Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Et si c’est non?

    Michel David
    2 juin 2017 |Michel David | Québec | Chroniques

    En février, le premier ministre Couillard avait mis le doigt sur le vice fondamental de la position constitutionnelle de François Legault : « Il fait plein de demandes, mais il ne dit pas ce qui va arriver si la réponse n’est pas oui. Il n’est pas capable de le dire. Il sait c’est quoi la réponse, mais il ne voudra pas le dire à la population. » Le document réitérant les demandes traditionnelles du Québec qu’il a rendu public jeudi soulève la même question, à laquelle il ne répond pas davantage : que fera-t-il si la réponse est non, comme le suggère fortement la réaction de Justin Trudeau ?

     

    M. Couillard est certainement sincère dans son désir de ramener le Québec de façon honorable dans le giron constitutionnel, tout comme l’étaient ses prédécesseurs, mais il sait aussi bien que M. Legault que le Canada anglais n’a plus le moindre intérêt pour la question. Comme le chef de la CAQ, il était cependant conscient de la nécessité de se présenter à la prochaine élection avec une politique constitutionnelle, peu importe que celle-ci soit réaliste ou non. De toute manière, il ne se passera rien de concluant d’ici octobre 2018.

     

    Il s’est bien gardé de fixer un échéancier, même très lointain, à l’ouverture de négociations en bonne et due forme. Cela se produira « le moment venu », a-t-il dit, ce qui signifie souvent aux calendes grecques. On ne sait pas non plus quelle forme prendra l’exercice pédagogique auquel il entend convier la société civile canadienne, mais le succès risque d’être limité. Les colloques universitaires sur le thème « What does Quebec want ? », jadis très courus, ne font plus recette depuis longtemps.

     

    Le concept des deux peuples fondateurs, qui demeure au centre de la vision canadienne de M. Couillard et d’une majorité de Québécois, ne correspond plus à celle du Canada anglais, où le sentiment d’« exil intérieur » que le premier ministre prête aux Québécois n’émeut personne. Si le rapatriement unilatéral de la Constitution en 1982 demeure un « épisode inacceptable » à ses yeux, elle constitue au contraire un acte fondateur pour le ROC, au même titre que l’Acte de l’Amérique britannique de 1867.

     

    M. Couillard est sans doute le premier à savoir que ses chances de réussite sont infinitésimales, mais l’important est de « commencer à parler aux Québécois de ce que nous sommes », a-t-il expliqué. Durant sa conférence de presse, il a lui-même proclamé sa « fierté d’être Québécois » plus souvent qu’il ne l’avait fait depuis qu’il est premier ministre. « Nous sommes avant tout Québécois », a-t-il répété deux fois plutôt qu’une, comme pour faire oublier les nombreuses occasions où il a donné l’impression du contraire.

     

    En insistant sur l’importance du « tronc commun » que constitue la majorité francophone, il souhaite manifestement se distancier de ce multiculturalisme auquel on l’a associé. « L’expression de l’identité nationale québécoise s’appuie non seulement sur un fort sentiment d’appartenance envers le Québec, mais également sur l’existence au Québec d’une histoire, d’une culture et de valeurs qui sont uniques », peut-on lire dans le document.


     

    Lors de la signature de l’accord du lac Meech, le PQ de Pierre Marc Johnson avait dénoncé l’insignifiance des conditions posées par Robert Bourassa. C’est seulement quand il est devenu évident qu’il serait rejeté que son successeur, Jacques Parizeau, a commencé à en chanter les louanges, tout en « renchaussant » M. Bourassa pour qu’il ne fasse pas trop de compromis.

     

    Trente ans plus tard, Jean-François Lisée a plutôt félicité le premier ministre pour son initiative, notamment pour avoir substitué la notion de « nation » à celle de « société distincte ». Si Justin Trudeau avait montré le moindre intérêt, le chef péquiste aurait sans aucun doute jugé beaucoup plus sévèrement les demandes de M. Couillard.

     

    M. Lisée a eu beau jeu de dénoncer la désinvolture avec laquelle M. Trudeau a écarté toute réouverture du dossier constitutionnel, qu’il a aussitôt interprétée comme du « mépris » pour la main tendue par le Québec. Un peu plus et il aurait invité M. Couillard à venir se consoler à son chalet, comme le premier ministre l’avait proposé à ce pauvre Marc-Yvan Côté.

     

    Le ton grinçant en moins, la fin de non-recevoir de M. Trudeau ressemblait à s’y méprendre à celle que Jean Chrétien avait opposée à Jean Charest à la veille de la campagne électorale de 1998, quand il avait déclaré que la Constitution n’était pas un « magasin général » et que le Québec avait déjà tout ce dont il avait besoin. Bon nombre de fédéralistes avaient grimacé à l’époque. La possibilité que Lucien Bouchard déclenche un troisième référendum semblait encore une possibilité bien réelle, mais qui a encore peur de la souveraineté au Canada anglais ? Après tout, on a déjà dit non au Québec à deux reprises et il est toujours là.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.