Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Idées — Défilé de la Fête nationale

    Pas de congé férié pour les démagogues

    28 juin 2017 | Mathieu Roy - Étudiant, Montréal | Québec
    La Fête nationale devrait continuer de faire une place aussi généreuse à la diversité, comme elle l’a fait cette année.
    Photo: Annik MH de Carufel Le Devoir La Fête nationale devrait continuer de faire une place aussi généreuse à la diversité, comme elle l’a fait cette année.

    La fin de semaine dernière, des millions de Québécois profitaient de leur journée fériée pour fêter la Saint-Jean-Baptiste avec leur famille et leurs amis en participant aux défilés, spectacles et activités qui avaient lieu partout au Québec. Pour l’occasion, bien des personnalités publiques en profitaient pour prendre la parole et souhaiter une bonne Fête nationale à leurs concitoyens, tout en se mêlant aux festivités.

     

    Cette année, en écoutant les prises de parole des diverses personnalités publiques, il semble évident qu’un thème était nettement plus présent qu’au cours des années précédentes. Il s’agit, bien sûr, du thème de la diversité.

     

    Étrangement, il semblerait que tous ces efforts ne plurent pas assez à certains, qui décidèrent de s’inventer une controverse en criant au racisme en voyant de jeunes Noirs pousser les chars allégoriques lors de défilé dans la rue Saint-Denis. On a su par la suite que si des personnes poussaient les chars, c’était pour éviter les émissions de gaz à effet de serre, que ces mêmes jeunes faisaient partie d’un organisme valorisant la persévérance scolaire et que jamais auparavant le défilé n’avait autant insisté sur la diversité. La réponse des organisateurs et de l’entraîneur de l’équipe de football la journée même, que je vous suggère d’aller écouter, aurait dû mettre un terme au dérapage, mais ce ne fut, hélas, pas le cas.

     

    La suite était prévisible et les jours passent sans que l’histoire s’éteigne. Nous avons eu droit, au cours des derniers jours, à toutes sortes d’états d’âme et à une foule de commentaires traitant les organisateurs, et même le Québec en entier, de racistes.

     

    Visées idéologiques

     

    Reprenant le discours dominant sur la question de la diversité, plusieurs intellectuels associés à la gauche multiculturaliste ajoutèrent leur voix au mécontentement en reprenant la même analyse simpliste, dogmatique et prémâchée qu’ils allaient sortir de leur sac dans n’importe quel contexte qui leur serait favorable. Ceux-ci ne virent aucun problème à instrumentaliser sans scrupule les jeunes bénévoles de l’équipe de football de l’école Louis-Joseph Papineau, qui, eux, n’y voyaient pas un problème, selon les dires de leur entraîneur.

     

    Il est dommage de voir que ces indisposés, au lieu d’insister sur le caractère rassembleur de la fête et sur tous les efforts faits par les organisateurs, instrumentalisent des événements de la sorte pour mettre en avant leurs visées idéologiques. Comme quoi certains démagogues ne prennent même pas congé pour la fête nationale.

     

    Pour ajouter à l’injure, plusieurs de ces analystes, qui jouissent d’ailleurs d’une énorme complaisance médiatique, sont parmi les plus grands pourfendeurs des fake news du président Trump et des dérapages médiatiques en tout genre. Ces derniers ne réalisent pas qu’ils s’adonnent exactement au même exercice lorsqu’ils reprennent un clip vidéo de 20 secondes pour appuyer leurs dires, plutôt que de regarder l’immense importance accordée à la diversité tout au long du défilé, dans les slogans, la publicité et dans toutes les prises de parole qui ont été faites au Québec. Comme quoi les cordonniers sont souvent les plus mal chaussés.

     

    On dénoncera ainsi les amalgames simplistes et sensationnalistes des médias, sauf lorsque ceux-ci font notre affaire. Bien sûr, certains porte-parole de cette mouvance sont capables de faire valoir régulièrement leurs idées sans faire preuve d’autant de mauvaise foi. Hélas, ce ne fut pas ceux-ci qui retinrent l’attention au cours des derniers jours.

     

    Loin d’aider la situation, ceux qui crièrent au loup à la suite du défilé devraient plutôt réaliser que leurs agissements nuisent au tissu social québécois et devraient plutôt tenter de se faire un portrait d’ensemble. Tout en continuant de miser sur ce qui unit les Québécois, soit une histoire commune et une culture commune caractérisée par notre belle langue française, la Fête nationale devrait continuer de faire une place aussi généreuse à la diversité. Or, cette année, quand on s’attarde aux faits, elle en a fait amplement.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.