Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous
    Idées

    Aller de l’avant et ne laisser personne derrière

    24 juin 2017 | Manon Massé, Gabriel Nadeau-Dubois et Nika Deslauriers - Respectivement porte-parole et présidente de Québec solidaire | Québec
    «Les progressistes indépendantistes ont la tâche constante de démontrer que le projet souverainiste du Québec n’est pas un projet ethnique, mais un projet politique inclusif et émancipateur», notent les auteurs.
    Photo: Jacques Grenier Le Devoir «Les progressistes indépendantistes ont la tâche constante de démontrer que le projet souverainiste du Québec n’est pas un projet ethnique, mais un projet politique inclusif et émancipateur», notent les auteurs.

    Les derniers mois ont été tumultueux dans le mouvement indépendantiste québécois. Il n’est certes pas nouveau que les discussions soient vives entre groupes et partis indépendantistes, mais, récemment, ces débats d’idées se sont trop souvent transformés, de part et d’autre, en affrontements purement partisans. Pour donner le goût du pays à nos concitoyens, nous devons faire mieux.

     

    Pourtant, loin d’être périmé, le principe d’autodétermination des peuples est d’une actualité criante. Ainsi, à l’heure où le premier ministre Philippe Couillard, avant d’avoir procédé à une quelconque forme de consultation du peuple québécois, se lance dans une campagne de relations publiques pancanadienne afin de promouvoir la relance de discussions constitutionnelles, notre volonté de faire l’indépendance de façon démocratique doit résonner plus fort que jamais. Plus largement, alors que les accords de libre-échange et les lois de la mondialisation néolibérale corsettent de plus en plus étroitement la souveraineté des États, l’idée selon laquelle les peuples doivent décider démocratiquement de leur destin est d’une pertinence renouvelée. De l’Écosse à la Catalogne, les luttes pour l’autodétermination n’ont donc pas fini d’animer les démocraties.

     

    Montée de l’intolérance

     

    Or ces mouvements doivent aujourd’hui composer avec l’indéniable montée de l’intolérance. Des deux côtés de l’Atlantique, les personnes racisées et issues de l’immigration sont désignées comme boucs émissaires par des forces politiques démagogues qui, combinant nostalgie nationaliste et mythologie patriotique, s’appuient sur l’insécurité économique et sociale pour créer des divisions entre « vraie » et « fausse » citoyenneté. Le Québec et le Canada n’échappent pas à cette conjoncture : la montée de groupes d’extrême droite qui s’improvisent défenseurs de l’identité nationale, l’attentat à la grande mosquée de Sainte-Foy et la récente augmentation des crimes haineux observée sont autant de signes qui nous rappellent que nous ne sommes pas à l’abri.

     

    Ces faits exigent un examen de conscience de la part de toutes les formations politiques, et les forces indépendantistes québécoises ne font pas exception. Elles ont même un devoir d’exemplarité. Plus que jamais, Québec solidaire affirme clairement ses intentions : dans notre volonté de faire du Québec un pays, nous ne laisserons personne derrière. Notre volonté à lutter contre la discrimination et le racisme systémique, présents au Québec comme ailleurs, n’a rien de l’autoflagellation : elle est au contraire un indicateur de notre maturité politique, de notre capacité à prendre la pleine mesure des défis du Québec. D’un point de vue politique, il s’agit de la seule position responsable. D’un point de vue stratégique, cela représente le seul moyen de débloquer le cul-de-sac actuel. Seule une stratégie inclusive et radicalement démocratique pourra, à notre avis, relancer la marche du peuple québécois vers son indépendance, et ce, dans un dialogue égalitaire avec les peuples autochtones.

     

    En cette Fête nationale, nous souhaitons rappeler que, quelles que soient nos opinions sur les exigences de laïcité de l’État et de la défense de l’identité politique, linguistique et culturelle du Québec, les progressistes indépendantistes ont la tâche constante de démontrer que le projet souverainiste du Québec n’est pas un projet ethnique, mais un projet politique inclusif et émancipateur, où tous les citoyens sont égaux en libertés, en droits et en responsabilités. Le rejet de toutes politiques tablant sur les ressentiments et les peurs d’autrui doit constituer le socle de notre projet de pays. Allons de l’avant et ne laissons personne derrière.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.