Passer à la version normale du sitePasser à la version large du siteTaille d'écran
  • Facebook
  • Twitter
  • RSS
  • Connectez-vous

    Couillard ne se formalise pas de la réaction de Trudeau à son offensive constitutionnelle

    1 juin 2017 | Québec
    Isabelle Porter à Québec
    Marco Bélair-Cirino
    Philippe Couillard souhaite amorcer une <em>« démarche de reprise du dialogue et de la compréhension entre les peuples qui ont formé ce pays »</em>.
    Photo: Jacques Boissinot Archives La Presse canadienne Philippe Couillard souhaite amorcer une « démarche de reprise du dialogue et de la compréhension entre les peuples qui ont formé ce pays ».

    Le premier ministre québécois Philippe Couillard ne se formalise pas de la fin de non-recevoir opposée par son homologue fédéral, Justin Trudeau, à toute négociation constitutionnelle.

     

    « Il aura l’occasion, je crois, de [se] reprendre lorsqu’il aura lu le document », a-t-il déclaré à quelques heures du dévoilement de la Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes.

     

    « Le Canada ne se résume pas à la personne du premier ministre du Canada, ni même au gouvernement actuellement à Ottawa ou au parti politique formant le gouvernement, le Canada c’est des dizaines de millions de citoyens et de citoyennes dans les différentes provinces et différents territoires », a-t-il ajouté lors de la période des questions.

     

    Voyez les échanges entre Philippe Couillard et Jean-François Lisée sur la question à l'Assemblée nationale. 

     
     

    Le chef du gouvernement québécois souhaite amorcer une « démarche de reprise du dialogue et de la compréhension entre les peuples qui ont formé ce pays ». Celle-ci aboutirait à des modifications à la loi fondamentale du Canada. Il s’agirait de la « destination ultime », a précisé M. Couillard en Chambre. « Nous disons : “Nous sommes Québécois. Notre nation est fondatrice du pays. Nous allons engager le dialogue avec les autres Canadiens et les autres Canadiennes” », a-t-il insisté près de 30 ans après la signature de l’accord du lac Meech.

     

    Justin Trudeau a rappelé, plus tôt jeudi, sa position sur la question constitutionnelle: il ne veut pas en parler. « On ne rouvre pas la Constitution », a-t-il précisé.

     

    Le chef du Parti québécois, Jean-François Lisée, a quant à lui « félicité », en matinée, Philippe Couillard pour son constat voulant qu’il y ait un problème avec le statut constitutionnel du Québec. « C’est un moment important qu’on vit aujourd’hui, c’est le retour de la lucidité », a-t-il dit.

     

    Il n’a toutefois pas voulu conjecturer les chances de réussite d’un tel plan.

     

    Selon lui, il faut remonter aux suites de l’accord du lac Meech, il y a 30 ans, pour retrouver une telle ouverture de la part des libéraux en matière constitutionnelle. « On ne l’avait jamais entendu reconnaître que ç’avait un impact massif dans la vie québécoise », a-t-il dit du premier ministre.

     

    La Coalition avenir Québec s’est quant à elle emmurée dans le silence sur le sujet jeudi matin. Son porte-parole, Simon Jolin-Barrette, s’est présenté devant les journalistes pour leur dire qu’il n’était pas prêt à commenter le sujet. Du côté de Québec solidaire, on prévient le premier ministre qu’il ne peut débattre de Constitution « sans parler de l’indépendance du Québec ». « Il faudra faire ce débat dans toutes ses dimensions », a fait valoir Amir Khadir.

     

    Philippe Couillard doit présenter en après-midi sa politique « d’affirmation du Québec et des relations canadiennes ». Selon La Presse canadienne, il veut faire en sorte que les Québécois ne se sentent plus « exilés » au sein du Canada. Le document de pas moins de 200 pages doit être rendu public à 13 h.

     

    Réflexion profonde

     

    Le Québec ne court pas de grand danger en faisant un appel au dialogue constitutionnel au Rest of Canada (ROC), souligne le président du Conseil du trésor, Pierre Moreau. « On aborde cette question-là d’une façon tout à fait sereine à partir d’une réflexion profonde, de discussions que nous avons eues, je ne vois pas que c’est risqué », a-t-il déclaré en marge d’une rencontre du groupe parlementaire libéral.

     

    Le cadre constitutionnel canadien est en constante évolution, selon lui. « Le fédéralisme, c’est un système qui est en évolution. […] Je ne dirais pas que c’est une relation de couple, l’analogie est plutôt boiteuse, mais c’est une relation qui est en évolution, que le gouvernement du Québec doit faire évoluer dans le sens des intérêts des Québécois et nous, on dit : voici comment on veut établir cette discussion », a-t-il poursuivi, pointant la Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes qui sera dévoilée jeudi après-midi à Québec. « L’évolution du fédéralisme démontre que ces modifications-là, ces changements-là, se produisent au fil des discussions. Il n’y aura pas un jour où la fédération va cesser d’évoluer », a-t-il poursuivi.

     

    Voyez la réaction du président du Conseil du trésor, Pierre Moreau

     
     

    Du bas vers le haut

     

    L’élu solidaire Amir Khadir exhorte le premier ministre québécois à prendre le pouls du « peuple » avant de se mettre à table avec ses homologues fédéral et provinciaux. « S’il veut parler Constitution, s’il veut parler accord constitutionnel, on va être là pour lui rappeler que ça, ça ne se fera pas sans le peuple québécois. Il faut une assemblée constituante. Il faut que le peuple soit consulté. Il faut que la démarche soit claire », a-t-il martelé dans un impromptu de presse. « Le problème, c’est que dans l’histoire des 35 dernières années, chaque fois qu’on a voulu faire des choses par en haut, entre premiers ministres, ça n’a pas marché, c’est pour ça que, mettons, si M. Couillard nous demandait : “Qu’est-ce que vous feriez, vous?” nous, ça serait une constituante. On est à l’époque moderne. L’Islande, d’autres pays modernes, quand ils veulent écrire une Constitution, c’est le peuple qui décide. »

     

    La Politique d’affirmation du Québec et de relations canadiennes n’est que de la « poudre aux yeux », a fait valoir la chef du Bloc québécois, Martine Ouellet, avant même la publication du document. Elle accuse le gouvernement libéral de plier l’échine devant le ROC. « Il ne tend pas la main, il met le Québec en position de faiblesse. Il se met les deux genoux à terre avant même de commencer », a-t-elle poursuivi.

     

    Plus de détails suivront.













    Envoyer
    Fermer
    Les plus populaires


    Abonnez-vous à notre infolettre. Recevez l'actualité du jour, vue par Le Devoir.