Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Amis du Devoir
    Connectez-vous

    Les jeunes

    Encore une fois, ceux qu’on disait apathiques et désabusés, perdus dans leur téléphone et leurs désirs de consommation, nous auront étonnés. À nouveau, les jeunes se sont levés comme un seul homme (ou femme) pour suivre le plus curieux des prophètes dans le désert politique de ladite gogauche, redonnant espoir là où il n’y en avait plus beaucoup, là où le mot « socialisme » ne fait ni rire ni grincer des dents.

     

    Après l’ineffable Bernie Sanders, 75 ans, au tour aujourd’hui du sexagénaire avancé et végétarien notoire Jeremy Corbyn, chef mal aimé du Parti travailliste britannique, de jouer l’improbable héros. Interrogé sur ses intentions de mener son parti vers la terre promise, en commençant par la prise éventuelle du pouvoir, M. Corbyn, 68 ans, a dit : « Mais regardez-moi, j’ai la jeunesse de mon côté. » Effectivement, pas moins de 72 % des 18-25 ans et 63 % des 25-34 ans auraient voté, jeudi dernier, pour celui dont les initiales se prêtent à merveille aux slogans électoraux : « J. C. for PM ».

     

    Il y a d’autres exemples de partis de gauche ragaillardis par les 120 volts des générations plus jeunes : le succès de Jean-Luc Mélenchon et de ses Insoumis lors de la présidentielle française et, bien sûr, la montée impressionnante de Québec solidaire depuis l’arrivée de Gabriel Nadeau-Dubois. Or, où qu’elle se trouve, cette jeunesse-là carbure aux mêmes idées : la gratuité scolaire, la défense de l’environnement, la fin des inégalités sociales et la diversité culturelle.

     

    Autant de raisons de s’interroger sur le peu de cas qu’a fait le Conseil national du PQ, dimanche dernier, aux propositions de Paul St-Pierre Plamondon. L’ambassadeur officiel des moins de 40 ans plaide depuis longtemps pour plus de jeunes et plus de diversité, ni l’un ni l’autre ne constituant un réflexe très naturel au sein du Parti québécois. Mais une intervention assassine de la part d’une jeune femme d’origine haïtienne, Marie Imalta Pierre-Lys, une personne qui en son seul sein englobe trois des aspects tant recherchés (la femme, la jeunesse, la diversité), aurait mis en charpie ces bonnes intentions.

     

    « Avant tout, je me considère comme une Québécoise. […] Je ne veux pas être favorisée parce que je suis Noire », affirmait-elle devant l’assemblée. Quiconque a déjà vécu ce genre d’appel à la transcendance — surtout, ne nous enfargeons pas dans le menu détail de nos différences, unissons-nous dans cette grande matrice qui nous rassemble tous ! — sait à quel point l’argument, d’apparence massue, a le don d’embrouiller les esprits et, parfois, de démobiliser les troupes.

     

    Combien de fois n’a-t-on pas entendu, lors des premières assemblées féministes, « nous ne sommes pas des hommes et des femmes, nous sommes tous des êtres humains » ? Ça s’appelle l’art de noyer le poisson, quand c’est précisément du poisson qu’il faudrait parler. C’est vouloir se hisser au-dessus de la mêlée pour ne pas reconnaître qu’on n’est pas encore là où on voudrait être, pour ne pas se voir en pauvre victime. Si ça se comprend tout à fait comme réflexe, c’est de la bouillie pour les chats comme argument. Jean Chrétien, lui, nous a servi un autre exemple de cette mentalité de colonisé lorsqu’il lança, fameusement, aux abords du référendum de 1980 : « Nous ne sommes pas des francophones ou des anglophones, nous sommes tous des Canadiens. »

     

    À partir de ce moment-là, tout le monde a compris le gros sapin qui se cachait dans de telles plaidoiries. Dommage qu’aucun des 400 délégués au Conseil national du PQ n’ait pu s’en souvenir. Dommage, surtout, que ce soit une jeune femme d’origine haïtienne qui ait fait la besogne du maître, mieux encore que le maître lui-même, en ramenant le statu quo mine de rien. Sans douter un instant de ses bonnes intentions, c’est à la fontaine de ses différences et de ses difficultés à elle, comme femme, comme Noire, que l’assemblée devait boire, plutôt que de donner l’impression d’un progrès, somme toute, superficiel.

     

    Si Bernie Sanders et Jeremy Corbyn sont devenus aujourd’hui des héros de la scène politique, c’est précisément en refusant d’apaiser les mauvaises consciences, en refusant les compromis douteux et le statu quo. Avis aux intéressés.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.