Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Couillard appelle la communauté musulmane à l’action

    Des leaders musulmans québécois refusent d’endosser toute la responsabilité

    23 juin 2017 | Marco Bélair-Cirino - Correspondant parlementaire à Québec | Québec
    Le premier ministre Philippe Couillard
    Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne Le premier ministre Philippe Couillard

    L’appel du premier ministre Philippe Couillard lancé à la communauté musulmane visant à « dénoncer la perversion de l’[islam] pour commettre des actes inexcusables, impardonnables » a insulté l’imam Hassan Guillet, qui dit assumer, comme tout Québécois, sa part de responsabilité dans la lutte contre le terrorisme.

     

    « C’est un problème complexe. Venir dire à de pauvres citoyens comme moi ou mes collègues que c’est notre responsabilité, je trouve que c’est injuste et inhumain », a déclaré M. Guillet dans un entretien téléphonique avec Le Devoir jeudi soir. « On a une responsabilité de dénoncer le terrorisme comme tous les citoyens. Mettez-moi à la tête de la police, je vais voir ce que je peux faire de plus », a-t-il ajouté.

     

    L’imam s’explique mal la sortie de M. Couillard au lendemain de l’arrestation d’un Québécois âgé de 49 ans, Amor Ftouhi, dans l’État du Michigan. Ce résidant de Montréal aurait poignardé un policier à l’aéroport de Flint après avoir crié « Allahou Akbar [Dieu est le plus grand] », selon le Federal Bureau of Investigation (FBI).

     

    M. Couillard a appelé les leaders des communautés musulmanes à désavouer sans équivoque toute instrumentalisation de l’islam à des fins violentes. La lutte contre le terrorisme constitue une « responsabilité partagée de la société », a-t-il insisté en marge d’une allocution au Domaine Cataraqui en vue de la fête nationale.

     

    « Il y a une responsabilité, bien sûr, d’inclusion pour la société, de sécurité et de prévention, mais il y a également une responsabilité pour la communauté musulmane — partout, pas seulement chez nous, mais ailleurs également — de dénoncer la perversion de la religion que certains utilisent pour commettre des actes inexcusables, impardonnables, soi-disant au nom d’une religion qu’ils ont déformée d’une façon perverse », a-t-il affirmé à la presse.

     

    M. Guillet est tombé des nues en lisant les comptes rendus de la mêlée de presse de M. Couillard.

     

    « Ce que ces gens [les terroristes] font ne correspond pas aux enseignements de notre prophète. Ni au texte du Coran ni à l’esprit du Coran. Ils font plus de tort à l’islam que n’importe qui à travers l’Histoire. Je ne sais pas comment on peut être plus clair que ça », martèle-t-il à l’autre bout du fil. « Quand on s’adresse aux fidèles dans les mosquées, on le dit. Quand on est en famille, on le dit. […] Est-ce que tout le monde nous écoute ? Ça, c’est une autre chose. »

     

    Le président de l’Association des musulmans et des Arabes pour la laïcité au Québec, Haroun Bouazzi, dit aussi avoir été pris de court par la sortie médiatique de M. Couillard.

     

    « On ne s’attendait pas à une déclaration comme celle-là, qui stigmatise », dit-il. Selon lui, les propos du premier ministre ne « peu[vent] que participer à une ambiance de suspicion » à l’égard des Québécois de confession musulmane.

     

    « Ce sont des citoyens comme les autres. Quand ils sont témoins de crimes ou de crimes potentiels, ils appellent les services de sécurité […] même si c’est des membres de leur famille ou de leur cercle religieux », souligne-t-il, écorchant au passage le bilan « absolument catastrophique » du gouvernement libéral pour favoriser le « vivre-ensemble » au Québec.

     

    Loup solitaire ?

     

    Le chef du gouvernement québécois a dit jeudi ne pas souscrire totalement à la thèse du loup solitaire, selon laquelle un individu commet un acte violent au nom d’une idéologie, mais hors de toute structure de commandement.

     

    « On utilise beaucoup, depuis les événements de Flint, l’expression “loup solitaire”. Oui, d’accord, mais il y a l’influence globale autour de ça. Et on ne peut pas dissocier cet acte-là de la version pervertie de l’islam, de l’islam radical, que certains dans cette communauté religieuse font circuler », a fait valoir M. Couillard.

     

    Aux yeux de l’imam Guillet, « le terrorisme n’a pas de religion ». « On ne peut pas tenir la communauté responsable de ce qu’un individu a fait, même si [Amor Ftouhi] a prétendument parlé au nom des musulmans. Même chose pour les catholiques, qui ne sont pas responsables de ce qu’Alexandre Bissonnette a fait », a-t-il affirmé, rappelant l’attentat perpétré contre les fidèles de la grande mosquée de Québec fin janvier.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.