une façon de les illustrer qui remonte à plus d’un demi-siècle (« Les deux solitudes du NPD », Robert Dutrisac, 13 juillet 2017).

     

    Je crois utile de souligner que cette relation s’appuie sur de nombreuses solidarités et qu’elle en génère également.

     

    Commençons par votre suggestion d’opposer la Charte canadienne des droits au corpus législatif québécois.

     

    Les débats récents concernant la charte du Parti québécois, qui proposait une discrimination à l’emploi basée sur la tenue vestimentaire, ne doivent pas nous faire oublier leurs fondements. L’Assemblée nationale du Québec a adopté, en 1975, la Charte québécoise des droits et libertés de la personne qui protège la liberté de religion et la neutralité de l’État qui en découle.

     

    Cette adoption précède de sept ans l’enchâssement dans la Constitution de la Charte canadienne des droits et libertés, en 1982. La Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ) a dû le rappeler dans ses commentaires publiés en octobre 2013 : c’est notre charte québécoise qui empêche la discrimination en emploi pour raison vestimentaire et requiert une neutralité qui permet la liberté de religion plutôt qu’une laïcité qui la brimerait.

     

    Si l’on peut établir un constat rassurant à partir de ce malheureux épisode de la prétendue « charte des valeurs » du PQ, rejetée par les Québécois, c’est que nos lois, québécoises, sont encore pertinentes. Que le Canada applique les mêmes principes n’est qu’une autre démonstration que « Québécois » et « Canadiens » ne sont pas des antonymes. Ce ne sont pas deux groupes monolithiques, comme vous tentez de les définir.

     

    Affirmation

     

    Au regard de nos relations commerciales, il est bien difficile de ne pas voir qu’il y a aussi des solidarités. Nos échanges avec le reste du Canada équivalent à ceux que nous avons avec les États-Unis, un marché pourtant dix fois plus grand. Nous échangeons d’ailleurs plus avec la Colombie-Britannique qu’avec la Chine, et plus avec le Nouveau-Brunswick qu’avec la France.

     

    Il doit bien y avoir aussi des rapprochements.

     

    Le 1er juin dernier était publiée la première Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes. Son titre, « Québécois, notre façon d’être Canadiens », reflète la réalité identitaire de la majorité : 75 % des Québécois déclarent ressentir une forte allégeance au Québec et en même temps une appartenance au Canada.

     

    Ce que vous appelez « la recanadianisation » constitue peut-être une erreur de perspective.

     

    Aujourd’hui et pour l’avenir, notre gouvernement souhaite porter le projet de vivre-ensemble d’une vaste majorité de Québécois. Un élément de cette démarche consiste à rassembler tous les Québécois au sein de la nation québécoise, une nation inclusive qui fait une place aux Nations autochtones, aux membres de la communauté d’expression anglaise et aux nouveaux arrivants qui se joignent à la majorité francophone au rythme de l’interculturalisme.

     

    Un projet de rassemblement plutôt que de division. Un projet de rapprochement plutôt que d’éloignement. Pour le Québec comme pour le Canada. C’est le sens de notre expression « Québécois, notre façon d’être Canadiens ».



    Réponse de l'éditorialiste
     

    Monsieur Fournier,

     

    Il est évident qu’au sein du Nouveau Parti démocratique s’expriment à l’heure actuelle deux solitudes — celle du Québec et celle du reste du Canada — au sujet du candidat à la chefferie Jagmeet Singh, un sikh qui affiche sa foi. Le chroniqueur du Globe and Mail Konrad Yakabuski — et nous ne nous sommes aucunement consultés — fait le même constat dans un texte paru le même jour que mon éditorial et utilise la même expression.

     

    Vous voulez croire que cette situation ne veut rien dire sur le Canada. Je respecte votre point de vue, bien que je puisse y déceler une forme courante d’aveuglement politicien. Voyez-vous, nous ne faisons pas le même métier.

     

    Vous faites allusion à la charte des valeurs présentée par un gouvernement du Parti québécois ; or, je n’en parlais pas. J’avais plutôt en tête la recommandation de la commission Bouchard-Taylor qui proposait que le gouvernement rédige un livre blanc sur la laïcité. « Les Québécois ont raison de souhaiter que les grands paramètres de notre société, en particulier ceux découlant de notre régime de laïcité, soient plus clairement définis et affirmés », écrivaient les commissaires. Vous n’êtes pas sans savoir que cette recommandation est restée lettre morte.

     

    Quant aux différences entre la Charte canadienne des droits, centrée sur les droits individuels, et la Charte québécoise, qui tient davantage compte des droits collectifs, je laisserai ce débat aux experts. Rappelons toutefois que s’il y a une chose que les débats des dernières années ont montrée, c’est que les avis des juristes sur la question de la laïcité diffèrent.

     

    Rappelons aussi qu’impitoyable, la Commission des droits de la personne et des droits de la jeunesse (CDPDJ), avant de juger discriminatoire la charte des valeurs, a réservé le même sort au projet de loi 94 — libéral, celui-là — sur les accommodements raisonnables et, plus tard, au projet de loi 62 sur la neutralité religieuse que votre gouvernement a présenté et qui sera vraisemblablement étudié cet automne.

     

    Enfin, je n’ai pas tenté bêtement de définir Québécois et Canadiens comme des groupes « antonymes » ou « monolithiques », comme vous l’affirmez. Votre lettre en réaction à mon éditorial démontre bien qu’en matière d’opinion politique, le monolithisme que vous évoquez n’existe pas. Et il n’existe pas davantage dans une société pluraliste comme la nôtre.

    Robert Dutrisac













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.